SFR RED 60 Go = 12

Apple Music : 6,5 millions d’abonnés payants

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
apple

Depuis le début du mois d’octobre, Apple a commencé de facturer les premiers abonnés d’Apple Music, ceux qui bénéficiaient depuis juin de l’offre d’essai gratuite. 6,5 millions d’entre eux auraient choisi de rester.

Pendant trois jours (du 19 au 21 octobre), à Laguna Beach en Californie, le Wall Street Journal organise une grande conférence durant laquelle sont interviewées quelques-unes des huiles des high-tech mondiales (et surtout américaines), mais aussi asiatiques. Nous y retrouvons certains noms bien connus et récurrents dans nos colonnes. Kazuo Hirai, le président de Sony. Chris Cox, le directeur produit de Facebook. Drew Houston, le cofondateur de Dropbox. Travis Kalanick, le cofondateur d’Uber. Lin Bin, le président de Xiaomi, en lieu et place d’un Lei Jun, raillé cet été pour son niveau d’anglais, et d’un Hugo Barra curieusement absent. Steven Mollenkopf, le patron de Qualcomm. Bill Maris, le « nouveau » patron de Google Ventures, récemment filialisée lors de la restructuration de Google. Et... Tim Cook.

Apple Music

En attendant d'arriver sur Android

Hier, le patron d’Apple a été l’un des premiers à intervenir (après le patron de la NSA, c'est dire l'importance de la firme de Cupertino), interviewé par Gerard Baker, le rédacteur en chef du Wall Street Journal, sur le thème des nouveaux horizons de la firme de Cupertino. Tim Cook a abordé, entre autres, la télévision, l’automobile, les droits de l’homme et surtout la musique. Un timing très pertinent, puisqu’Apple Music commence seulement à facturer ses clients.

Tim Cook a apporté quelques chiffres qui démontrent que les acteurs historiques de la musique en streaming (Spotify, Pandora, Deezer, etc.) avaient quelques raisons de s’inquiéter du rachat de Beats Music et de l’arrivée d’Apple Music. D’autant que ce service ne touche aujourd’hui que 5 à 20 % du parc installé mondial des smartphones : celui de l’iPhone. Dans les semaines à venir, Apple lancera son service sur Android, touchant 95 % du parc. Et même si la Pomme n’a pas bonne réputation auprès des fans du robot vert, l’offre pourrait en séduire quelques uns. Et ce sera toujours ça de gagner.

15 millions d'utilisateurs. 6,5 millions qui paient

Les premiers chiffres sont éloquents. Ce sont 15 millions de personnes qui aujourd’hui profitent d’Apple Music, sans compter ceux qui écoutent Beats 1 et les radios thématiques. Et 6,5 millions ont accepté de payer les 10 euros par mois que coûtent l’abonnement, les autres 8,5 millions n’ayant pas encore fini leur période d’essai de trois mois. Évidemment, Apple ne s’étale pas sur deux autres chiffres importants : le nombre d’usagers qui ont profité des trois mois gratuits et qui ont refusé de continuer et le nombre d’auditeurs qui ne profitent que des services gratuits, comme Beats 1. Mais Apple s’avère déjà être un excellent adversaire pour Spotify, leader mondial avec 20 millions d’abonnés payants.

Apple parviendra-t-il à redevenir LA référence de la musique sur Internet tel qu’il l’a été il y a dix ans avec iTunes ? En effet, si la boutique virtuelle musicale de la firme est encore aujourd’hui la plus utilisée dans le monde, son audience s’écroule (comme toute l’industrie de la musique dématérialisée en téléchargement). L’enjeu est donc important pour Apple. Il lui faut replacer iTunes au centre de l’écosystème musical, rattraper l’erreur iTunes Radio, rentabiliser les 3 milliards de dollars payés, affronter les acteurs déjà présents, et se préparer aux contre-mesures de Google mais aussi de Samsung. En effet, ce dernier pourrait être en train de préparer un nouveau service musical avec Jay-Z, le propriétaire de Tidal.

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer