promo red by sfr

Qualcomm fait la promotion de la 4K dans les mobiles

Par Samir Azzemou

qualcomm

Dans un document d’une vingtaine de pages, le fondeur californien Qualcomm fait l’apologie de la 4K dans les smartphones. Un discours promotionnel pour ses chipsets, notamment le Snapdragon 805, mais pas dénué de bon sens non plus.

Soyons honnêtes : les écrans QHD dans les mobiles sont autant une force qu’une faiblesse. La qualité d’affichage supérieure offre des images impressionnantes, notamment sur des écrans de 5,5 pouces et plus. Cela a été montré par LG avec son G3. Mais la consommation électrique de ces dalles réduit considérablement l’autonomie des mobiles : le G3 est certainement le mobile avec la plus faible autonomie, comme le montre une étude de nos confrères de PhoneArena. Bref, le débat entre ceux qui prônent une progression dans la résolution et ceux qui défendent l’efficience énergétique est loin d’être fini. Malgré cela, certains industriels commencent à évoquer la 4K en mobilité, un peu plus d’un an après son arrivée dans les téléviseurs. C’est notamment le cas de Qualcomm.

Qualcomm
Est-ce le Snapdragon 805 qui justifie la 4K ou l'inverse ?

Du Quad HD à l'Ultra HD en mobilité

Dans un document d’une vingtaine de pages accessibles sur son site Internet, le fondeur américain explique pourquoi la 4K arrivera dans la téléphonie et pourquoi elle doit arriver. Pour rappel, la 4K, ou Ultra HD, est une définition d’écran bien meilleure encore que le Quad HD. Alors que ce dernier affiche 2560 x 1440 pixels (soit quatre fois la HD 720p, d’où son nom), la 4K atteint les 3840 x 2160 pixels (soit quatre fois le Full HD).

Aujourd’hui, la 4K est déjà présente dans la téléphonie mobile. Mais il s’agit essentiellement de la capacité maximale des capteurs photo en mode vidéo. Plusieurs dizaines de modèles sont capables de filmer en 4K : Galaxy Note 4, Galaxy S5, Galaxy Alpha, Nexus 6, Xperia Z3, G3, Find 7, Nubia Z7, Vibe Z2 Pro, MX4, etc. L’intégration de la 4K, selon Qualcomm, ne doit pas simplement concerner le capteur photo. L’écran doit aussi être concerné et certains constructeurs (LG, Sharp, Samsung, JDI) travaillent sur le sujet. Deux arguments sont avancés.

Une résolution Retina galvaudée ?

D’abord l’oeil humain (pour une personne avec une vue relativement bonne) discerne les résolutions jusqu’à 344 pixels par pouce environ quand il est à 25 cm environ (soit quasiment la résolution Retina d’Apple). Cependant, une personne avec une vue parfaite parvient à faire la différence jusqu’à 573 pixels par pouce (ce qui nous paraît très élevé, mais soit). Selon certains tests cliniques, appelés test Vernier, ce n’est pas tant l’oeil humain qui fait la différence, mais l’analyse faite par le cerveau. Qualcomm cite une étude de Sharp qui estime que le consommateur « lambda » est en mesure de distinguer des résolutions au moins égales à 440 points par pouce, voire même plus, grâce à cette capacité cognitive. Vous remarquerez que le chiffre de 440 pixels par pouce n'est pas pris au hasard : il s'agit de la résolution exacte d'un écran 4K de 10 pouces. Cette démonstration s'applique donc parfaitement à une tablette. Moins à un mobile.

Second argument, l’écosystème multimédia domestique semble aller vers une adoption généralisée de la 4K. Selon Qualcomm, le smartphone doit non seulement ne pas être oublié dans cette nouvelle évolution numérique, mais il doit faire figure d’évangéliste et de facilitateur. Le fondeur estime que le smartphone, appareil devenu usuel dans toutes les poches, peut aider l’ensemble de l’industrie de l’électronique grand public (télévision, lecteur Blu-Ray, ordinateurs, tablettes, caméscopes, appareils photo) et des médias (chaîne de TV, cinéma, jeu vidéo) à faire la bascule vers la 4K.

Un argument partisan

Qualcomm prêche évidemment pour sa paroisse. Le fondeur équipe la grande majorité des smartphones compatibles 4K (avec les Snapdragon 801 et 805). Pour continuer à vendre du chipset haut de gamme sur un marché qui a plutôt tendance à tirer les prix vers le bas, la 4K est un levier pour créer de la valeur, aussi bien pour les composants de Qualcomm que les mobiles de ses partenaires. Mais pour justifier cette capacité à gérer la 4K (en capture ou en affichage), il faut d’autres composants. Les APN Carl Zeiss, OmniVision ou Sony Exmor, dont les résolutions dépassent aujourd'hui les 20 mégapixels, ne suffisent pas. Il faut aussi des dalles LCD.

Peut-être un peu trop partisan et promotionnel, ce document met en lumière une vraie tendance de fond : les technologies doivent aujourd’hui justifier leur présence dans un mobile par des usages concrets. Des fois, ça marche. D’autres un peu moins.

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.