Allô Japon #2 : NTT Docomo, le shogun de la téléphonie mobile

Par Christian Martin

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
japon

Au pays du soleil levant, NTT Docomo est l'équivalent de notre Orange national. Cet opérateur historique peut se targuer de posséder la moitié du marché japonais, mais il a du faire face à une concurrence très rude depuis quelques années. Entre immobilisme et innovation, portrait de ce géant de la téléphonie.

La position de leader sur un marché peut être à la fois très confortable, mais aussi dangereuse. NTT Docomo, malgré sa domination du marché des mobiles dans l'archipel, en a fait les frais ces cinq dernières années avec des choix stratégiques discutables. Après avoir perdu plusieurs batailles, il essaie de redorer son blason et de mater ses rivaux.

NTT Docomo

Le leader du marché

NTT Docomo est né en 1991. Son nom se divise en deux parties. NTT signifie « Nippon Telegraph and Telephone ». Et Docomo provient de la phrase « Do Communication over the Mobile network », mais également du mot japonais “dokomo” qui signifie “partout”.

L'opérateur possède plus de 62 millions de clients pour un marché de 139 millions d'abonnements mobiles. Le reste est répartie entre AU (KDDI) ainsi que Softbank. Sa part de marché est de 44% et son chiffre d'affaires pour l'année fiscale 2013 s'élève à 4,461 milliards de yens (environ 31,4 milliards d'euros), accusant un léger recul de 0,2% par rapport à l'année précédente.

NTT Docomo propose des services allant de la 2G à la 4G (le haut débit mobile touchant environ 20 millions de ses abonnés). Il est également l'inventeur de la norme 3G W-CDMA, du fameux i-mode (cet ancien portail internet, concurrent du Wap, était proposé en France en partenariat avec Bouygues Telecom à partir de 2002) ou encore de la FeliCa et du système « Osaifu Keitai » (portefeuille mobile), développés en partenariat avec Sony, qui permettent de payer avec son smartphone.

Il est également associé au MNVO Disney Mobile. Ce dernier propose, depuis janvier 2012, des contenus exclusifs par le biais de smartphones Android sous le nom « Disney Mobile on Docomo ».

Une pléthore d'offres à des prix exorbitants

L'éventail des offres proposées par NTT Docomo est vaste et s'adapte à tous les besoins des clients. Il existe deux grandes catégories de forfaits : FOMA pour les clients 3G et Xi (prononcez « Crossy ») pour les clients 4G. Chaque catégories proposent de nombreux forfaits à tous les prix.

NTT Docomo : les offres

Le premier abonnement, plutôt destiné aux seniors, est appelé Raku-Raku (facile-facile). Il propose un petit forfait avec 500 Mo de data pour 4700 yens (environ 33 euros). Viennent ensuite de nombreuses offres dont la plus populaire est le Pake-Hodai (le pack illimité) avec la data en illimité (bas débit au-delà d'une limite prédéfinie). NTT Docomo propose un forfait à 7186 yens (environ 50 euros) intégrant un plan data mensuel de 7Go.

Pour se différencier de la concurrence, NTT Docomo vient de lancer une nouvelle offre avec 3Go de data pour 6000 yens environ (42 euros). Les autres opérateurs ont d'ores et déjà prévu d'en faire autant. Les utilisateurs pourront également partager leur quota data avec leur famille et ajouter des datas supplémentaires au prix de 1000 yens/Go (environ 7 euros).

Il faut savoir que les offres présentées ci-dessus n'incluent pas les appels vocaux, car ceux-ci sont peu utilisés au Japon. Ainsi, la plupart du temps, ils sont décomptés à la communication. Des options comme la messagerie vocale, le double appel ou encore l'utilisation de l'i-mode sont facturées en plus. Les seuls appels « illimités », entre certaines heures, sont uniquement possibles entre les abonnés NTT Docomo.

Le client japonais utilisant un smartphone paie en moyenne pas moins de 100 euros de facture mensuelle au total. Soit près de cinq fois le forfait proposé par Free en France avec ses appels illimités 24h/24 et ses 20 Go de data. De quoi se faire Harakiri au pays du forfait trop cher.

Une boutique NTT Docomo

Un réveil stratégique tardif

Côté catalogue de mobiles, NTT Docomo a (enfin) cédé à la folie iPhone depuis octobre 2013 avec l'arrivée dans son catalogue des 5S et 5C. Il a longtemps refusé de proposer le smartphone d'Apple, et cet entêtement lui a coûté de nombreux clients du fait de l'engouement sans précédent pour le smartphone d’Apple dans l'archipel. Lors de la sortie des derniers modèles, il a dû faire face a une très forte demande de ses clients et à d'importantes ruptures de stock pendant plusieurs semaines, allant même jusqu'à accuser Apple de ne pas fournir assez vite.

L'opérateur reste par ailleurs le premier fournisseur de smartphones Android au Japon avec notamment Sharp, Fujitsu, Sony et Samsung. Ces trois constructeurs japonais créent de nouvelles collections de smartphones pour l'opérateur à chaque saison.

NTT Docomo reste numéro un de la téléphonie nippone et son récent ralliement à Apple va pour l’instant le conforter dans cette position, même si les résultats de l'année passée ne sont pas aussi bons que prévus. Cependant, la concurrence à énormément progressé depuis quelques années, et elle entend bien continuer sur sa lancée. A NTT Docomo de trouver les idées qui freineront l'exode de sa clientèle.

Partagez cet article

  • LinkedIn
comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.