image de couverture lesmobiles

Test : Sony Ericsson Xperia Kyno

Par La Rédac LesMobiles - 21 décembre 2011 à 0:0
Avis LesMobiles.com
Sony Ericsson a étoffé de manière significative sa gamme Android en 2011. Alors que le constructeur s'est contenté de quatre smartphones en 2010, il est sur tous les fronts cette année avec pas moins d'une dizaine de produits Xperia. Le Kyno vient se placer en milieu de gamme. Mais avec des caractéristiques très intéressantes.
Après une année 2010 morose, Sony Ericsson a repris du poil de la bête en 2011. Le constructeur est sur tous les fronts, avec des smartphones Android pour tous les goûts ou presque. Il n'y a qu'à voir le grand écart opéré entre le grand Arc/Arc S et le petit Ray. Le Kyno que nous testons ici vient se nicher dans la gamme entre ces deux smartphones. Ils partagent tous des caractéristiques techniques quasi-identiques. Mais ce n'est pas pour autant que vous risquez de confondre ces trois produits. Avec un écran de 3,7 pouces, le Kyno se situe vraiment à mi-chemin entre les 4 pouces du Arc/Arc S et les 3,2 pouces du Ray. Côté technique, les trois smartphones disposent d'un afficheur doté de la nouvelle technologie Bravia Engine du constructeur, et d'une résolution de 800 x 480 pixels. Cet écran offre un très bon rendu, tant en termes de couleurs que de contrastes ou de piqué. Le seul point sur lequel il est moins efficace qu'un Amoled est la profondeur des noirs. Toutefois, cela reste très acceptable sur le Kyno.

Un look tout en rondeur

Même s'il figure dans la gamme Xperia, ce smartphone Kyno est l'incontestable héritier du Vivaz sorti l'année dernière. La différence la plus notable vient du fait que ce dernier tournait sous Symbian et que Sony Ericsson a depuis arrêté cet OS. D'où la présence du Kyno sous la bannière des Xperia. Son design joue plus sur la rondeur et les courbes que les autres smartphones de la gamme Xperia. Avec 13 mm, il n'est évidemment pas le smartphone le plus fin de cette gamme. Mais il se révèle tout de même assez compact pour un mobile équipé d'un écran de 3,7 pouces. Surtout, il tient parfaitement en main et son ergonomie ne souffre d'aucun reproche. Sa qualité de fabrication est également très bonne, même si les plastiques utilisés pour le fabriquer ne sont pas les plus nobles qui soient. Enfin, on apprécie les bords chromés et le fait d'avoir le choix entre différents coloris.

test sony ericsson xperia Kyno android 2.3 Gingerbread 8 mégapixels écran Bravia Mobile Engine




test sony ericsson xperia Kyno android 2.3 Gingerbread 8 mégapixels écran Bravia Mobile Engine



test sony ericsson xperia Kyno android 2.3 Gingerbread 8 mégapixels écran Bravia Mobile Engine



test sony ericsson xperia Kyno android 2.3 Gingerbread 8 mégapixels écran Bravia Mobile Engine



test sony ericsson xperia Kyno android 2.3 Gingerbread 8 mégapixels écran Bravia Mobile Engine






Des performances au rendez-vous

Pour le reste, on retrouve la même dotation matérielle (hardware) dans les entrailles du smartphone que pour le Ray et le Arc (le Arc S dispose d'un processeur plus rapide). Le chipset est un Qualcomm Snapdragon MSM8255 embarquant un processeur Scorpion cadencé à 1GHz et une puce graphique Adreno 205. Le tout est épaulé par 512 Mo de mémoire vive (RAM) et 1 Go de mémoire de stockage. Cette configuration n'est certes pas celle des smartphones très haut de gamme actuels. Mais cela importe peu car la fiche technique du Kyno reste honnête. Et elle permet surtout au mobile de parfaitement fonctionner, avec une fluidité remarquable au quotidien. De ce point de vue, et comme le Arc/Arc S, il n'a rien à envier à la plupart des smartphones dotés de chipset double cœur ! C'est d'autant plus étonnant que l'on peut se procurer le Kyno contre une bouchée de pain avec un abonnement.

Une interface fluide et réactive

L'interface utilisateur rajoutée par le constructeur sur Android 2.3 Gingerbread est également un modèle du genre. Elle apporte une touche de simplification bienvenue à l'OS Mobile de Google, sans rien lui enlever de sa richesse. Elle fonctionne d'ailleurs selon le même principe. Elle se compose de cinq panneaux latéraux qui forment le bureau d'accueil. Vous ne pouvez ni en ajouter d'autres, ni en retirer. Sony Ericsson propose aussi une vue qu'il a baptisé Overview mode. Le fait de faire un geste de pincement des doigts sur l'écran (pinch) réunit tous les widgets sur la même page, avec une très jolie animation à la clé. Ce mode est assez réussi, mais il ne montre pas les dossiers créés, ainsi que les raccourcis. Signalons aussi que Sony Ericsson a appris de ses erreurs passées. Il est désormais l'un des constructeurs les plus réactifs sur le front des mises à jour. Ainsi, il a d'ores et déjà annoncé que tous les modèles de sa gamme Xperia 2011 auraient droit à la mise à jour vers Android 4.0 Ice Cream Sandwich, à priori en mars 2012.

