Le Snapdragon 810 aurait-il une mauvaise influence sur l’autonomie ?

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
qualcomm

Le Snapdragon 810 est sujet à de nombreuses polémiques. Alors que de nouveaux modèles haut de gamme apparaissent, une nouvelle question se pose : est-il à l’origine d’une baisse généralisée de l’autonomie ?

Les smartphones sous Snapdragon 810 ne sont pas légion. L’octo-core de Qualcomm est supporté par de nombreuses marques, mais il n’a pas le succès du Snapdragon 801, certainement celui qui a bénéficié d’un engouement généralisé auprès des consommateurs comme des fabricants. Depuis l’arrivée du G Flex2 de LG, ces polémiques sur ce composant se multiplient. Chauffe-t-il trop ? Doit-on le sous-cadencer pour le maîtriser ? Et quelle est l’influence de ses gardes-fou sur les performances générales du smartphone. Des questions qui importent beaucoup quand il s’agit d’usage au quotidien, mais qui occulte tout un pan du problème : l’autonomie.

Snapdragon 810

PhoneArena a publié cette semaine un article où les journalistes comparent l’autonomie des différents smartphones sous Snapdragon 810. Nous y retrouvons le Nubia Z9, l’Axon Pro (qui sera l’Axon Elite chez nous), le One M9, le OnePlus 2, le Mi Note Pro (qui ne nous concerne pas beaucoup) et le fameux Xperia Z3+. Nous avons rajouté dans ce tableau trois modèles, à titre de comparaison : l’iPhone 6, le Galaxy S6 et le Xperia Z3.

Des résultats moyens, voire mauvais

Comme vous pouvez le constater ci-dessous, le Xperia Z3+ est le meilleur des Snapdragon 810 en terme d’autonomie, à égalité avec le Galaxy S6 sous Exynos. Ils offrent une heure d’autonomie supplémentaire vis-à-vis de la concurrence. Mais ils sont clairement loin derrière le Xperia Z3, champion de l’autonomie, et du Snapdragon 801, réputé pour son excellente consommation énergétique.

Pour le reste, du OnePlus 2 au Nubia Z9, les résultats sont au mieux moyens, sinon mauvais. Notez que l’iPhone 6 ne fait pas mieux dans cet exemple. Mais sa batterie est parfois deux fois moins importante que celle des adversaires, notamment chez OnePlus qui se vante d’avoir intégré une batterie de 3300 mAh. L’iPhone 6 dispose d’une batterie 1800 mAh.

Le Snapdragon 810 consommerait donc plus d’énergie au quotidien, même si l'intégration et le design ont également un rôle à jouer (le chipset n'est pas seule responsable). Il y a évidemment cette propension à produire de la chaleur, une perte énergétique énorme, qui aurait aussi une autre conséquence.

Snapdragon 810

Une conséquence des limitations imposées au chipset ?

PhoneArena rappelle certains tests réalisés par nos confrères d’Ars Technica qui, en avril dernier, ont testé le Snapdragon 810 et l’ont comparé au Snapdragon 801, au Snapdragon 805 et à l’Exynos 7420. Il s’avère que, dans les tests techniques, les coeurs Cortex A57 du 810 montent rapidement en fréquence (et donc en température) puis s’arrête rapidement pour éviter la surchauffe. En attendant de voir la température baisser en dessous d’une certaine limite, les Cortex A57 ralentissent tellement qu’ils passent sous la barre des 1 GHz. Puis ils passent le relais aux coeurs Cortex A53 plus faibles, lesquels fonctionnent autour de 1,6 GHz.

Et le Snapdragon 810 fait ainsi constamment le yoyo entre les Cortex A57 qui montent ponctuellement en fréquence avant de redescendre tout aussi vite, et les coeurs Cortex A53 qui font le boulot. Et comme il s’agit d’une architecture big.LITTLE, les huit coeurs ne fonctionnent pas en même temps, ce serait trop simple. Comparativement, le Snapdragon 801 ne change pratiquement jamais sa vitesse de fonctionnement (et plafonne à 2,3 GHz) et le Snapdragon 805 ralentit assez tard pour osciller entre sa fréquence maximale et une fréquence très correcte à 1,8 GHz. Comparativement, les Cortex A57 de l’Exynos 7420 démarrent vite et oscillent entre leur vitesse maximale de 2,1 GHz et une vitesse basse à 1,2 GHz, ne laissant que très rarement la main aux Cortex A53.

Nouvelle controverse pour le Snapdragon 810 ?

La conséquence de cela ? Puisque les Cortex A57 sont occupés à s’autoréguler, ils se chargent moins vite des tâches qui leur sont demandées, ou ne s’en chargent pas du tout. Ainsi, pour un même travail, le Snapdragon 810 met plus de temps et dépenserait, logiquement, plus d’énergie. Actuellement en test à la rédaction, le OnePlus 2 n’a pas montré une très faible autonomie, notamment dans un usage quotidien raisonnable. Nous avons en revanche trouvé que le comportement du Snapdragon 810 était curieux et cela pourrait donc avoir un impact sur la batterie. Allons-nous donc vers une nouvelle polémique sur le déjà très controversé Snapdragon 810 ? N’espérons pas.

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.