Et si vous deveniez vous-même compatible NFC ?

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • RSS
nfc

Un homme a poussé le concept de connectivité embarquée au niveau supérieur. Il s’est fait greffer dans la main un capteur NFC. Juste par curiosité... et pour débloquer son mobile automatiquement.

En fin de semaine, nous vous gardons toujours un article moitié amusant, moitié sérieux pour alimenter la discussion. Cette semaine, le sujet devrait vous faire réfléchir sur l’impact des nouvelles technologies sur notre comportement... ou sur notre corps. L’histoire que nous allons vous raconter est peut-être absurde. Elle est peut-être avant-gardiste. Mais elle fait clairement partie de la réflexion autour de la connectivité, de notre relation avec les technologies et du tracking des êtres humains. Nous ne vous conseillons évidemment pas de faire de même. Et, pour être le plus transparent possible, nous ne portons aucun jugement sur les décisions qui ont été prises.

99 dollars le kit complet

Il s’appelle Robert Nelson. Il est blogueur et rédacteur sur les sites Slashgear et Android Authority. Autant dire qu’il connaît les technologies et qu’il est clairement au courant de ce qu’il faisait (même si nous pensons qu’il restait une part d’inconnue). Il a commandé sur un site appelé Dangerous Things un kit pour s’implanter dans la main un capteur NFC/RFID. Le même type de capteur que vous pouvez voir dans les séries américaines : une capsule de verre biologiquement compatible avec le corps et dont les dimensions sont 12 mm de long pour 2 mm de diamètre. Le kit est livré avec une seringue hypodermique stérilisée, dont l’aiguille fait froid dans le dos, et une paire de gants en plastique. Le coût de l’ensemble : 99 dollars.

Une intervention similaire à un piercing...

Il s’agit d’une légère intervention réalisée par des professionnels du percing et de la modification corporelle (pas de chirurgie ici, juste du piercing). L’implant est placé dans la partie de la main située entre le pouce et l’index. La guérison a duré deux bonnes semaines durant lesquelles il est déconseillé de triturer le capteur dans la peau. Une fois cela fait, il a pu expérimenter l’usage de la puce, à commencer le déblocage automatique de son mobile (compatible lui aussi avec la norme NFC). Il explique être l’heureux propriétaire d’un Moto X première génération qui intègre une fonction Motorola Skip. L’application NFC Secure Unlock, disponible sur le Play Store est également compatible.

Des usages quand même franchement limités

Aujourd’hui, il est satisfait de son opération et tente de créer de nouveaux usages pour sa main bionique, comme installer des serrures qui peuvent se débloquer grâce à une puce NFC. Mais visiblement les usages sont aujourd’hui extrêmement limités. Cela ne vaut certainement pas le risque sanitaire. Espérons qu’il parviendra à trouver une utilité plus intéressante à cette puce maintenant qu’il devra vivre avec. Retrouvez quelques petites photos de son intervention sur le blog où il raconte dans le détail son expérience.

Partagez cet article

  • LinkedIn
comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.