image de couverture lesmobiles

Test : HTC Desire 500

Par La Rédac LesMobiles - 08 novembre 2013 à 0:0
Avis LesMobiles.com
Desire... pour toute personne ayant suivi la démocratisation d'Android, ce nom est déjà rangé dans la case nostalgie. Avec cette gamme, HTC a commencé par dominer le smartphone Android, puis a gardé le nom pour des modèles abordables, de moins en moins mis en avant. Sont-ils à snober pour autant ? Réponse avec ce HTC Desire 500.
Tous les constructeurs le savent : n'est pas Apple qui veut et pour espérer gagner des places sur le marché de la téléphonie, il faut multiplier les gammes. HTC a fait une entrée en grandes pompes dans la catégorie des monstres de puissance avec son HTC One, excellent appareil capable du meilleur. Mais cette qualité à un prix et il n'est pas envisageable pour le constructeur de n'avoir qu'une corde à son arc. Ainsi a suivi une gamme de smartphones plus modestes. Vendu 249 € sans abonnement, soit le prix d'un Nexcarte microSD qui semble obligatoireus 4, le HTC Desire 500 est le petit dernier.

HTC Desire 500



La concurrence est pourtant rude : Google brade ses modèles pour préparer l'arrivée du Moto X, et même chez HTC, il existe des déclinaisons allant de l'entrée au milieu de gamme, que ce soit le Desire 601 ou le HTC One Mini. Tout cela sans compter les appareils sous Windows Phone 8, qui, nous l'avons vu, s'en sortent souvent bien mieux que les smartphones sous Android quand il s'agit de proposer un minimum de qualité pour un prix très bas. HTC le sait aussi. Il n'empêche que ce Desire 500 pourrait avoir des arguments pour lui.

Evoquons rapidement les détails techniques. Loin des grosses briques de 5 pouces, le HTC Desire 500 est un smartphone plutôt petit (131,8 x 66,9 x 9,9 mm) et menu. Sur la balance, son poids reste dans la moyenne de ce qui se fait aujourd'hui : 123 grammes, la moyenne étant autour de 125 grammes. Bref, nous voyons d'emblée un modèle qui doit séduire un public qui cherche vraiment un téléphone portable.

L'écran de 4,3 pouces est à peine plus petit que celui du HTC One, mais la différence en termes de définition est de taille : nous sommes sur un standard d'il y a deux ans, à savoir du 800x480 pixels, que les constructeurs réservent d'habitude à l'entrée de gamme. A titre de comparaison, le Nexus 4, sorti bien plus tôt et au même prix a un écran défini en 1280x768 pixels. Même le HTC One S était défini en 960 x 540 pixels. On voit donc que ce n'est pas par là qu'il brillera...

Sous le capot, on retrouve un processeur quadruple coeur Qualcomm Snapdragon 200, cadencé à 1200 MHz. C'est naturellement suffisant pour faire tourner a priori la plupart des applications. Pour épauler tout ce beau monde, on va trouver 1024 Mo de RAM et pour sauvegarder vos précieuses données, seulement 4 Go de mémoire interne, extensibles jusqu'à 64 Go via carte microSD.

L'appareil photo est un engin somme toute très classique équipé d'un capteur de 8 megapixels avec flash à LED et pouvant faire de la vidéo jusqu'à 1280x720 pixels. La batterie de 1800 mAh permet une autonomie théorique de 12 heures en 3G. L'engin est compatible 3G et dispose du NFC.

Vous le trouverez principalement en blanc et bleu, même si une version noire existe.

Contenu de la boîte

HTC a fait le strict minimum, on retrouve tout ce dont on aurait besoin pour utiliser un smartphone dès la sortie de sa boîte. On regrette l'absence de carte microSD : les 4 Go de stockage auraient bien besoin d'un petit boost.

• Un HTC Desire 500
• Un kit mains libres stéréo filaire avec des écouteurs classiques
• Un câble microUSB
• Un chargeur secteur
• Le manuel de démarrage rapide et quelques papiers




Design

Depuis le Desire premier du nom, les lignes de cette gamme n'ont pas beaucoup changé. Vous vous souvenez de ce smartphone rectangulaire aux bords arrondis, avec son joystick sur la partie basse et ses boutons de fonction à gauche et à droite ? Prenez ce standard, mettez-le au goût du jour et vous aurez le Desire 500.

On retrouve donc un smartphone plutôt fin, composé de plusieurs éléments de couleurs différentes. Le blanc pour la coque, le noir pour l'appareil en lui-même, le bleu pour le liseré. Le modèle noir est plus sobre, vu que les couleurs ne sont pas différentes sur l'appareil. Au sommet, le logo de la marque vous toise, sobre et incrusté dans le plastique. D'ailleurs, le plastique, c'est ce que l'on retrouve quasiment partout, écran excepté. Toute la coque n'est qu'une seule pièce détachable moulée dans un plastique plutôt mou.

HTC Desire 500


HTC Desire 500



Les matériaux choisis ne sont pas de grande qualité, mais les finitions sont bonnes et HTC n'a pas été tenté par un côté brillant qui a tendance à rendre les matières plastiques très cheap. Certes, le dos est brillant sur le modèle blanc, mais cela ne dérange pas à première vue. La seule chose que l'on remarque, en sortant l'appareil, c'est qu'il s'agit d'un design très jeune, pour ne pas dire adolescent.

Gamme légendaire, mais mise à jour tout de même : exit d'une part les bords trop arrondis. C'est toujours arrondi, mais beaucoup moins que sur les premiers modèles. On retrouve des lignes finalement plus classiques et plus génériques : certains le regretteront, non, le Desire n'est plus reconnaissable d'un seul coup d'oeil. Exit également le joystick central qui n'a plus sa place sur un smartphone moderne sur lequel tout est fait sur l'écran. Cela dit, nous ne sommes pas dans du full tactile comme Google le souhaiterait : il reste deux boutons sur la face avant du Desire 500.

HTC Desire 500 : côté


HTC Desire 500 : côté 2


HTC Desire 500 : bas


HTC Desire 500 : haut



D'ailleurs puisque l'on parle bouton, il faut noter que tous les interrupteurs et autres réglages sont directement intégrés dans la coque, ce qui permet à HTC d'avoir assez facilement des finitions très propres. Les boutons ne débordent pas et tombent juste ce qu'il faut sous les doigts, puisqu'ils sont intégrés au cadre : ingénieux pour un modèle qui a dû imposer aux designers un certain budget. Comme sur le HTC One, on retrouve une enceinte visible qui, elle aussi, est matérialisée visuellement dans la coque, sur le haut de l'appareil. Elle se trouve en fait en-dessous de ce renfoncement.

Au niveau des ports, vous trouverez la classique prise microUSB en bas de l'appareil et une entrée jack. La microSIM et la carte microSD sont accessibles en enlevant la coque et en allant triturer les entrailles de la bête, que nous allons prendre en mains dès à présent.

Test HTC Desire 500 : dos


Test HTC Desire 500 : haut parleur






Prise en main et ergonomie

A ma gauche, Apple, qui s'entête à limiter la gamme iPhone à des appareils de 4 pouces. A ma droite, Android qui va parfois franchement dans la démesure, appelant désormais « smartphone » des appareils de 6 pouces, voire 7. Cela dit, dans la catégorie des smartphones Android, la liberté est offerte aux constructeurs et certains résistent encore en proposant des formats entre les deux extrêmes. HTC avait par exemple choisi de limiter son haut de gamme à 4,7 pouces, ne succombant pas aux appels du 5 pouces, norme apparente de cette année 2013. Rebelote cette fois avec un appareil à l'écran de 4,3 pouces : certains diront que c'est précisément ce qu'il faut pour que cela tienne bien en main.

Et effectivement, on aurait bien du mal à dire le contraire. Le Desire 500 conviendra à peu près à toutes les mimines, des plus grandes aux plus petites. Peut-être que les premières préfèreront le confort de frappe d'un écran plus grand, mais la majorité des gens se satisfairont de ces 4,3 pouces. Dans l'ensemble, avec sa coque qui recouvre entièrement la partie fonctionnelle du smartphone, l'engin est menu et agréable à tenir. Dans la poche, il ne se sent presque pas.

HTC Desire 500 : prise en main



On le prendra volontiers à l'horizontale pour certaines opérations et pour trouver sous les pouces un clavier que l'on peut à taper à deux doigts. Là encore, cela ne pose pas trop de problème côté design : ce sont plutôt les développeurs logiciels qu'il faut blâmer d'avoir placé la touche pour changer de langue dans un endroit si délicat. Il y a de grandes chances que vous appuyiez dessus par inadvertance plus souvent que vous le souhaiteriez. C'est vraiment dommage car la correction automatique n'est pas mauvaise dans l'ensemble et l'aide à la frappe est plutôt pratique.

Petit bémol pour l'ouverture de l'appareil : vous ne trouverez sûrement pas tout de suite comment atteindre la carte SD ou la microSIM, et HTC n'a pas du tout pensé à présenter l'ouverture dans le manuel. Elle n'est pas non plus clairement matérialisée sur la coque. Pour accéder aux cartes, il faudra passer un ongle sous le port microUSB, en pressant une fine lamelle de plastique qui n'a pas l'air très résistante. Bien sûr : il faut enlever toute la coque et ne pas chercher à retirer seulement un bout. Très mal pensé, mais vous n'aurez normalement pas à le faire tous les jours !

Pas de déclencheur sur le côté pour l'appareil photo... dommage.




L’écran

Cela fait bien longtemps que nous n'avions pas vu un smartphone au-dessus de 200 euros avec un écran défini en 800 x 480 pixels. Cette résolution, pour vous donner une idée, c'est celle du Galaxy S. Premier du nom. Malgré tout, c'est léger. A titre de comparaison, comme nous l'annoncions dans notre introduction, le Nexus 4, moins cher, est équipé d'un écran de 1280x768 pixels, ce qui lui permet d'avoir le qualificatif « HD ». Même le One S, que l'on peut trouver aujourd'hui pour pas beaucoup plus avait un écran de 960 x 540 pixels, il y a plus d'un an. Certes, depuis 3 ans, les technologies d'écran ont évolué, mais la définition est en-dessous de ce qu'on pouvait attendre.

Côté technique pure, c'est donc un écran TFT de 4,3 pouces qui équipe cet appareil, ce qui lui donne à terme une densité de pixels de 217 pixels par pouce. Les couleurs sont plutôt bien rendues et les contrastes ne sont pas trop profonds, comme sur les écrans Amoled par exemple. On sent qu'un effort a été fait du côté de la calibration.

HTC Desire 500 : écran


HTC Desire 500 : écran


HTC Desire 500 : écran



Côté finesse de l'affichage, on est sans surprise très très loin du haut de gamme, ou du haut de gamme de l'an passé, voire du milieu de gamme de cette année. Et a fortiori, loin du Nexus 4 ou de l'Acer Liquid Cloud Mobile, sorti il y a pas mal de temps maintenant. Du coup, n'espérez pas avoir des polices fines et délicates ni des logos bien découpés, les pixels sont là et il est difficile de les manquer. Lors de la navigation, il est difficile de lire des textes complets sans avoir un gros niveau de zoom : si la police est trop petite, vous ne distinguerez pas grand chose, malheureusement.

Au-delà de ça, une surprise plutôt agréable en revanche : comme Windows Phone 8, la nouvelle interface Sense de HTC se marie plutôt bien avec des écrans d'une définition pas super haute. En somme, le logiciel trompe un peu les pixels en proposant des « tuiles » carrées et des polices plutôt fines, qui, du coup, ne débordent pas quand on reste dans l'interface. Un peu système D, mais bien trouvé.

Test HTC Desire 500 écran






Système d’exploitation (OS) + Interface utilisateur : Android 4.1 et Sense (1/2)

Après avoir débarqué sur le HTC One au printemps dernier, le Sense nouveau s'est décliné sur la totalité des appareils de HTC. Cette ROM disponible uniquement sur les smartphones du constructeur est une véritable expérience, très différente d'Android nu. Cette dernière version plaira donc sûrement aux aficionados des premières heures, mais pourrait aussi convenir à tous ceux qui se sont lassés de la simplicité épurée d'Android.

Et pourtant Sense a perdu de ses fastes. Autrefois acidulée et parfois trop colorée, l'interface est désormais déclinée sur deux tons principaux, le noir et le gris. Comme ça, pas de risque : cela conviendra a priori à tout le monde. HTC a décidé de rendre l'ensemble sobre et mature et le côté épuré est très à la mode en ce moment chez les designers : c'est donc cette logique qui sous-tend la conception de cette ROM. De plus, comme nous allons le voir, on sent que HTC a fait une tentative sous Windows Phone depuis la première version de ses appareils.

HTC Desire 500 : homescreen HTC Desire 500 : home



Nous vous disions, en testant le HTC One, que la nouvelle ROM pouvait être décrite comme un croisement entre Windows Phone 8 et Android. C'est toujours vrai sur ce Desire 500 et même encore plus dans la mesure où, comme nous l'avons vu, le design carré de la nouvelle interface fait un peu oublier la faible densité de pixels, comme sur les smartphones Windows Phone d'entrée de gamme. Quoi qu'il en soit, vous devrez apprendre d'autres gestes et prendre de nouvelles habitudes si vous venez d'un Android nu ou d'une autre interface, c'est évident.

D'Android pur, on retrouve, cela va de soi, la barre de notifications, extrêmement pratique. Elle est au coeur du système d'exploitation et vous permettra de centraliser tout ce qu'il se passe sur votre smartphone. Contrairement aux barres de notifications des autres constructeurs, celle de HTC ne propose pas de réglages rapide. C'est très dommage, surtout pour les boutons on/off du Wi-Fi ou du GPS qui sont utilisés presque tout le temps. A la place, HTC propose un raccourci vers les paramètres en haut à droite de la barre de notifications, mais ce n'est clairement pas suffisant pour être confortable.

HTC Desire 500 : notifications HTC Desire 500 : menu



Les widgets sont eux de retour et permettent de pallier les défauts de la barre de notifications : vous aurez toute une panoplie à votre disposition pour ajouter des boutons de réglage à vos bureaux. Comme vous en avez 3 par défaut dont un utilisé par la Timeline de HTC, vous devrez sûrement en dédier un aux widgets, un autre aux raccourcis vers les applications les plus fréquentes. En plus des réglages, on trouve évidemment des widgets pour les favoris web, d'autres pour les actualités, d'autres encore pour les applications comme l'enregistreur/dictaphone et enfin, ceux correspondant aux applications Google.

HTC Desire 500 : widget HTC Desire 500 : maps



La grille des applications sera structurée par défaut en 3x4 icônes : l'intitulé de l'option ne prend pas en compte le premier écran qui lui est en 3x3. Vous pourrez condenser les applications et retrouver un traditionnel 4x5, bien plus pratique sur Android dans la mesure où les raccourcis n'ont pas besoin de place : ils sont fixes, contrairement aux tuiles de Windows Phone. Du coup, on se demande pourquoi HTC a complexifié ainsi son interface, ce n'est pas très judicieux.

HTC Desire 500 : applications HTC Desire 500 : applications



Le nouveau Sense change particulièrement sur un point que HTC n'a pas amené avec des pincettes dans l'univers Android : chaque écran est important. D'habitude sur Android, on assiste à une multiplication des bureaux, notamment chez Samsung qui a tendance à les accumuler pour afficher tous ses widgets - en plus des pages dédiées au lancement des applications. Sur le nouveau Sense, c'est à peu près exactement l'inverse : chaque bureau a sa fonction et tous seront utilisés. A gauche, on retrouve la Timeline sur laquelle il faudra revenir plus en détail ; au centre, on retrouve le bureau principal avec son horloge ; à droite, un bureau vide pour y mettre vos applications et widget. Pas d'espace superflu par défaut et HTC semble souhaiter que l'utilisateur puisse aller à l'essentiel en faisant le moins de mouvement possible. L'écran de verrouillage est d'ailleurs du même accabit : pas de fioriture, vous n'aurez qu'à glisser votre doigt de bas en haut pour débloquer le smartphone ou à glisser une icône de la barre inférieure n'importe où pour lancer l'application qu'elle ouvre.

Le plus gros changement par rappot à Android nu est sans hésiter le flux d'information proposé par HTC. Par défaut, il est configuré pour être le bureau principal : quand vous appuierez sur le bouton Home, c'est sur lui que vous tomberez. Pour être clair, ce flux ressemble à la Timeline Facebook à laquelle on aurait ajouté différents réseaux sociaux et différents sites web d'information. Tout arrive en vrac, mais les tuiles sont assez grosses et présentent suffisamment d'informations pour que vous puissiez vous y retrouver en un clin d'oeil. Vous y trouverez de tout : les conseils de HTC pour l'utilisation de votre smartphone, la météo, vos rendez-vous, vos tâches, vos alarmes, l'heure.. quand on vous disait qu'il y avait une inspiration en provenance de Windows Phone 8, ce n'était pas un effet de style. L'interface ressemble à une version Android des vignettes dynamiques. Elle reste parfaitement accessible, même si, comme sur le HTC One, le tout est un peu brouillon. Cet écran ne peut pas être enlevé pour ceux qui souhaiteraient un retour à un schéma plus classique : au mieux, vous pouvez désactiver son appel par la touche Home en attribuant cette fonction à un autre bureau. Ainsi, vous ne le verrez jamais, mais ce serait perdre une partie de l'expérience.

HTC Desire 500 : newsfeed HTC Desire 500 : newsfeed



Bien évidemment, on retrouve toutes les applications Google et la synchronisation de toutes vos données avec un compte Gmail. Google Maps deviendra votre logiciel de cartographie GPS de référence et Gmail vous permettra de recevoir et d'envoyer des mails de manière très intuitive. L'application gère à peu près la même chose que l'interface web, dans une version condensée et remaniée pour tenir sur un petit écran. Vous retrouverez également Agenda, Hangouts, Google +, Google + Photos, Chrome ou encore Navigation ou Drive. Certaines ne sont pas préinstallées. On notera toutefois que le module de dictée vocale a été très mal compilé dans cette ROM et qu'il plante à chaque ouverture de Maps. Deux fois, ce qui est quand même très embêtant. En espérant une correction rapide. De même, compte tenu du très faible espace disponible, il sera complexe de sauvegarder beaucoup de cartes dans Google Maps pour une consultation hors ligne. Quand il y a quelques Go, cela va encore, quand l'espace disponible pour l'utilisateur se compte en Mo, c'est plus compliqué...

HTC Desire 500 : bug HTC Desire 500 : bug



Enfin, le multitâche, standard sur Android depuis bien longtemps maintenant s'activera par une double pression du bouton Home, le bouton multitâche, présent sur la précédente gamme de HTC ayant disparu. Cela semble très logique si l'on considère l'idée d'épuration de l'interface.




Système d’exploitation (OS) + Interface utilisateur : écosystème HTC (2/2)

Cela se fait beaucoup sur Android : les constructeurs essaient de se démarquer de la concurrence en proposant une offre logicielle exclusive aux utilisateurs. HTC n'échappe pas à la règle, même sur de l'entrée/milieu de gamme et l'on va retrouver la plupart des applications que l'on trouvait déjà sur les modèles haut de gamme sortis plus tôt dans l'année. Petite revue.

Comme d'habitude, procédons par ordre alphabétique. Nous retrouvons d'abors 7digital, le magasin de musiques dont nous reparlerons quand il s'agira de discuter multimédia. Vient ensuite, Actualités et météo, une application qui porte bien son nom et qui vous permettra de suivre en direct une sélection de revues et la météo locale, géolocalisée. Bourse est une application vous permettant de suivre les cours de la bourse grace à Yahoo! Finance : sobre et pratique, mise à jour en temps réel avec des informations fiables.

HTC Desire 500 : aide HTC Desire 500 : bourse



Calculatrice porte très bien son nom : vous aurez au bout des doigts un outil de calcul somme toute très sommaire mais quand même pratique. Notez qu'il n'y a pas de mode scientifique : ce sera de l'appoint. Configuration va vous permettre de refaire les étapes de configuration faciles si vous les avez manquées lors du premier allumage : essentiel pour les débutants. Conseils et Aide est une idée fort bonne puisque l'application vous permettra d'avoir le manuel d'utilisation en français sous les doigts à tout moment

HTC Desire 500 : calculatrice HTC Desire 500 : météo



Comme sur les autres smartphone HTC, l'application Dictaphone est très bien fichue et vous économisera le prix d'une application sur le Play Store. Vous pourrez enregistrer des sons et des conversations très confortablement. Mixez cette application puissante et le poids plume du HTC Desire 500 et vous aurez un parfait dictaphone pour vous réunions ou interviews. Gare au stockage en revanche, très très limité ! Dropbox est toujours présent par défaut sur les modèles de HTC depuis quelques générations maintenant : nous ne présentons plus cette solution de stockage dans les nuages. Comme sur le HTC One, nous ne pouvons que vous conseiller de l'activer pour le chargement des photos : connecté en Wi-Fi, le smartphone téléchargera vos photos sur votre compte dans un dossier à part. Il n'est donc plus nécessaire de les transférer avec un câble : pratique !

