La capitalisation boursière d’Apple dépasse les 700 milliards de dollars

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • RSS
apple

Apple n’en finit pas de battre des records. Après la publication de ses derniers résultats trimestriels et les rapports émis par les cabinets-conseils sur le lancement de la Watch, l’entreprise a vu sa valorisation dépasser les 700 milliards de dollars. Du jamais vu.

La valorisation d’Apple atteint des sommets. Selon le Wall Street Journal, l’entreprise a atteint mardi en clôture de la bourse new-yorkaise une capitalisation de 710 milliards de dollars, ou 122,02 dollars par action. Il s’agit de la première entreprise au monde à dépasser la barre symbolique des 700 milliards de dollars. Du jamais vu, évidemment. Car cela correspond à deux fois le budget annuel de l’État français pour 2015. Le budget fédéral américain atteignait 3500 milliards de dollars en 2014. Apple représente donc 20 % du budget global des États-Unis.

Apple

1 Apple = 2 Google

C’est un chiffre qu’il est évidemment difficile de placer dans son contexte. Faisons quelques comparaisons avec d’autres grands groupes pour bien mesurer l’importance d’Apple. ExxonMobil, seconde capitalisation boursière à Wall Street et grand groupe pétrolier, ne dépasse pas les 400 milliards de dollars. Il faut deux Google (362,81 milliards de dollars), quatre Bank of America (première banque américaine), huit McDonald’s, douze General Motors ou encore vingt-quatre Twitter.

Évidemment, ce succès boursier est une conséquence d’une excellente fin d’année 2014 pour Apple. Le lancement réussi des iPhone 6 et 6 Plus, même en Chine (où les smartphones haut de gamme concurrents se vendent deux à trois fois moins cher). Les prévisions de vente de l’Apple Watch. Les bénéfices records de 18 milliards de dollars et les 74,5 millions de smartphones vendus sur un seul trimestre, Apple faisant alors jeu égal avec Samsung et parfois même avec tout le parc Android. Selon le Wall Street Journal, cette valorisation est un signe que les marchés financiers félicitent Tim Cook pour sa capacité à vendre des mobiles hors de prix partout dans le monde, surtout en Chine.

Un patron à l'écoute

Tim Cook n’est pas le chouchou des investisseurs pour cette unique raison. Il est aussi considéré comme le patron qu’il fallait à Apple. Un homme pragmatique, avisé, qui écoute le marché et confie à ses lieutenants le soin d’aller au-delà des besoins consommateurs. L’augmentation de la taille d’écran de l’iPhone. L’élargissement de la gamme avec des mobiles plus abordables. La diversification vers les accessoires. Alors que Steve Jobs était considéré comme le visionnaire colérique, Tim Cook est vu comme un tacticien plus ouvert aux suggestions. Et cela rassure.

Apple est en bourse depuis 1980. Après des hauts et des bas, la société est aujourd’hui une puissante multinationale. Sa valorisation boursière a été multipliée 50 600 fois en 25 ans. Si vous aviez acheté pour 100 dollars d’actions lors de l’introduction, vous seriez aujourd’hui multimillionnaire. Bien sûr, la flambée du cours a eu lieu quand Steve Jobs était aux commandes. Mais depuis qu’il a quitté ses fonctions, le prix de l’action a tout de même doublé. Sur l’année 2014, elle a encore progressé de 64 %. Et cela n’est pas fini.

Partagez cet article

  • LinkedIn
comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.