SFR RED 40 Go = 10

Nokia devrait revendre Withings à son cofondateur

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
withings

Nokia et Eric Carreel, le cofondateur de Withings, ont signé un accord de négociation exclusif pour la reprise de la division santé connectée de la firme finlandaise. Une finalisation est attendue avant la fin du trimestre en cours.

Withings restera finalement française. Car, parmi tous les dossiers sur sa table, notamment ceux de Google et de Samsung à en croire des informations de la presse économique (relayée dans nos colonnes ces dernières semaines), Nokia a choisi celui d’Eric Carreel, le confondateur originel de la start-up. Dans un communiqué de presse publié hier, Nokia annonce être entré en négociation exclusive avec l’entrepreneur français.

Négociation exclusive

Cette négociation est menée par la filiale française de Nokia Technologies. Selon Nokia, elle devrait être finalisée avant la fin du second trimestre 2018. Soit dans moins de deux mois. Et elle concerne toute la division santé connectée, incluant les produits commercialisés auprès des entreprises et des particuliers, ainsi que la fabrication et la distribution de ces produits. Le catalogue de produits inclue des montres intelligences, des balances connectées et d’autres produits liés au bien-être (comme des trackers d’activité).

Withings Go

Si les termes de cette négociation ne sont pas annoncés, il paraît évident qu’elle concerne le montant, le nombre d’employés, la dette, les stocks de produits et le prix des licences d’exploitation pour les brevets. Car Nokia devrait évidemment garder dans son giron les technologies développées par Withings. Cela est quasiment confirmé par le communiqué de presse qui explique que cet accord entre dans le cadre de la stratégie de Nokia de devenir une entreprise qui licencie ses technologies à des fabricants de produits. Un peu comme la téléphonie avec HMD Global.

Un projet qui rappelle HMD Global

Le choix de Nokia est très intéressant. Au lieu de se tourner vers l’un des grands groupes électroniques (comme Samsung) ou l’un des GAFAM (il s’agirait donc de Google), Nokia a préféré se tourner vers le cofondateur de Withings. A priori, son projet est certainement l’un des plus « humains » (comprenez qu’il englobe une partie plus importante des ressources humaines actuellement intégrées à Withings). Et il ressemble beaucoup à celui d’Arto Nummela et des anciens de Nokia Devices & Services.

Mais il faudra tout de même y mettre le prix. Car, même si Eric Carreel fait partie de ceux qui ont vendu à l’origine la start-up à Nokia, pour la somme de 171 millions d’euros, et même si Withings a depuis été dévaluée de 140 millions d’euros (ce qui en fait une entreprise assez abordable), il nous semble évident que l’entrepreneur français est épaulé par un fonds d’investissement ou un organisme financier pour porter son dossier. Reste à savoir par qui ? Rappelons que l’État français avait à cœur de suivre ce dossier. Peut-être s’agit-il d’un fonds public ?

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer