promo red by sfr

Light L16 : curiosité de technophile ou vraie évolution photographique ?

Par Samir Azzemou

light

Un nouvel appareil photo vient d’apparaître sur Internet avec deux particularités. La première : il fonctionne sur Android. La seconde : il dispose de 16 capteurs photo à focale fixe. Et si c’était la prochaine évolution de la photo sur mobile ?

En ce début de mois d’octobre 2015, une start-up californienne fait le buzz autant dans le domaine de la photographie, dans l’univers de la mobilité que dans la high-tech en général. Son nom : Light. Et son premier produit, L16. Derrière ce nom de code se cache le premier appareil photo doté de 16 capteurs différents dont les propriétés (ouverture, focale, angle) sont différentes. 16 capteurs pour créer une seule photo : la meilleure possible. Dave Grannan, cofondateur de l’entreprise, estime même qu’il s’agit là de la prochaine étape dans l’histoire de la photographie. D’accord... mais laquelle ?

Light L16

52 mégapixels

Revenons au point de départ. Light est une start-up développée en 2013. Après deux tours de table (pour 35 millions de dollars environ) et deux ans de recherche et développement, l’entreprise dévoile enfin son premier produit : un boîtier qui, de dos, ressemble beaucoup à un appareil photo compact avec son grand écran tactile, et, de face, pourrait davantage faire penser aux Sentinelles dans la trilogie Matrix (vous savez, les pieuvres volantes qui affrontent les humains). Chacun des yeux de L16 est un capteur différent dont la tâche est de capter une partie de la scène. Au final, vous disposez d’une photo de... 52 mégapixels. C’est même plus que les clichés des meilleurs optiques Carl Zeiss Pureview des Lumia.

Cinq capteurs sont dotés d’une longueur focale de 35 mm (pour les gros plans). Cinq autres disposent d’une optique 70 mm pour les paysages et les portraits. Les six derniers seront dédiés aux zooms avec une longueur focale de 150 mm. Soit l’équivalent 35-150 mm d’un zoom optique de reflex ou de bridge. Mais ce ne sont pas 5 ou 6 capteurs qui agiront de concert, mais 10. Ainsi, vous aurez, comme avec certains smartphones (nous pensons par exemple au One M8 de HTC), la possibilité de régler la focale a posteriori. Évidemment, L16 est compatible HDR et capable de capturer des vidéos... en 4K.

Un appareil photo sous Android

Pour l’autofocus, le L16 semble s’appuyer sur un laser infrarouge qui rend la prise de vue très rapide. Afin de créer la photo et laisser libre court à votre imagination en post-traitement, le L16 fonctionne sur Android, ce qui en fait une excellente plate-forme de test pour le futur de la photographie sur les smartphones. L’application de contrôle semble offrir un nombre important de réglages qui plairont aux amateurs. À l’intérieur du boîtier, certifié IP54 (éclaboussure et poussière), vous retrouvez 128 Go de stockage interne. C’est beaucoup, mais en même temps, des photos de 52 mégapixels, c’est très lourd. Le boîtier est également compatible avec les trépieds. Il dispose d’un GPS et d’un accéléromètre. Cela ne nous étonnerait pas d’y trouver une plate-forme de smartphone...

Le L16 est peut-être la nouvelle étape dans la photographie compacte. Un projet qui donne évidemment des idées, mais qui attire aussi l’intérêt de certains industriels. Parmi eux, Paul Jacobs, le patron de Qualcomm qui est donc l’un des membres du conseil d’administration. Mais aussi Foxconn (c’est toujours les mêmes, en fait) qui s’occupera de la production. Le L16 ne sera cependant pas commercialisé avant l’année prochaine. Et cette révolution ne sera pas abordable : 1699 dollars au lancement, avec une période de précommande à 1300 dollars (ouverte jusqu’au 6 novembre 2015). Les précommandes seront en effet honorées à la fin de l’été prochain. Inutile donc d’attendre cette nouvelle révolution pour demain. Mais elle devrait, en attendant faire des petits.

La prochaine de la photographie ?

Si Light présente son produit comme la mort annoncée des boîtiers à objectifs interchangeables (type reflex), nous pensons que la formule doit d’abord être affinée avant que cela devienne effectivement une étape importante vers la photographie de demain. D’abord, comme tous les appareils compacts, la longueur focale (et donc la capacité à zoomer sans perte de qualité) est très faible. Les reflex sont capables de monter bien plus haut. Et c’est ça aussi qui fait le succès des bridges, par exemple.

Ensuite, cela manque d’adaptabilité. L’appareil semble offrir une vraie panoplie de services pour les portraits et les paysages, mais quand il s’agit d’aller un peu plus loin (timelapse, bokeh, synchronisation avec flash, etc.), les détails offerts par l’entreprise sont plus flous. Troisième point, avec 16 capteurs photo, il sera difficile d’offrir un vrai stabilisateur optique. Et là encore, la photographie plus classique y pourvoit. Enfin, il faudra qu'elle soit plus abordable. Et là, ce n'est évidemment pas le cas.

Un principe déjà connu, mais amélioré

Ce n’est pas la première fois que nous voyons un appareil avec plusieurs capteurs agissant de concert pour offrir de meilleures photos que s’il n’y en avait qu’un seul. Le One M8 de HTC, le V10 de LG, l’Axon Elite de ZTE, Le Honor 6 Plus de Huawei, etc. Que ce soit pour ajuster l’autofocus, améliorer le rendu de la photo, apporter plus de lumière, calculer la profondeur de champ ou même offrir un réglage de la focale postproduction, l’usage simultané de deux capteurs est déjà connu dans la téléphonie. C’est en revanche, la première fois que 10 capteurs sur 16 sont capables de prendre simultanément la même scène, le tout dans un encombrement réduit. Et c’est peut-être ça la vraie révolution : le L16 pourrait bien non pas préfigurer la photographie des professionnels et des amateurs avertis, mais annoncer vers quoi pourrait tendre la photographie mobile.

Partagez cet article

  • LinkedIn

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.