promo red by sfr

Bientôt des contenus exclusifs aux membres premium chez Spotify

Par Samir Azzemou

spotify

Spotify a fini par céder à la pression des artistes et des maisons de disque : le leader mondial du streaming musical proposera bientôt des contenus temporairement exclusifs à ses membres premium afin d’amener les auditeurs qui ne paient pas à s’abonner.

Les labels musicaux ont marqué un point important ces jours-ci : ils ont réussi à forcer Spotify à concéder sur l’un des points essentiels sur lequel le leader mondial de la musique en streaming refusait catégoriquement : proposer des contenus exclusifs aux seuls auditeurs qui payent pour écouter des chansons. C’était un voeu de l’artiste Taylor Swift qui avait enlevé son album du catalogue de Spotify parce que l’entreprise suédoise refusait de réserver ses morceaux aux abonnés premium. Un exemple qui a ensuite été suivi par d’autres (Adele, Coldplay, etc.) qui ont trouvé refuge chez des concurrents qui prônent le tout payant, comme Apple Music et Tidal. C'était aussi une rumeur qui datait de plus d'un an... Les négociations ont été longues.

Spotify

Un demi-pas en avant

Le contenu n’est cependant pas réservé pour les abonnés premium de façon permanente, mais temporairement. Une sorte d’exclusivité de 15 jours qui permettront à tous ces mélomanes de découvrir les albums dans leur ensemble (notamment à ceux qui sont prescripteurs, comme les blogueurs et les curateurs de playlists). Les singles, en revanche, resteront accessibles à tous, à l’image d’une radio FM par exemple qui diffuse toute la journée les titres que les maisons de disque ont choisi de mettre en avant. Après la période de quinze jours, les albums seront accessibles aux titulaires de l’offre gratuite. 

Le lancement d’album temporairement en exclusivité pour les abonnés payants a été développé très récemment et contraste totalement avec le refus jusqu’à présent de Spotify de créer des inégalités entre les deux catégories de consommateurs. Cependant, il semble que ce résultat soit le fruit de longues négociations, puisque l’annonce de cet outil marketing est l’une des clauses du nouvel accord de licence signé entre Spotify et la principale maison de disque, Universal. Il n’y avait évidemment qu’Universal pour arriver à faire changer d’avis le service suédois.

Un bras de fer complexe

Cependant, il y a un signal important : Universal n’est pas parvenu à ce que Spotify accepte que certains albums soient accessibles définitivement qu’aux abonnés premium (une demande forte, parce que les revenus en provenance d’une chanson écoutée par un auditeur payant sont largement plus élevés que celle écoutée par des auditeurs d’offres gratuites). Cela signifie que Spotify est conscient que le streaming musical est aujourd’hui la première source de revenus des maisons de disque et des artistes, devant la vente d’albums physiques ou en téléchargement (51,4 % aux États unis, selon la RIAA). Une position confortable donc pour Spotify, même face à un acteur comme Universal dont le catalogue lui est indispensable pour offrir un service quantitatif et qualitatif face à Apple, dont la progression reste très soutenue.

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.