Fait historique : Samsung recule sur la téléphonie mobile

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • RSS
samsung

Les derniers chiffres de Samsung évoquaient déjà une baisse de l’activité de la téléphonie mobile, notamment en valeur. Les parts de marché de Samsung semblaient jusqu’à présent se maintenir en volume. Mais la dernière étude de Strategy Analytics montre que le géant recule au premier trimestre 2014.

Il y a encore un an, nous le croyions tous insubmersible. Le géant coréen de la téléphonie mobile, premier fabricant de smartphones dans le monde, capable de nous vendre des smartphones à 700 euros et des phablettes de 7 pouces, domine clairement le marché de la mobilité. Ces quatre dernières années, le groupe a renforcé ses parts de marché, allant jusqu’à vendre un smartphone sur trois dans le monde.

Les parts de marché de Samsung diminue

Mais la situation est aujourd’hui bien différente. La dernière étude de Strategy Analytics, publié mi-mai, affirme que les parts de marché mondial des deux plus gros constructeurs ont reculé. Sans surprise, celle d’Apple passe de 17,5 % à 15,3 %. À l’inverse, très surprenant, Samsung dévisse de plus de 1 point, passant de 32,4 % à 31,2 %. Huawei, troisième, n’en profite pas puisque ses parts restent stables. En revanche, Lenovo et les suivants gagnent du terrain. Le géant de l’informatique gagne près de 1 point, à 4,7 %, tandis que la masse des suiveurs gagne près de 3 points, représentant 44,1 %. En clair : ce sont les petits qui grignotent du terrain. Tout en sachant qu'il n'y a pas péril en la demeure pour autant : le marché mondial a augmenté de 33% en un an.

Une stratégie de conquête sur les entreprises, le haut de gamme et l'Afrique

Dans un article du Wall Street Journal, J.K. Shin, patron de la mobilité chez Samsung, explique sa stratégie à venir pour garder les parts de marché de l’entreprise et conserver la première place du podium. Une stratégie qui rappelle parfois étrangement celle de... BlackBerry.

Selon le manager coréen, l’avenir de Samsung passera d’abord par des smartphones haut de gamme dotés de technologies inédites. Il évoque le Galaxy S5 comme étant le seul smartphone résistant à l’eau avec une coque arrière amovible. Pour la suite, cela pourrait se jouer autour des écrans. Rien de bien concret, mais quelques idées : amélioration de la technologie OLED, dalles flexibles et définition QHD.

Autres points abordés par J.K. Shin : le renforcement de ses positions sur les marchés émergents (l’article cite l’Afrique et non plus la Chine, ce qui est un signe) et dans les entreprises, où Samsung compte sur Knox pour montrer la pertinence de sa proposition. Sans oublier bien évidemment les produits connectés. Parmi eux, les premières paires de lunettes interactives attendues pour la rentrée. Un autre accessoire, orienté santé, pourrait être officialisé le 28 mai prochain. À moins qu’il ne s’agisse tout simplement du Galaxy S5 Active...

Curieusement, à aucun moment, J.K. Shin n’évoque Tizen comme un relai de croissance. Certainement parce que cela ne peut en être un à l’heure actuelle. Mais cela aurait dû au moins être une innovation ergonomique significative pour l’ensemble du groupe. Finalement, elle semble anecdotique pour le manager.

Un enjeu vital pour l'ensemble du groupe Samsung

Plus de la moitié (58 % exactement) de l’activité du groupe Samsung est concentrée aujourd’hui sur la mobilité, qui génère plus des deux tiers du résultat d’exploitation. L’enjeu est donc important et Samsung doit prouver qu’il est capable de créer à nouveau de la valeur et de l’envie. Un peu comme Apple. Un peu comme BlackBerry. Un peu comme HTC. Un peu comme toutes ces marques qui ont rencontré beaucoup de succès, mais qui sont peut-être en train de passer de mode.

Partagez cet article

  • LinkedIn
comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.