Résultats Qualcomm : les bénéfices ont été divisés par deux

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
qualcomm

L’année 2014 a été une bonne année pour Qualcomm. L’année 2015 en sera une mauvaise. Le chiffre d’affaires ralentit et le bénéfice net chute. L’entreprise officialise qu’il y aura bien un plan de restructuration pour économiser 1 milliard de dollars par an.

Les résultats trimestriels financiers pour le troisième trimestre fiscal de Qualcomm (clos au 30 juin dernier) ne sont pas bons, comme nous pouvions nous y attendre il y  a quelques jours, avec la rumeur d’un plan de restructuration. Il y a trois mauvaises nouvelles dans ce bilan. D’abord, c’est le second trimestre de suite que le bénéfice net recule d’une année sur l’autre. Une information qui n’est évidemment pas anodine. D’autant que le recul est franc est massif : il est divisé par deux.

Moins de chiffres d'affaires et des coûts à réduire

Deuxième mauvaise nouvelle, c’est la première fois que le chiffre d’affaires trimestriel recule d’une année sur l’autre. La variation annuelle montre, contrairement au discours officiel, que la réputation et la commercialisation des chipets soient toutes les deux écornées. Cela faisait bien longtemps que Qualcomm n'était pas passé sous la barre des 6 milliards de dollars de chiffre d'affaires.

Troisième mauvaise nouvelle, il y aura bien un plan de restructuration qui démarrera très prochainement et qui prendra fin, logiquement, avant la fin du mois de septembre 2016. L’objectif est de réduire les coûts de structure de l’entreprise, lesquels se montent aujourd’hui à 7,3 milliards de dollars par an. L’objectif est d’économiser 1,1 milliard de dollars. Soit 15 % des coûts annuels. Qualcomm ne précise pas quel sera l’impact sur les équipes. Une indiscrétion du Wall Street Journal précisait hier que la réduction pourrait dépasser les 10 % du personnel. Les bonus annuels seront également baissés à hauteur de 300 millions de dollars.

Un bénéfice net divisé par deux

Dans les chiffres, Qualcomm a réalisé son troisième trimestre fiscal un chiffre d’affaires de 5,8 milliards de dollars (-14 % en un an), un résultat d’exploitation de 1,2 milliard de dollars (-40 %) et un bénéfice net de 1,2 milliard de dollars également (-47 %). Le trimestre précédent, les variations respectives étaient de 8 %, -33 % et -46 %. Au premier trimestre, même le bénéfice net était progressait (de 5 %). 5,8 milliards de dollars, c’est le pire chiffre d’affaires de Qualcomm au moins depuis plus de deux (nous sommes remontés jusqu’en 2013)...

Le nombre de chipsets vendus sur ce trimestre fiscal est de 225 millions d’unités, un chiffre qui reste stable en un an et qui recule de 3 % sur une base séquentielle. La valeur totale des mobiles sous Snapdragon vendus par les constructeurs atteint 60,4 milliards de dollars, en faible progression d’une année sur l’autre (+4 %). Au trimestre précédent, le nombre de chipsets augmentait fortement (24 %) d’une année sur l’autre pour atteindre les 233 millions d’unités. La valeur totale des mobiles équipés et commercialisés frôlait les 74 milliards de dollars.

Des chiffres en berne depuis le lancement du Snapdragon 810

La valeur moyenne d’un mobile sous Snapdragon vendu, actuellement de 208 dollars (-10 % en un an) est une donnée importante. D’abord, elle permet de comprendre quels sont les chipsets vendus (ici, de plus en plus en milieu et bas de gamme). Ensuite, parce que Qualcomm touche un pourcentage sur les ventes en royalties. Ce qui impacte évidemment son chiffre d’affaires. À la lumière de ce chiffre, deux tendances sont à noter. D’abord, Qualcomm réussit à convaincre sur les marchés volumiques, malgré la présence d’une concurrence importante. L'investissement en Chine paie donc.

Ensuite, Qualcomm perd du terrain sur le haut de gamme et les marchés premium. Et ça, c’est nouveau. Nous pensons qu’il y a trois facteurs en cause : le Galaxy S6 est sous Exynos, MediaTek attaque sur le haut de gamme avec le MT6795, et le Snapdragon 810 a clairement un impact (et le fait que les bénéfices ont fondu sur le premier semestre, soit à partir de la commercialisation du G Flex2 et du One M9, n’est pas un hasard), au moins parce que les terminaux équipés arrivent avec du retard. Sans parler de l’impact commercial dû au bad buzz...

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.