test sony ericsson xperia Kyno android 2.3 Gingerbread 8 mégapixels écran Bravia Mobile Engine



test sony ericsson xperia Kyno android 2.3 Gingerbread 8 mégapixels écran Bravia Mobile Engine test sony ericsson xperia Kyno android 2.3 Gingerbread 8 mégapixels écran Bravia Mobile Engine



test sony ericsson xperia Kyno android 2.3 Gingerbread 8 mégapixels écran Bravia Mobile Engine test sony ericsson xperia Kyno android 2.3 Gingerbread 8 mégapixels écran Bravia Mobile Engine



test sony ericsson xperia Kyno android 2.3 Gingerbread 8 mégapixels écran Bravia Mobile Engine test sony ericsson xperia Kyno android 2.3 Gingerbread 8 mégapixels écran Bravia Mobile Engine





Très bon en capture de photos et de vidéos

Côté multimédia, le capteur photo Exmor R de 8 mégapixels est autofocus et dispose d'un flash LED. Les clichés proposent des couleurs fidèles, des contours nets et des contrastes réussis lorsque les conditions de luminosité s'y prêtent. En fait, rendu global est vraiment équivalent à celui de l'Arc. Notamment pour le très bon niveau de détails et la finesse des clichés. Ils sont d'ailleurs un peu meilleurs que le Xperia Ray dans ce domaine. Quand la lumière baisse, le capteur photo Exmor R est censé laisser filtrer plus de lumière, et donc améliorer les clichés en condition de basse luminosité. Dans les faits, il est vrai qu'il s'en sort mieux que ses concurrents dans ce domaine. Mais il faut éviter de bouger pour ne pas se retrouver avec une photo floue. Quant au flash LED, il n'est guère efficace à plus d'un mètre. Le capteur du Kyno peine aussi avec les scènes très contrastées, comme lorsqu'il y a beaucoup de soleil et une zone d'ombre. Il a alors tendance à surexposer les clichés.

Le Kyno peut aussi filmer dans une résolution HD 720p. Il offre des performances dans la bonne moyenne avec des couleurs et des contrastes appréciables. Notez que comme les autres smartphones de la gamme Xperia 2011, le Kyno est l'un des rares smartphones à pratiquer le focus continu pendant la capture de vidéos. Elles sont enregistrées à 30 images par seconde, ce qui garantit une bonne fluidité.

Pour la lecture des contenus multimédias, ce smartphone se révèle à son aise, tant pour regarder les photos que pour écouter de la musique. Sur ce dernier point, et comme pour la capture de photo, il fait un peu mieux que le Ray qui a pourtant les mêmes caractéristiques techniques. Pour lire des vidéos, c'est un peu plus limité dans la mesure où le Kyno ne gère que peu de format nativement. Mais il suffit d'installer l'excellente appli gratuite MX VideoPlayer depuis l'Android Market pour profiter des .avi, .mkv, etc. La sortie HDMI permet de profiter des contenus multimédias du téléphone sur un écran plus grand. Cerise sur le gâteau, l'adaptateur HDMI est même fourni par Sony Ericsson dans le pack. C'est assez rare pour être signalé.

test sony ericsson xperia Kyno android 2.3 Gingerbread 8 mégapixels écran Bravia Mobile Engine



test sony ericsson xperia Kyno android 2.3 Gingerbread 8 mégapixels écran Bravia Mobile Engine






Bon pour le service

Au final, le Xperia Kyno n'est ni le plus beau smartphone disponible à l'heure actuelle, ni le plus fin ou le plus puissant. Mais il n'est pas non plus le plus laid, le plus gros ou le plus lent. Sony Ericsson a consenti à quelques compromis en le fabriquant, mais le constructeur ne s'est abaissé à aucun sacrifice. Le Kyno est donc est le choix de la raison. Mais attention, cela ne signifie pas que vous ne prendrez pas de plaisir à l'utiliser au quotidien. Comme évoqué plus haut, il est fluide, réactif et permet de faire tout ce que les smartphones plus puissants promettent. Seuls quelques jeux vraiment gourmands en 3D peineront sur le Kyno. Toutefois, de tels jeux se comptent sur les doigts d'une main au royaume d'Android.

test sony ericsson xperia Kyno android 2.3 Gingerbread 8 mégapixels écran Bravia Mobile Engine





Note : 90/100

Les plus
• La fluidité et la réactivité de l'interface
• La qualité du rendu de l'écran
• La bonne qualité des photos et des vidéos capturées
• La dotation matérielle (hardware) très généreuse par rapport au prix
• La présence d'une sortie HDMI

Les moins
• L'absence de compatibilité avec les formats vidéo populaires (avi, mkv, etc.)

Test réalisé par Sofian Nouira
Date de publication : 21/12/2011.

Avis des internautes

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à réagir !

Les guides et comparatifs
image guide Smartphones moins de 200 euros
image Guide trois smartphones xiaomi populaires