HTC Desire 500 : dictaphone HTC Desire 500 : dropbox



Facebook est aussi installé par défaut : il vous suffira d'entrer vos identifiants et vous pourrez rejoindre le réseau social depuis votre smartphone. Notez que l'appareil vous demandera s'il peut ajouter votre mur dans la Timeline de l'écran d'accueil. Flash est la célèbre lampe de HTC, disponible depuis le tout premier Sense. Elle n'a pas changé : seul son logo a un poil bougé, rien d'autre. Menu des parents n'est pas une carte de restaurant mais un raccourcis vers l'application Zoodles. Ce service permet de personnaliser un contrôle parental sur votre smartphone, pour ne pas laisser vos enfants accéder à l'intégralité de vos applications ou de vos fichiers. Pratique.

L'application Météo de HTC n'est pas réservée au haut de gamme et elle est toujours aussi belle. Elle affichera n'importe quel temps avec un design réaliste somptueux et animé. Vous aurez la possibilité de configurer plusieurs villes. Mode voiture porte toujours bien son nom : pour utiliser le GPS en conduisant par exemple, le smartphone vous affichera de très grosses icônes.

HTC Desire 500 : notes HTC Desire 500 : météo



Notes est un bloc-note, fruit d'un partenariat Evernote. Vous retrouverez les principales fonctionnalités de cette application phare sur Android : il vous est également possible de synchroniser votre compte existant avec cette application pour retrouver l'intégralité de vos notes déjà prises. L'application est très complète et vous permet d'ajouter des photos aux notes, d'enregistrer des sons et même de faire des croquis à doigt levé. Polaris Office est similaire mais perd en accessibilité sur un petit écran. Un bonus en revanche : elle peut ouvrir des .doc. Pratique pour consulter, très peu pour produire.

HTC Desire 500 : office HTC Desire 500 : office



RadioFM vous permettra d'écouter la radio. Casque obligatoire, pour qu'il serve d'antenne. SoundHound est une application de référence sur Android pour retrouver les noms de morceaux de musique. Sifflotez, chantonnez ou faites écouter la radio à votre smartphone : il retrouvera bien souvent le titre du morceau. Tâches est une liste de tâches banale qui peut se synchroniser avec Google Tasks.

HTC Desire 500 : office HTC Desire 500 : soundhound



TuneIn Radio est l'équivalent moderne de RadioFM vous permettant d'écouter des centaines de webradios et autres podcasts. L'application est très bien fichue et c'est une très bonne idée de la part de HTC de l'intégrer par défaut. Twitter est l'autre réseau social présent par défaut sur le Desire 500. Lui aussi pourra s'intégrer directement dans le flux de la page d'accueil. Visionneuse PDF porte très bien son nom et ne fait pas de mystère quant à son utilisation.

HTC Desire 500 : radio HTC Desire 500 : twitter



On retrouve donc une offre moins fournie que sur le haut de gamme mais plaisante tout de même. Les grands classiques sont là et le reste pourra être complété sur le store, dans la limite des Mo d'espace disque disponibles ! Ce qui, malheureusement, comme on va le répéter très souvent, est un gros problème de ce smartphone, si ce n'est le plus handicapant de tous.




OS : Réactivité de système d’exploitation et de l’interface utilisateur

Si l'on s'attend sur un modèle haut de gamme à avoir une réactivité exemplaire, c'est de plus en plus également sur les modèles entrée et milieu de gamme qui ne sont plus les smartphones poussifs d'il y a quelques années. Pour éviter que l'utilisateur s'énerve sur son appareil, HTC n'y est pas allé de main morte en collant dans son Desire 500 un processeur quadruple coeur qui, selon toute vraisemblance, ne devrait avoir aucun problème à faire tourner un système d'exploitation. Ajoutez à cela un bon Go de RAM et vous aurez une configuration fort musclée pour afficher, on l'a vu, les pixels d'un écran pas folichon.

Bref, cela fait plaisir, la théorie correspond bien à la pratique : le smartphone est rapide et intuitif. Les bureaux suivent les doigts, les menus apparaissent à l'instant où ils sont demandés. On regrettera peut-être le fameux bouton « menu » présent sur les premiers smartphones Android qui permettait d'accéder rapidement aux options des applications. Désormais, elles intègrent plus ou moins toutes un bouton virtuel fort efficace.

Du côté de l'interface, HTC n'a pas, par défaut, surchargé la chose : seulement 3 bureaux, configurés comme on l'a vu pour afficher la fameuse chronologie (ou timeline) avec une pression du bouton « Home ». Tout est très fluide et la comparaison avec Windows Phone 8 n'est pas surfaite : on a un mix de tuiles et de la timeline de Facebook, mais pour tous vos comptes sociaux et dès lors, c'est assez simple à afficher et plutôt fluide dans l'animation. Le retour à l'écran d'accueil après une tape sur le bouton Home est instantané. L'affichage de l'onglet multitâche se fait en pressant deux fois ce même bouton : il est lui aussi très rapide et fort esthétique, un peu différent de ce qui se retrouve sur Android nu.

