OPPO Reno 10x Zoom

ARM Holdings suspend ses activités commerciales avec Huawei

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
huawei

ARM, concepteur des architectures Cortex et Mali, a décidé de suspendre les licences commerciales accordées à Huawei, bloquant le développement de futurs chipsets chez HiSilicon et empêchant la firme de s’approvisionner chez les concurrents.

Jusqu’à présent, Huawei avait une réponse pour chaque problématique soulevée par l’embargo commercial qui lui a été imposé la semaine dernière (et qui a été suspendu sous certaines conditions jusqu’au 19 août prochain). Se passer de chipsets et des modems de Qualcomm pour les smartphones ? C’est possible. Elle dispose de sa propre équipe de développement, HiSilicon, et se fournit chez MediaTek pour ses terminaux low cost. Pour le reste, il existe des alternatives moins qualitatives, mais c’est mieux que rien. Pareil pour Intel, Broadcom ou Xilinx.

Kirin 980
Le Kirin 980 fonctionne avec des processeurs Cortex et Mali en provenance d'ARM

Se passer d’Android ? Éventuellement, oui. D’ici le printemps prochain, voire avant, Huawei pourrait sortir un système d’exploitation nativement compatible avec Android. Se passer de Google Play ? Nous reviendrions cinq ans en arrière, à l’époque des smartphones non certifiés par Google où il fallait contourner les obstacles. Des habitudes à reprendre. Ne pas proposer les applications américaines (Twitter, YouTube, WhatsApp, etc.) dans sa boutique alternative ? C’est déjà un peu plus complexe. Mais les alternatives existent. Et créer une solution de remplacement n’est pas impossible.

Certains partenaires plus faciles à remplacer que d'autres

Et se passer d’ARM ? Cette question-là, Huawei ne se l’était peut-être jamais posée. Et pourtant, il faudra bien. Car, selon le média britannique BBC, ARM Holdings, filiale de Softbank, aurait décidé de suivre les recommandations du gouvernement américain vis-à-vis de Huawei. Dans un message interne adressé à ses employés, la direction de ARM informe que les relations commerciales avec Huawei sont suspendues jusqu’à nouvel ordre, incluant les licences d’exploitations des brevets, des technologies et des logiciels qu’elle fournit, ainsi que les services de support.

Dans le message, la direction de la firme britannique explique cette décision : les architectures et les brevets réalisés par ARM sont, au moins en partie, développés à partir de technologies américaines. Or, depuis la restriction émise par Washington, il est interdit de vendre des technologies américaines à Huawei. Même si ce n’est qu’en partie, ARM prend donc la décision de ne pas prendre de risque. Notez cependant que cette décision pourrait changer dans les prochains jours suite à l’allègement des restrictions décidé par le département du commerce américain, le 21 mai.

Des technologies propriétaires devenues des standards

Pourquoi cette décision d’ARM est-elle importante ? Parce que tous les smartphones fonctionnent aujourd’hui avec une technologie ARM. Que ce soit l’iPhone, les Galaxy, les Mate, les Redmi, etc. L’implication d’ARM dans un smartphone est double. Le premier concerne les jeux d’instructions qui permettent à un système d’exploitation de réaliser une action avec un processeur. Tous les processeurs pour smartphone du marché fonctionnent avec un jeu d’instruction ARM, que ce soit ARMv1 à v7 pour les chipsets 32 bits ou ARMv8 pour les chipsets 64 bits.

Seconde implication : les architectures. Celles pour les processeurs applicatifs, appelées Cortex, et celles pour les processeurs graphiques, appelées Mali. Si les architectures Mali ne sont pas obligatoires dans un chipset (Imagination Technologies proposent les PowerVR en remplacement), les Cortex, eux, servent dans tous les chipsets. Certains les customisent, comme Samsung (Mongoose), Apple (Vortex, Tempest, etc.) ou Qualcomm (Kryo). Mais la majorité des fondeurs les utilisent de façon standard. C’est le cas de MediaTek, Unisoc (ex Spreadtrum) ou… HiSilicon.

Ni chez HiSilicon, ni chez les autres fondeurs

Sans les licences d’exploitation de ARM, HiSilicon ne peut plus développer de chipsets. Il lui faudrait plusieurs années pour concevoir, à partir de rien, une architecture pour processeur applicatif. Cela a pris longtemps à Samsung et à Apple pour arriver au résultat que nous connaissons aujourd’hui. Selon BBC, HiSilicon serait en mesure de continuer de produire des chipsets déjà existants, notamment les Kirin 710 et 980 que vous retrouvez aujourd’hui dans les terminaux premium de Huawei et Honor. En revanche, le fondeur de Huawei ne sera pas capable de finaliser les suivants.

En outre, Huawei ne pourrait acheter chez un autre fondeur, même chez Unisoc ou MediaTek, des chipsets  basés sur les designs ARM. Si l’arrêt des relations commerciales entre Huawei et ses fournisseurs américains, Google, Intel et Qualcomm en tête, est un coup dur, la décision de ARM est bien plus importante encore. La BBC relaie dans son article une déclaration de Huawei suite à cette décision. Dans celle-ci, la firme chinoise réaffirme son engagement à entretenir d’excellentes relations avec ses partenaires, mais reconnaît que ARM « est soumise à de fortes pressions, l’amenant à prendre des décisions motivées par la politique. » Une déclaration plus amère que les précédentes.

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer