promo red by sfr

Lenovo rachète Motorola à Google pour 3 milliards de dollars

Par Samir Azzemou

motorola

2,91 milliards de dollars exactement : voilà la somme que déboursera Lenovo pour acquérir Motorola Mobility. Annonce-surprise, mais pas sans fondement qui offrira au géant chinois de l'informatique l'opportunité de s'ouvrir totalement à l'international.

L'annonce a d'abord fuité officieusement par le biais de certains médias internationaux, notamment le China Daily et l'agence de presse Reuters, avant d'être confirmée non seulement par Lenovo, mais également par Google : le groupe informatique chinois rachète Motorola Mobility pour un montant de 2,91 milliards de dollars. Un deal que nous n'avions pas forcément vu venir, mais qui reste globalement assez logique. Pour vous en convaincre, Larry Page s'est fendu, sur le blog officiel du géant de Mountain View, d'un message explicatif où il confie que Google préfère se concentrer au développement d'Android plutôt que de smartphones.

Motorola : un atout dont Google n'a jamais su quoi faire

Il est clair que Google n'a jamais vraiment trop su quoi faire avec Motorola. Son porte-folio de produits n'a que très peu bougé en 19 mois : le Moto X, le Moto G, quelques mobiles exclusifs à Verizon et plusieurs partenariats avec d'autres opérateurs américains. Google n'a pas su profiter de la marque et Larry Page le consent en expliquant que Lenovo a l'expertise industrielle et matérielle pour porter Motorola. Bien sûr, Google aurait pu offrir la possibilité à sa filiale de développer la gamme Nexus, mais les observateurs l'auraient taxé de favoritisme. D'autant qu'il était préférable économiquement et industriellement de s'appuyer sur des partenaires extérieurs pour prendre le moins de risque possible. Reste les brevets de Motorola qui ont servi à renforcer et améliorer Android. Mais cela parait bien peu de choses. Larry Page confirme que les brevets ne font pas partie de la vente de Motorola. Heureusement, car Google avait acheté Motorola pour 12,5 milliards de dollars. Une belle perte de valeur.

Une stratégie de croissance externe déjà éprouvée

C'est la seconde fois que Lenovo, ancien fabricant en marque blanche pour les groupes occidentaux, réalise un rachat d'envergure mondiale avec pour objectif de prendre le leadership sur un marché. La première fois, c'était en 2005 quand le chinois rachète la branche grand public d'IBM (qu'il fabriquait déjà depuis longtemps). Depuis Lenovo est devenu le premier constructeur de PC au monde, devant HP. Il était logique d'attendre de sa part la même stratégie sur les smartphones. Certes, il est déjà l'un des dix plus gros équipementiers mobiles, avec un flagship très intéressant (le Vibe Z), mais il ne se contente jamais de si peu. Il a l'habitude de conquérir le monde. Nous avons appris il y a quelques semaines que Lenovo avait placé une offre de rachat de BlackBerry, mais que le gouvernement canadien a placé son véto. Cette fois, c'est la bonne.

Quel avenir pour la marque Motorola ?

Le rachat doit naturellement subir l'approbation de quelques commissions et autorités de la concurrence, notamment en Chine, en Europe et aux États unis, à l'image de la fusion entre Microsoft et la branche grand public de Nokia. Il devrait donc se passer plusieurs mois avant que Motorola devienne une « Lenovo company ». Cependant, les premiers effets de cette annonce ne devraient pas tarder à se produire, notamment avec quelques changements au conseil d'administration de Motorola. Lors du rachat des ordinateurs grand public d'IBM, Lenovo a gardé le nom de la gamme, Thinkpad, mais a effacé celui d'IBM. Qu'en sera-t-il de la marque Motorola ? Cohabitera-t-elle avec celle de Lenovo ? Comment le groupe conjuguera-t-il Vibe avec Moto ?

Google se désengage-t-il complètement du hardware ?

Reste encore une question du côté de Google : quelle est la stratégie du groupe vis-à-vis du hardware ? Certes, il était évident que l'entreprise avait deux casquettes difficiles à tenir : concurrent et partenaire des principaux fabricants de smartphones. Google pourrait bien avoir décidé de mettre un terme à son ambition hardware, contrairement à Microsoft. Une indiscrétion datant du début de la semaine indique que la gamme Nexus pourrait être abandonnée d'ici l'année prochaine. Aujourd'hui, nous apprenons la vente de Motorola. Que restera-t-il ? La gamme Google Play Edition des flagships ? Voilà bien quelque chose d'anecdotique. Google Glass ? Les premiers modèles commerciaux ne sont pas attendus avant 2015. Voilà qui n'est pas si rassurant.

Partagez cet article

  • LinkedIn

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.