Côté navigation, HTC continue à laisser une version du navigateur qui n'est pas Chrome, alors que le logiciel est installé par défaut sur Android 4.1. Si vous souhaitez profiter au maximum de la navigation sur internet, vous aurez bien mieux fait de changer le raccourci au plus vite vers Chrome. Comme sur les modèles plus haut de gamme de ces dernières années, il n'y a rien à redire de ce côté-là : le Desire 500 fait un sans faute. La navigation est efficace, les pages s'affichent en 2 à 3 secondes en Wi-Fi et moins de 5 secondes en 3G. Cela sera plus pénible en EDGE/2G en revanche... et cela ne sera malheureusement pas rare (nous vous renvoyons à la partie téléphonie).

HTC Desire 500 : navigateur HTC Desire 500 : paramètres



L'accroche GPS est rapide mais n'est pas super précise : nous avons eu quelques soucis avec le gyroscope qui avait du mal à pointer dans quelle direction nous nous allions. Couplé à un modem data plutôt très mauvais comme nous le verrons dans la prochaine partie, c'est vite difficile de se repérer au sortir d'une zone non couverte, un métro ou un parking par exemple. Si vous activez toutes les sources de géolocalisation et donc le Wi-Fi vous serez repérés de manière très précise en quelques secondes.

La batterie est une bonne surprise également : dans un usage normal alternant appels, un peu de surf et des réseaux sociaux, vous pouvez espérer faire tenir l'engin deux journées complètes sans avoir besoin de le recharger. Un bon point, à n'en pas douter.




Téléphonie et qualité d’écoute

Là, on entre dans la partie qui fait mal. Le HTC Desire 500 est un téléphone, il vous permettra donc de téléphoner et nous n'avons eu aucun souci en communication. Seulement voilà, il y a quand même plusieurs problèmes. Le premier vient d'une absurdité impossible à diagnostiquer : si le son de la voix est correctement ajusté, le son des tonalités est incroyablement faible. Résultat, pour peu que vous soyez en ville, vous aurez beaucoup de mal à entendre si ça sonne ou pas... ce qui est quand même quelque chose de fort pratique. En communication, on s'aperçoit aussi assez souvent que l'écran n'est pas éteint : le capteur de proximité n'est peut-être pas aussi bon que sur d'autres modèles, mais c'est vraiment l'une des rares fois où ce symptome a pu être observé sur un smartphone.

Cela dit, ce n'est pas le plus dérangeant. Non, le pire vient de l'accroche réseau, qui est tout bonnement catastrophique. Nous avons fait des tests poussés et à chaque fois, le résultat est le même : quand un autre smartphone sera connecté au réseau 3G, sur un même opérateur, le Desire 500 reste en 2G. Quand vous changez de zone de couverture, par exemple en sortant du métro ou d'un parking, vous pouvez compter jusqu'à 3 bonnes minutes avant que le smartphone retrouve la 3G qu'il avait perdu sous terre. Cela devient donc très pénible d'utiliser Google Maps ou un GPS ayant besoin d'un accès à internet pour fonctionner. On pensait ne retrouver ces problèmes que sur des modèles entrée de gamme : HTC nous prouve malheureusement le contraire et ce qui pourrait n'être qu'un détail rend vraiment pénible l'utilisation de l'appareil. Dommage.

Du côté fonctionnalités logicielles liées à la téléphonie, on retrouve la base. Les SMS sont affichés en conversation, le smartphone convertit automatiquement les photos pour envoyer des MMS et le tout est hiérarchisé dans des fils de conversation individuels. La numérotation intelligente fonctionne très bien : appuyez sur les touches du clavier numérique composant à peu près le nom de votre contact, et le smartphone l'affichera. Il se fondera sur votre historique d'appels si deux contacts commencent par les mêmes lettres et mentionnera le plus appelé. Le clavier virtuel est plutôt bon, mis à part le petit défaut déjà relevé : difficile d'éviter la touche qui change la langue du dictionnaire lors de la frappe, trop près de la touche espace.

HTC Desire 500 : appels






Capture photo et vidéo

HTC a fait de l'Ultrapixel son cheval de bataille avec le HTC One mais évidemment, cette technologie haut de gamme (le capteur de l'appareil n'a que 4 mégapixels et une ouverture qui lui permet de bien mieux capter la lumière, contenue de fait dans ces pixels plus volumineux) n'équipe pas les modèles moins onéreux. On retrouve donc un capteur assez classique désormais de 8 mégapixels, permettant de prendre des clichés en 3264 x 2448 pixels, avec autofocus et flash à LED. Côté vidéo, cela permet donc d'avoir des films au format 720p à 30 images par seconde, ce qui n'est pas trop mal. En théorie.

HTC Desire 500 : appareil photo



En pratique, on est bien loin d'approcher un rendu satisfaisant. L'autofocus n'est pas glorieux de jour et dans l'obscurité, le capteur a de très gros problèmes. S'il fait trop sombre, bien entendu, il ne verra rien et les photos seront donc très fortement pixelisées. Cela dit, s'il y a un éclairage assez puissant dans une pièce sombre, le halo va complètement irradier le cliché et vous aurez donc une photo où le sujet est perdu dans une masse blanche informe. Il est, par exemple, impossible avec ce Desire 500 de prendre des photos lors d'un concert : les artistes sous les projecteurs ne se verront purement et simplement pas. Du coup, il faudra vraiment considérer l'appareil de ce Desire 500 comme un gadget de secours et non pas comme un véritable appareil photo compact d'appoint. Reste qu'il ne s'en sort pas trop mal quand les conditions sont optimales.

HTC Desire 500 : appareil photo exemple


HTC Desire 500 : appareil photo exemple


HTC Desire 500 : appareil photo exemple


HTC Desire 500 : appareil photo exemple


HTC Desire 500 : appareil photo exemple



Et pour la vidéo alors ? Eh bien c'est la même chose madame la marquise, tout ne va pas bien. On retrouve exactement les mêmes défauts que pour la partie photo, bien normal puisqu'il s'agit du même capteur. Il faut pourtant noter un point très positif : la capture du son est bonne, même lors d'un concert. Le logiciel sait parfaitement reconnaître les seuils de saturation des basses et n'enregistrera pas au-delà. Du coup, même avec une musique assez forte, vous pourrez avoir un son, non pas transcendant, mais au moins propre. Notez également qu'il existe sur ce modèle un mode Slow Motion qui vous permettra de filmer une scène au ralenti. Amusant.

Tout cela, c'est évidemment si vous avez de la place pour stocker vos photos et vidéos. Comme nous l'avons déjà écrit, avec ses 4 Go de mémoire de stockage interne, il ne reste que 1 Go pour l'utilisateur. Sur ce Go, 600 Mo sont occupés par les logiciels de HTC à installer qui apparaissent sous Windows comme un disque monté et verrouillé, à côté du lecteur multimédia qu'est le smartphone en lui-même. Résultat, il sera très difficile de récupérer cet espace. A qualité maximale, il n'est possible de faire qu'une dizaine de vidéos et une centaine de photos : c'est bien peu et il faudra ajouter au prix une carte microSD qui semble obligatoire.

HTC Desire 500 mémoire 1


HTC Desire 500 mémoire 2






Lecture multimédia (photos/vidéos/son)

Faisant suite aux remarques précédentes sur l'espace de stockage incroyablement faible sur un modèle de 2013, il nous a été parfaitement impossible de réaliser des tests poussés sur de gros fichiers vidéo, bien trop lourds pour l'appareil. Nous avons donc dû ruser en découpant des petits fichiers, mais de toute façon, l'intérêt est limité : vous n'allez pas regarder des films ou des épisodes de série de 3 minutes. Encore une fois, à moins d'investir dans une carte microSD, l'intérêt multimédia du Desire 500 reste faible, quand, au hasard, le Nexus 4 dispose de 8 Go pour 199 euros et de 16 Go pour le même prix que le Desire 500, soit 249 euros.

Du coup, nous avons cherché à savoir s'il pouvait lire des fichiers un peu mieux définis que son écran, ce qui n'est pas forcément pertinent, mais permet de donner une idée des capacités d'un produit. Les fichiers MP4 en 720p tournent donc sans trop de problème sur le lecteur par défaut, qui est la Galerie d'images d'Android, un poil modifiée par HTC sur son interface Sense. Si vous souhaitez regarder des formats un poil plus hétéroclites, il vous faudra télécharger un bon lecteur vidéo, comme MX Player HD, qui fait très bien le travail. Le processeur n'a pas de mal à décoder des fichiers en 720p, et a fortiori, des fichiers d'une définition moindre qui correspondraient à la diagonale de l'écran.

Contrairement au HTC One, l'offre multimédia du Desire 500 ne comporte qu'une boutique : 7digital pour la musique qui a un catalogue très conséquent et d'une qualité plutôt bonne, même pour les indépendants. HTC Watch, en revanche a disparu des radars. Il n'y a donc pas d'offre propriétaire de téléchargement de films : dommage, on se souvient de la bonne surprise sur le HTC One avec des films disponibles en streaming pour seulement quelques centimes d'euros, rien en somme. Vous devrez donc, pour le streaming, vous rabattre sur l'offre de Google Play Films, qui est, à l'image du reste de l'offre légale en France, pas folichonne.

HTC Desire 500 7 : digital HTC Desire 500 : applications multimédia



Comme sur les modèles plus onéreux en revanche, le Desire 500 a reçu le traitement « beats audio » du côté de la musique. Qu'est-ce que cela signifie ? Tout mélomane pourrait avoir peur en voyant ces lettres affichées sur le dos d'un smartphone, mais il n'en est rien. Beats, pour HTC, n'est qu'un argument marketing et il faut à chaque fois reconnaître que le constructeur fait plutôt bien son travail de ce côté. Le traitement du son par le plug-in Beats n'est pas un trop-plein de basse : sur tous les modèles équipés, il se charge d'harmoniser assez bien les fréquences. Il y a même un boost côté volume, pratique pour utiliser le smartphone dans les transports avec un casque pas super isolant - attention aux oreilles ! Contrairement au casque fourni avec le HTC One, celui du Desire 500 est un exemple de ce qu'il ne faut pas faire, mais la plupart des constructeurs ne soignent pas cela sur leurs modèles : pas d'intra, basses pauvres, aigus mal rendus. Pour donner une idée, ces écouteurs ressemblent beaucoup à ceux des premiers iPod.

