SFR RED 40 Go = 10

Microsoft est-il en train de fermer sa division smartphone ?

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
microsoft

Microsoft annonce une nouvelle réduction d’effectif sur sa division mobile. 1850 personnes sont concernées, dont les trois quarts en Finlande. Microsoft affirme vouloir désormais se concentrer sur les outils liés aux entreprises. Et les smartphones ?

La semaine dernière, nous avons relayé dans nos colonnes une information que beaucoup attendaient : le retour de la marque Nokia en téléphonie mobile. Un retour qui ne se fera pas en direct, mais via un cheminement complexe avec l’entreprise finlandaise HMD Global d’un côté et l’industriel taïwanais Foxconn de l’autre. Les deux sociétés collaboreront pour créer un catalogue de produits hétérogènes (des feature phones et des smartphones sous Android). Cette information avait une double signification. La première est le retour d’une marque iconique dans le monde de la téléphonie (et dans le monde tout court). Un retour pragmatique et réaliste. La seconde est l’impact certain sur l’activité mobile de Microsoft.

Surface Phone
Le Surface Phone restera-t-il un doux rêve ?

Encore 1850 personnes licenciées

Et cela n’a pas tardé. La firme de Redmond a diffusé un communiqué de presse aujourd’hui expliquant que sa division mobile va encore subir une réduction d'effectif, alors même que la vente de ses feature phones à Foxconn et HMD Global va déjà la délester de 4500 personnes. Cette nouvelle réduction concerne 1850 personnes, dont 1350 personnes en Finlande. L’unité commerciale de Microsoft basée à Espoo (non intégrée à Microsoft Mobile Oy) n’est pas concernée par ce plan. Évidemment, cette nouvelle réduction va engendrer une provision de 950 millions de dollars (dont 200 millions de dollars d’indemnités de licenciement) sur son quatrième trimestre fiscal qui sera clos au 31 juillet 2016.

Que va-t-il advenir de la division mobile maintenant qu’elle est débarrassée des feature phones, d’une grande partie de ses employés et de son catalogue de Lumia, de la marque Nokia et d’une partie des brevets ? Difficile à dire. Dans son communiqué de presse, la firme ne cite aucun projet hardware. Elle affirme qu’elle se focalisera désormais dans ses outils différenciateurs vis-à-vis des entreprises : la sécurité des données, la gestion de flotte et le service Continuum. Mais pas de mobile.

Microsoft veut persévérer... mais à quel point ?

Heureusement, un second document a été dévoilé par nos confrères d’Ars Technica. Il s’agit d’une lettre de Terry Myerson à l’ensemble des employés de Microsoft, notamment de sa division. Dans ce mail, il explique que le projet de Microsoft reste inchangé, même s’il est plus modeste dans ses ambitions : développer un écosystème pour des applications universelles qui fonctionneront sur PC, tablette, Xbox et mobile ; investir dans le support des plates-formes, développées en propre ou avec les partenaires constructeurs ; et créer de nouvelles expériences combinant matériels, logiciels et services.

Dans son mail, Terry Myerson confirme qu'il s'agit d'une réduction de la voilure, mais pas d'un retrait. Il souhaite voir de nouveaux produits hardware émerger de Microsoft, malgré cette mésaventure. S’agit-il d’une phrase qui concerne la téléphonie ou sa division en général (qui inclut aussi Surface et Xbox) ? Difficile à savoir. D’autant que ce nouveau plan de licenciement laisserait exsangue l’équipe qui conçoit les terminaux. L’avenir est donc incertain, aussi bien pour Lumia que pour l’hypothétique Surface Phone. Et il ne serait pas impossible que Microsoft finisse par tout arrêter, au risque de jeter 5,44 milliards de dollars par la fenêtre, somme pratiquement perdue en trois ans, puisque la finalisation du rachat de la branche de Nokia date du printemps 2013.

Partagez cet article

  • LinkedIn
comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer