La folle progression de Huawei n’est-elle qu’un feu de Bengale ?

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
huawei

Brillant en 2015, Huawei a revu ses prévisions de vente à la baisse pour 2016. Une tendance confirmée par une étude de l’institut Taïwanais Trendforce qui estime la progression de la marque à 10,2 % seulement. Lenovo et Xiaomi devraient continuer de reculer.

En 2015, la marque qui a certainement le plus impressionné est Huawei. Le groupe chinois, grâce à une montée en gamme de ses produits, la visibilité offerte par son partenariat avec Google et le dynamisme de sa marque alternative Honor, a pris la troisième place du classement mondial, coiffant au poteau ses compatriotes Lenovo, Xiaomi ou encore ZTE. Mais en 2016, la tendance n’est pas la même. Il y a deux semaines, nous rapportions une indiscrétion qui laissait entendre que Huawei aurait signé des contrats avec ses partenaires industriels pour l’équivalent de 120 millions de mobiles sur l’année 2016, loin des 140 millions prévus au départ.

Huawei P9
Le P9 de Huawei suffira-t-il à freiner la croissance d'Oppo et Vivo ?

Une croissance 7 fois inférieure

Et ce chiffre pourrait être la fourchette haute des résultats de Huawei en 2016. Selon une étude du cabinet d’étude taïwanais TrendForce, Huawei pourrait écouler 119 millions d’unités cette année, soit une progression de 10,2 % par rapport à 2015. Un chiffre sept fois plus faible que celui de l’année dernière. Bien sûr, une tendance à la hausse est toujours plus positive qu’une tendance à la baisse, ce que vivent deux autres acteurs chinois et anciens locataires du Top 5 mondial, Lenovo et Xiaomi. En 2015, les deux entreprises ont reculé, mais pour des raisons différentes. Et selon TrendForce, elles ne parviendront pas à redresser la barre, la première baissant de 15,7 % et la seconde de 13,2 %. 

Qui sont donc les marques qui chahutent autant les trois leaders chinois ? Il s’agit de la nouvelle vague chinoise, opportuniste, agile et ambitieuse. Les deux symboles de cette vague sont Oppo et Vivo, dont les produits milieu de gamme se vendent comme des petits pains dans l’Empire du Milieu. Respectivement numéro 4 et numéro 5 au niveau mondial au 1er trimestre 2016, selon IDC, Oppo et Vivo pourraient le rester sur l’ensemble de l’année. Selon TrendForce, Oppo vendrait 78 millions de mobiles en 2016 et Vivo 66 millions. Soit une progression respective de 59,2 % et 40,4 %.

LeEco : un concurrent très sérieux

Parmi les autres menaces identifiées par l’institut d’étude se trouve également LeEco (ex LeTV). Le portail audiovisuel chinois s’est lancé en téléphonie il y a un an et a déjà fait forte impression. Si en 2015 les volumes d’unités vendues ont atteint la barre des 5 millions, ils pourraient atteindre les 20 millions en 2016. Une projection due à son arrivée aux États-Unis, mais surtout à la prise de participation de LeEco dans le capital de Coopad / Yulong, lui donnant accès au réseau de distribution physique de ce dernier.

TrendForce étant Taïwanais, l’institut n’a pas pu s’empêcher de réaliser le même exercice avec deux acteurs locaux, eux aussi emblématiques : Asus et HTC. En 2015, le créateur de la gamme Desire était devant le concepteur des ZenFone. En 2016, cela devrait être l’inverse, parce qu’Asus devrait progresser de 34,4 % et HTC reculer de 26,8 %.

Partagez cet article

  • LinkedIn
comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.