HTC Desire 500 : musique HTC Desire 500 : paramètres



Côté image, la galerie repose sur le même principe que le flux de nouvelles et est ordonnée par défaut comme une timeline : vous retrouverez tous les clichés pris mais aussi ceux de vos contacts, quand ils les postent sur des réseaux sociaux. Notez que vous retrouverez aussi vos photos dans les nuages, celles stockées sur votre album Picasa ou sur votre compte Dropbox. Par défaut, l'ensemble est bien fichu mais vous pouvez repasser en mode galerie traditionnelle avec des albums ragnés simplement côte à côte en un toucher. Les fonctionnalités en plus correspondent à celles d'Android et de Sense : on retrouve du partage rapide avec toutes les applications et un éditeur sommaire. Comme Zoé, le créateur de .gif animé, n'est pas disponible sur ce HTC Desire 500, HTC a quand même souhaité intégrer la marque en lui donnant une autre fonctionnalité : sur ce modèle, Zoé fait donc référence à un créateur de diaporama. Vous choisissez vos photos, le smartphone met une musique et crée un diaporama tout seul. Marrant, mais un poil gadget.

HTC Desire 500 : galerie HTC Desire 500 : galerie


HTC Desire 500 : galerie HTC Desire 500 : galerie



Si l'on termine comme d'habitude par les jeux vidéo, on peut dire que l'appareil n'est pas en reste de ce côté-là et que le processeur embarqué permettra de faire tourner à peu près tout et n'importe quoi. Le processeur graphique Adreno 203 couplé aux quatres coeurs de chez Qualcomm en a dans le bide, même si nous conseillerons un appareil plus musclé pour profiter des derniers titres du Play Store. Pour le gaming occasionnel, à base d'Angry Birds et autres Temple run dans les transports par exemple, cela sera parfaitement suffisant. Problème récurrent : avec si peu de mémoire de stockage par défaut, vous n'aurez pas la place pour stocker plus d'un gros jeu.




Conclusion

HTC nous avait impressionnés avec un HTC One quasi sans faute et des modèles de plus en plus réussis de manière générale, ce Desire 500 est en demi-teinte. D'abord, de manière positive, puisqu'il s'agit quand même d'un entrée de gamme équipé d'un processeur quadruple coeur permettant au système d'être d'une fluidité exemplaire, ce qui n'est pas le cas tout le temps chez la concurrence. D'autres part, HTC Sense est toujours aussi réussi, mouture après mouture, et l'utilisation générale du système d'exploitation, accompagnée par une intégration parfaite des Google Apps, est vraiment très plaisante.

Pourtant, le HTC Desire 500 a trois gros soucis qui pourront être rédhibitoires, malheureusement. Le premier, c'est son écran, qui fait vraiment dépassé à l'ère des dalles 1080p. Certes, nous sommes sur de l'entrée de gamme, mais ce n'est pas non plus un modèle à moins de 100 euros. Le deuxième point faible, qui, cette fois, est catastrophique, c'est la mémoire de stockage : 4 Go, c'est peu, mais quand vous vous apercevez que la mémoire réelle oscille entre 400 Mo et 1 Go pour l'utilisateur... c'est vraiment, vraiment trop peu. Ce qui oblige à acheter une carte microSD et donc à augmenter la note d'autant. Le troisième défaut est aussi problématique : l'accroche data est vraiment hasardeuse et rend l'usage au quotidien assez pénible, pour peu que vous viviez dans une ville équipée d'un réseau sous-terrain.

Du coup, difficile de conseiller ce modèle nu quand un Nexus 4 avec 8 Go de stockage et un écran 720p coûte 199€ neuf, 249€ avec 16 Go de stockage. Non, ce Desire 500 est en fait un parfait smartphone de renouvellement : si vous le touchez avec un forfait entre 1 et 99 €, il est clair et net que vous n'aurez aucun regret. Le petit engin fait le travail et vous permet de profiter des bases de la technologie mobile connectée avec un grand confort d'utilisation. Idéal, par exemple, pour un premier smartphone.



Note : 60/100

Les plus :
• Design simple et efficace
• La nouvelle interface Sense, toujours réussie
• Un prix attractif
• Une grande fluidité dans les menus
• Android 4.1 : excellente mouture, même si on aurait aimé voir 4.2 ou 4.3
• Le processeur quadruple coeur qui s'en sort bien à peu près partout
• L'enregistrement vidéo, avec une bonne qualité sonore et des modes sympa
• Une batterie correcte

Les moins :
• L'appareil photo : très moyen
• L'accroche réseau catastrophique
• Quelques bugs récurrents dans l'interface
• L'écran défini en 800 x 480
• Seulement 1 Go de stockage disponible donc 400 Mo occupés : bien trop peu
• L'absence de stockage oblige à acheter une carte microSD
• Un prix finalement élevé par rapport à la concurrence

Test réalisé par Julien Cadot
Date de publication : 08/11/2013.

Avis des internautes

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à réagir !

Les guides et comparatifs
image guide Smartphones moins de 200 euros
image Guide trois smartphones xiaomi populaires