Rovio gagne moins d'argent qu'avant avec la licence Angry Birds

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
rovio angry birds

Rovio a conquis le coeur de 2 milliards de joueurs à travers le monde grâce à ses oiseaux en colère. Mais l’entreprise a cédé aux sirènes du free-to-play et, combiné à une stratégie de développement très ambitieuse, les bénéfices ont fondu en 2013 comme neige au soleil.

À Espoo, en Finlande, il n’y a pas que Microsoft Mobile et Nokia. Il y a aussi Rovio. Peut-être ce nom ne vous dit rien, mais Angry Birds doit certainement résonner plus clairement. Éditeur de la série de jeux mobile à succès, Rovio est devenue une très grande entreprise, avec 800 personnes à bord, dont 300 qui sont montés dans le bateau durant l’année 2013. Un développement fulgurant en un an, donc, qui a deux implications vis-à-vis de son activité l’année dernière : sa stratégie de développement est agressive et il ne faut pas s’attendre à ce que l’entreprise gagne autant d’argent qu’avant.

Un chiffre d'affaires au point mort ?

Et c’est bien évidemment ce qu’il ressort des résultats de Rovio sur 2013. L’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de 156 millions d’euros, en croissance de 2,5 % seulement, alors que la société profitait d’une croissance fulgurante sur 2010 (+1060 % en 2011 et +101 % en 2012). Ceci a évidemment une conséquence sur le résultat net avant impôt : 36,5 millions d’euros, en recul de 52 %. De même pour les bénéfices nets qui se montent à 26,9 millions d’euros, en baisse de 51 %.

Angry Birds Go

Trois observations sont à faire sur ces résultats. D’abord, le chiffre d’affaires n’augmente plus vraiment. À 2,5 %, il stagne. C’est évidemment la conséquence d’un changement stratégique sur la première source de revenus de l’entreprise : la vente de jeux et d’achats intégrés. En 2013, Rovio a dévoilé deux jeux Angry Birds : la seconde déclinaison Star Wars, gratuite sous Android et vendue à 1 euro sur iOS, et Go, le jeu de course en free-to-play (téléchargement gratuit). Ce dernier a défrayé la chronique, car il s’appuyait sur des achats intégrés dont le plus cher était proposé à 91,70 euros. Un investissement loin d’être anodin. Le jeu est classé 162e application la plus rentable sur l’App Store français. Un score bien faible.

Des investissements très lourds pour se diversifier

Seconde observation, Rovio indique dans son communiqué de presse avoir investi lourdement dans de nombreux projets autour de la licence Angry Birds. L’entreprise a développé des parcs d’attractions, un studio d’animation et une chaîne de télévision, sans oublier la branche édition de jeux tiers. Autant de nouvelles sources de revenus qui mettront du temps à devenir profitables. Et autant d’investissements qui pèsent lourd sur les bénéfices sur la première année d’activité. Troisième point, l’équipe de Rovio est passée de 500 à 800 personnes en un an. Ces salaires, il faut les payer. Il est donc naturel que les résultats de la société soient impactés par une telle masse salariale.

Angry Birds Epic

Si les bénéfices de l’entreprise semblent largement grevés par l’importance des investissements humains, immobiliers et techniques, le chiffre d’affaires, lui, semble connaître des difficultés à repartir à la hausse. Angry Birds Go n’a pas convaincu et Angry Birds Star Wars II, sorti en septembre, ne peut, à lui seul, rattraper ce que ses prédécesseurs ont réussi ensemble. L’éditeur devra donc trouver une nouvelle façon de se remettre en selle. Peut-être cela viendra-t-il de son prochain titre, Angry Birds Stella...

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.