Apple iPad mini 3 : un iPad qu’Apple aura du mal à nous vendre

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
apple

Lors de sa conférence de presse d’hier soir, Apple n’a pas été très prolixe sur la nouvelle version de son iPad mini. Et pour cause : les changements sont particulièrement minces. C’est à se demander ce qui a finalement bien pu changer, à part Touch ID.

Après une petite nuit de sommeil compte tenu du décalage horaire, revenons sur la conférence de presse d’Apple durant laquelle le fabricant a annoncé deux nouveaux iPad. L’iPad Air 2 et l’iPad mini 3. Le découpage du déroulé est très intéressant à étudier, car il montre que finalement, Apple a dû combler quelques vides pour proposer une keynote consistante.

Résultat, quasiment la moitié de la conférence, soit une cinquantaine de minutes, était dédiée au rappel des nouveaux produits déjà dévoilés (Yosemite, iOS 8, iPhone 6 et 6 Plus, MacBook Air, Apple Watch, Apple Pay) et aux très bons chiffres de vente des derniers smartphones. Puis une grosse demi-heure a été consacrée à l’iPad Air 2 et l’iPad mini 3. Et le reste, soit un gros quart d’heure, au nouvel iMac Retina et à la mise à jour du Mac mini. Et sur la demi-heure d’iPad, Phil Schiller, vice-président marketing du constructeur, a passé moins du quart de ce temps à parler de l’iPad mini 3, comme s’il s’agissait d’un événement anecdotique, servi entre le plat de résistance et le dessert. Un trou normand, en gros.

iPad mini 3

Un iPad mini presque passé sous silence

Honnêtement, nous avons été surpris d’en avoir si peu sur l’iPad mini 3. Et avec le recul, nous nous sommes évidemment posé la question : pourquoi aussi peu d’informations sur l’iPad mini 3 ? La raison est toute simple : l’iPad mini 3 présente très peu de nouveautés. Pire, il ne s’agit que d’un iPad mini 2 avec un capteur Touch ID. Le discours d’Apple aurait dû nous mettre la puce à l’oreille. Le capteur iSight n’évoluant pas. De même pour la connectivité WiFi, coincée sur la norme « n ». Phil Schiller n’a même pas évoqué la présence du chipset A8X sur lequel il s’est pourtant largement étendu quelques instants auparavant. Il passe le détail sous silence, ce qui n’est pas bon signe.

Grâce à la mise à jour de l’Apple Store en ligne, nous sommes désormais en mesure de faire la comparaison entre les deux générations d’iPad Mini Retina. Nous sommes donc toujours sur une dalle de 7,9 pouces dont la résolution est de 326 pixels par pouce. Aucun changement, et c’est normal. L’iPad Air 2 reste quant à lui à 264 pixels par pouce. La résolution Retina 3x, découverte dans le code source des versions beta d’iOS 8.1, devrait donc être programmée pour l’iPad Pro. Les dimensions du nouvel iPad mini sont strictement identiques à son prédécesseur, pour un poids qui ne change pas. Rappelons que c’est le design de l’iPad mini 2 qui a inspiré celui de l’iPad Air 2. Aucune surprise, ici.

Un chipset 64-bit mais datant de l'année dernière

En revanche, c’est le coeur du système qui paraît surprenant. Le chipset de l’iPad mini 3 est donc bien un A7 (dual-core 64-bit Cyclone cadencé à 1,3 GHz avec PowerVR G6430) accompagné du coprocesseur M7 et certainement de 1 Go de mémoire vive). Des composants datant de l’année dernière et certainement pas compatible avec Metal, le puissant moteur 3D. Même s’ils sont encore performants, ils vieilliront assez vite. Plus vite que l’A8 de l’iPhone 6, qui lui même subira plus fortement la concurrence que l’A8X. Ce dernier est donc une exclusivité de l’iPad Air 2.

iPad mini 3

Les capteurs photo et visio restent strictement les mêmes sur le papier. Caméra Facetime de 1,2 mégapixel rétroéclairée. Appareil photo iSight 5 mégapixels avec objectif à 5 éléments ouvrant à f/2.4. Cette nouvelle petite tablette devrait bénéficier de certains changements logiciels, mais guère plus. La connectivité (Bluetooth, 4G, WiFi) est identique. De même pour l‘autonomie. Bref, l’iPad mini 3 aurait pu s’appeler « iPad mini with Retina and Touch ID ». Ce qui est plutôt décevant compte tenu de l’évolution considérable entre l’iPad mini et l’iPad mini 2.

Touch ID : un surcoût qui ne se justifie pas

Ce qui nous amène à une dernière question. L’iPad mini 3 est proposé dès aujourd’hui à 399 euros en version WiFi 16 Go (version la plus économique). L’iPad mini 2 baisse de prix pour atteindre les 299 euros en version WiFi 16 Go et 349 euros en version WiFi 32 Go. Touch ID vaut-il le surcoût de 100 euros ? Ne préfériez-vous pas vous offrir le même iPad mini avec deux fois plus de mémoire pour 50 euros de moins ? Nous pensons que si.

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.