Apple News : un premier bilan mitigé, mais encourageant ?

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • RSS
apple

Encore inédite chez nous, l’application Apple News est un agrégateur intelligent d’articles diffusés dans la presse. Source potentielle de revenus pour cette dernière, l’application n’arriverait cependant pas à convaincre les médias faute de chiffres exacts sur l’audience.

Présenté en juin 2015 et sorti avec l'iPhone 6S en septembre dernier (aux États-Unis, en Australie et au Royaume-Uni uniquement), Apple News est une initiative qui, à défaut d’être stable, a le mérite de faire avancer le débat sur le futur modèle économique de la presse à l’ère des médias digitaux et des smartphones. D’autant que le modèle économique est, à première vue, intéressant : la présence des médias dans Apple News n’est pas payante et chaque éditeur a la possibilité de vendre ses propres espaces publicitaires, conservant 100 % des revenus réalisés. Bien sûr, Apple peut également les vendre et conservera alors une commission de 70 %.

Apple News
Apple News présenté lors de la WWDC 2015

Cependant, les éditeurs de presse n’ont pas été convaincus par l’imprécision des informations offertes par Apple, ni même par les moyens mis en oeuvre pour créer des opportunités commerciales. Et pourtant, Apple News pourrait, avec d’autres (comme Facebook Instant Article et Snapchat Discover), réconcilier la presse, les lecteurs et les supports numériques, rien que cela. Mais comme pour Apple Pay, l’adhésion de toutes les parties sera unanime quand les chiffres seront bons. Et là, ce n’est pas qu’ils sont mauvais, c’est qu’ils sont faux.

Des chiffres irréguliers et sous-estimés

Un article du Wall Street Journal résume assez bien la situation. Eddy Cue, le vice-président d’Apple en charge des services et d’Internet chez Apple (et donc d’Apple News) a indiqué que 40 millions de personnes ont utilisé au moins une fois Apple News. Ce qui est potentiellement intéressant (même si cela ne représente qu’une parcelle du parc installé). Mais il explique aussi qu’il lui est impossible aujourd’hui de relever des chiffres d’audience précis et fréquents et que les chiffres apportés régulièrement aux éditeurs de presse sont faux et sous-estimés.

Un éditeur de presse vit aujourd’hui essentiellement des espaces publicitaires qu’il commercialise sur ces médias (les Internautes refusant en masse de participer à l’équilibre économique). Or, le prix de ces espaces dépend essentiellement de l’audience : plus la visibilité est forte, plus le prix monte. Cependant, Apple étant dans l’incapacité d’offrir des chiffres d’audience, les éditeurs de presse se rendent compte qu’ils ont vendu leurs espaces moins chers que ce qu’ils valent réellement (heureusement, ils n’ont pas survendu leur espace, sinon ils auraient certainement été contraints de payer des pénalités aux annonceurs). Comme quoi, même quand on est la première capitalisation boursière mondiale, on peut encore faire des erreurs de débutant.

Des améliorations à apporter (et prévues)

Eddy Cue rassure cependant les éditeurs : la prochaine mise à jour d’Apple News (certainement avec iOS 9.3) corrigera ce défaut. De plus, Apple a accepté que les médias intègrent des trackers (comme ceux de ComScore) dans leurs articles afin de comptabiliser par eux-mêmes leurs audiences. C’est un premier bon point. Mais ce n’est pas le seul défaut du système : Apple oblige les régies publicitaires à adopter iAd (sa propre technologie de serveur publicitaire) quand elles souhaitent vendre elles-mêmes les espaces publicitaires. Or, les régies n’ont pas attendu ni Apple, ni iAd pour s’équiper. Et le coût d’intégration (outre la licence) est prohibitif.

Dans une interview rapportée par le Wall Street Journal, Eddy Cue s’étonne du nombre de médias qui lui ont confié leurs espaces à commercialiser. Non, Monsieur Cue, ce n’est pas étonnant ! C’est juste pragmatique. Mieux vaut payer 30 % de commission sur un bandeau, que d’acheter une technologie, de payer un intégrateur pour l'utiliser et de salarier des commerciaux formés à cet outil ! Cependant, le vice-président affirme qu'Apple devrait fournir prochainement un accès « à la demande » à son réseau publicitaire pour faciliter l’utilisation d’iAd sans avoir à intégrer un serveur publicitaire spécifique. Reste évidemment à savoir quel en sera le coût...

Partagez cet article

  • LinkedIn
comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.