SFR RED 30 Go = 10

Qualcomm se dit prêt à vivre sans Apple

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
qualcomm

Ce n’est plus le grand amour entre Apple et Qualcomm. Actuellement, es deux firmes américaines se parlent par avocats interposés. Mais le fondeur, sous pression de l’OPA de Broadcom, se veut rassurant et explique pourquoi.

Les nuits de Steve Mollenkopf ne doivent pas être sereines. Même si le patron de Qualcomm a présenté un nouveau chipset la semaine dernière, le fameux Snapdragon 845, « l’autre » actualité de la société n’est pas rassurante. Combat judiciaire avec son ancien client principal, Apple, avec perte du chiffre d’affaires généré à moyen terme. Enquêtes multiples en provenance de régulateurs des deux côtés de l’Atlantique. la finalisation du rachat de NXP certainement reportée à 2018. Et OPA hostile de la part de Broadcom. Même si le temps estival d’Hawaii était bénéfique pour le moral, le Snapdragon Tech Summit n’a pas tourné qu’autour du SD845...

Qualcomm

Il n'y a pas qu'Apple dans la téléphonie...

Cependant, les responsables de Qualcomm affichaient une certaine sérénité face à l’ensemble de ses sujets. Notamment face à celui d’Apple, lequel est certainement celui qui inquiète le plus les actionnaires qui voient dans le rapprochement d’Apple et Intel une baisse significative des bénéfices qu’ils recevront. Cristiano Amon, président de QCT (ou Qualcomm CDMA Technologies), a expliqué, auprès de nos confrères de PC Mag, que le groupe est prêt à s’affranchir de ce client, même entièrement (car Apple pourrait remplacer les modems CDMA de Qualcomm par des solutions de MediaTek).

Pour justifier cette confiance et cette sérénité (de façade ?), il évoque les différents leviers de croissance à sa disposition : la Chine, où Qualcomm a signé des accords avec Oppo, Vivo et Xiaomi, son accord avec Samsung (même si le Coréen développe ses propres composants), l’arrivée dans les trois ans à venir de la 5G, etc. Et jusque-là, les leviers de croissance sont tous plus ou moins liés à la téléphonie. Et il y a évidemment ceux qui vont au-delà, comme l'informatique avec les PC sous Windows 10 et sur chipset ARM. Mais aussi... l’automobile.

... et pas que la téléphonie en high-tech

Dans ce domaine, un partenariat très intéressant, relayé par l’agence de presse Reuters, a été dévoilé durant le Snapdragon Tech Summit. Celui signé avec BlackBerry. La firme canadienne développe des systèmes embarqués pour les voitures. Son dernier système s’appelle QNX Hypervisor 2.0, présenté officiellement en juin dernier. Il offre plusieurs services : affichage des informations sur le véhicule, divertissement, contrôle de l’électronique embarqué, etc.

Grâce au partenariat avec Qualcomm, BlackBerry utilisera le chipset Snapdragon 820A, version du SD820 dédiée aux systèmes embarqués. Cela veut dire que, quand BlackBerry vendra un Hypervisor 2.0 à un constructeur automobile, il emploiera un SD820A pour chaque véhicule concerné. Reste à savoir qui signera avec BlackBerry. Cependant, même si BlackBerry ne parvient pas à convaincre, Qualcomm pourrait bien devenir dans les 12 prochains mois, le leader des chipsets pour les voitures. Le fondeur hériterait de cette position grâce au rachat de NXP. Et avec la position viendrait aussi la clientèle, comme le groupe Hyundai.

Partagez cet article

  • LinkedIn
comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer