Apple annonce une mise à jour d’iOS pour désactiver manuellement le bridage des chipsets

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
apple

Alors que son volet judiciaire monte en puissance, l’affaire du bridage des chipsets par Apple n’en finit plus de faire parler. Tim Cook s’est officiellement exprimé sur le sujet, promettant une mise à jour pour donner plus de contrôle à l’usager.

Début d’année difficile pour Apple. Alors qu’elle est visée par plusieurs affaires d’optimisation fiscale, en Europe comme aux États-Unis, la firme doit gérer les retombées de la mise à jour qui bride les chipsets des téléphones. En effet, après avoir confirmé officiellement que certaines mises à jour limitent la vitesse des processeurs des générations d’iPhone de 2014, 2015 et 2016 si leur batterie est défectueuse, des recours collectifs ont été montés contre la firme pour manquement aux conditions générales de vente.

iPhone 7
L'iPhone 7 est évidemment concerné par la baisse des performances de son chipset

Des enquêtes qui se multiplient

En outre, plusieurs institutions gouvernementales, la DGCCRF en France, l’AGCM en Italie et la FCC aux États-Unis, ont monté des enquêtes pour prouver (ou non) l’obsolescence programmée des terminaux. Nous évoquions le cas italien pas plus tard que cet après-midi, car Apple n’est pas la seule marque visée par l’enquête de nos voisins européens.

Samsung l’est également, même si l’affaire ne concerne pas la firme coréenne à l’origine. Évidemment, autant de bruits autour de cette affaire, ce n’est pas bon pour le chiffre d’affaires. Et c’est, comme toujours, au premier VRP de la marque, Tim Cook en personne, de prendre la parole dans les médias.

De l'argent pour le contribuable et l'emploi

Accordant une interview à nos confrères américains de ABC News, le patron de la firme de Cupertino est revenu sur tous les dossiers sensibles de la marque : l’optimisation fiscale, la fabrication en Chine des smartphones ou encore la fameuse politique de mises à jour des terminaux. Pour le premier sujet, Tim Cook annonce que 38 milliards de dollars seront versés à l’État américain. Voilà de quoi en calmer certains.

Du côté de l’emploi, il explique qu’Apple investira 350 milliards de dollars sur les cinq prochaines années pour créer 20 000 emplois outre-Atlantique (pas chez Apple, mais dans l’écosystème qui fonctionne grâce à la firme). Il affirme également qu’une prime exceptionnelle sera versée à chacun de ses 25 000 employés sous la forme d’action. Ils pourront ainsi bénéficier des bons résultats de l’entreprise. Sans oublier l’investissement dans les écoles pour apprendre la programmation aux enfants.

Une mise à jour à venir

Pour les autres, les consommateurs qui se sentent lésés par la baisse de performance des mobiles, Tim Cook a également fait deux annonces. D’abord, le prix du remplacement hors garantie d’une batterie d’iPhone passera de 79 dollars à 29 dollars. Cette baisse se répercutera logiquement partout dans le monde (avec quelques petites différences selon les devises et les taxes locales). Ensuite, une mise à jour sera prochainement poussée vers les iPhone incluant une nouvelle fonction pour désactiver manuellement le bridage des chipsets. Ainsi, l’usager est maître de son téléphone.

Tim Cook fait également son mea culpa dans cette interview. Il s’excuse auprès des consommateurs qui se sont sentis lésés. Il estime que la firme n’a pas assez communiqué sur son objectif principal (permettre à un iPhone de fonctionner relativement correctement, même si la batterie montre des signes d’usure) lors de la publication de la mise à jour. Et c’est ce que nous disions dès lors que cette affaire a pris de l’ampleur. « Peut-être n’avons nous pas été assez clairs », ajoute-t-il. Il n’y a aucun doute là-dessus !

Il réaffirme aussi que cette mise à jour n’a pas pour but d’amener les clients à changer d’iPhone. Mais justement de le garder plus longtemps. Et ça, nous voulons bien le croire. Dès lors que la prochaine mouture arrivera, les clients seront au courant et auront un peu plus de pouvoir (et de responsabilité).

Partagez cet article

  • LinkedIn
comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer