SFR RED 30 Go = 10

Bientôt un capteur 64 mégapixels dans un mobile Realme

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
realme

Alors que se déroule à Shanghai le MWC Asia, Realme, marque alternative d’Oppo, annonce pour le second semestre un smartphone équipé du capteur ISOCELL Bright GW1 de 64 mégapixels. Mais, est-ce bien suffisant comme argument ?

Une marque naissance doit faire parler d’elle pour exister, face à celles qui sont déjà en place parfois depuis plus de dix ans. Realme est clairement dans cette configuration. Émanation d’Oppo initialement développée pour le marché indien, la marque a ensuite vu ses ambitions internationales monter d’un cran. D’abord vers la Chine. Puis en occident, en passant par l’Europe où le Realme 3 Pro a été officialisé (dont en France). Cependant, se positionner face à Honor, Xiaomi ou OnePlus n’est pas suffisant pour exister.

Le Bright GW1 de Samsung trouve son premier client

D’où cette annonce faite cette semaine : la marque annonce qu’elle commercialisera dans le courant du deuxième semestre (espérons que cela sera plus au début qu’à la fin), un smartphone doté du capteur ISOCELL Bright GW1 de Samsung. C’est un capteur assez étonnant, dévoilé il y a quelques semaines par la branche composant du groupe coréen. Outre une belle taille pour un capteur destiné à un smartphone, son principal atout est d’afficher une définition de 64 mégapixels.

Realme 64 megapixels

Le Bright GW1 est en effet le premier capteur 64 mégapixels destiné à un smartphone. Il surpasse donc le capteur Pureview 41 mégapixels que vous retrouviez chez certains Nokia, mais surtout l’Exmor IMX586 de Sony qui affiche 48 mégapixels. Ce dernier est « LE » capteur photo du moment en téléphonie premium. Il fait beaucoup parler de lui et vous le retrouvez aujourd’hui dans une grosse vingtaine de terminaux. La photo qui accompagne cet article a été réalisée avec un smartphone Realme équipé de ce capteur.

Des pixels aussi petit que chez Sony

La définition de 64 mégapixels est donc un palier important. Il est atteint d’une part grâce à une augmentation de la taille du composant (1/1,72 pouce contre 0,5 pouce généralement). Cela veut dire aussi que le capteur prendra plus de place dans le châssis du smartphone, que son objectif sera plus grand et, peut-être aussi, plus profond. Ce qui pourrait amener à une protubérance prononcée.

Ensuite, Samsung atteint les 64 mégapixels grâce à une taille réduite des pixels photosensibles : 0,8 micron. C’est la même taille que les pixels de l’IMX586. Ce n’est d’ailleurs pas le seul point commun : le Bright GW1 est également capable de travailler en quad-pixel, c’est à dire de combiner les informations de quatre pixels adjacents pour former une image d’une définition plus petite, ici 16 mégapixels, mais dont le résultat est plus lumineux et contrasté.

Accompagné de trois autres capteurs

Realme utilisera donc ce capteur, mais pas uniquement. Il fera partie d’un quatuor. En effet, le smartphone, dont le nom n’a pas été dévoilé, sera équipé d’un quadruple capteur à l’arrière. Nous imaginons bien que l’un d’eux soit positionné derrière un téléobjectif, qu’un autre soit équipé d’un objectif grand-angle et qu’un dernier serve au calcul des profondeurs.

Bien sûr, cette annonce est d’abord un coup de pub. Car, comme dit l’adage, le capteur seul ne fait pas l’appareil photo. Et, en élargissant cette pensée, un capteur photo ne fait pas non plus le smartphone. Il faudra donc attendre une officialisation avant de savoir si l’intégration du Bright GW1 est le seul argument de ce téléphone ou pas.

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer