Google sous le coup d’une enquête de la FTC concernant Android

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
google

Android est la première porte d’entrée vers les services de Google. Cependant Google laisse-t-il cette porte d’entrée s’ouvrir à la concurrence ? Une enquête de la FTC souhaite déterminer si les pratiques de Google y ont été anticoncurrentielles et à quel point.

Google et Android : ces deux termes sont évidemment indissociables. Le premier développe le second dans un but simple : le smartphone est devenu la porte d’entrée principale vers ses services gratuits (Gmail, Search, Maps, Now, Hangouts, Photos, etc.). Il est donc naturel que la firme de Mountain View fasse tout pour y privilégier ses services. Mais Google aurait-il franchi une limite en refusant l’accès à des services concurrents ? C’est ce que tente de déterminer la FTC (la commission fédérale américaine en charge du commerce), avec l’accord du département américain de la Justice. Une enquête a en effet été ouverte pour pratique anticoncurrentielle au sein de l’écosystème Android.

Pratiques anticoncurrentielles

Selon un article de Bloomberg, la commission fédérale aurait rencontré plusieurs sociétés liées à Android qui aurait déclaré que Google donne non seulement la priorité à ses propres services dans le système d’exploitation, mais limite également l’accès aux services concurrents. Cela aurait donné l’occasion à la FTC de démarrer l’enquête qui n’en est aujourd’hui qu’aux stades préliminaires, mais qui fait évidemment échos aux enquêtes menées par la commission européenne suite aux plaintes de groupes tels que Microsoft, Nokia ou Expedia, mais également à l'enquête de la FTC sur l’activité Search du géant de Mountain View réalisée il y a deux ans et demi.

Il n’est pas si étonnant que Google se donne plus de moyens pour atteindre les usagers d’Android, notamment face à la concurrence de groupes tels que Microsoft, Yahoo ou encore Apple. Il est de notoriété publique que Google oblige les fabricants à installer sur chaque mobile certifié l’ensemble de la suite Google Play Services et à placer sur l’écran d’accueil un dossier avec tous les raccourcis vers cette suite. Reste à savoir si cela porte réellement atteinte aux applications concurrentes des briques Google (ce qui est probable), mais aussi aux constructeurs de mobiles, dont les modèles croulent souvent sous les applications non désirées.

Pas de vente en bundle 

À l’image de Microsoft avec Windows et Internet Explorer il y a quatre ans, cette pratique est anticoncurrentielle, notamment si un acteur domine le marché et qu’il force, que ce marché est lié aux besoins quotidiens des consommateurs et que l’achat d’un bien est lié à l’acquisition d’un autre. Toute la question est de savoir si Google domine bien le marché. Outre-Atlantique, celui-ci représente 58 % du marché. Et l’enquête étant américaine, la relative domination d’Android en Europe (près de 80% du marché) est donc presque hors sujet.

Cette enquête n’est cependant pas synonyme d’une action en justice qui va obliger Google à changer les règles du jeu dans l’écosystème Android. En effet, comme l’a démontré l’enquête précédente de la FTC contre Google citée plus haut, une telle procédure peut mener à un abandon pur et simple, sans poursuite, sans charge, sans procès. Certains estiment qu’il y aurait eu collusion entre les deux parties à l'époque. Une grave accusation, évidemment, qui va certainement jeter le trouble sur les décisions que la FTC prendra suite à cette enquête.

Partagez cet article

  • LinkedIn
comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer