OPPO Reno2

Gameloft ne misera plus que sur le freemium en 2015

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
gameloft

À l’image de Modern Combat 5 passé récemment au modèle freemium, le catalogue de Gameloft laissera encore plus de place aux jeux gratuits monétisés par la publicité et les achats intégrés. L’entreprise attend une vingtaine de titres cette année.

En 2015, Gameloft achèvera certainement sa lente transition économique, abandonnant certainement le modèle économique traditionnel premium du jeu vidéo pour adopter quasi exclusivement le modèle freemium plus en vogue actuellement sur les smartphones et les tablettes. Une stratégie qui s’est concrétisée il y a quelques jours quand Modern Combat 5, l’un des rares jeux encore payants de l’éditeur, est devenu gratuit au téléchargement.

Un modèle freemium économiquement avantageux

À l’occasion de la présentation de ses résultats 2014, l’éditeur de jeux français a laissé entendre que son retour à la profitabilité opérationnelle, perdue l’année dernière, dépendra d’une structure calibrée pour le freemium, bien plus rémunérateur. Ce qui peut paraître, d’un point de vue de « gamer », totalement contradictoire. Mais le fait est là : la rentabilité des jeux avec achats intégrés et publicités est meilleure. D'autant qu'après le piratage massif de Morder Combat 5, l'un de ses derniers jeux premium, l'éditeur a certainement été déçu du comportement des joueurs.

Modern Combat 5
Modern Combat 5

En 2014, Gameloft a réalisé un chiffre d’affaires de 227,3 millions d’euros, en recul de 2,6 %. Les jeux Gameloft ont été téléchargés 700 millions de fois sur l’AppStore et le Play Store conjugués. La marge brute conserve le même niveau, au-dessus des 80 % du chiffre d’affaires. En revanche, les coûts opérationnels ont augmenté, notamment le développement (+11 %), le marketing (+13 %) et l’administratif (+35 %). Ces coûts reflètent un renforcement des équipes de Gameloft afin d’augmenter le rythme des sorties de jeu et créer une régie en interne qui commercialise les espaces publicitaires intégrés dans ses produits. Cette dernière en vend déjà dans 24 jeux.

Un investissement, donc, comme diront certains. Cependant, à court terme, cette croissance interne a un impact sur le résultat d’exploitation qui devient négatif, à 1,1 million d’euros (contre une valeur positive de 28,4 millions d’euros l’année précédente). Des revenus financiers très importants rattrapent la situation et permettent à Gameloft d’afficher des résultats avant impôts tout juste positifs : 1,8 million d’euros, en baisse de 88,8 % en un an.

Dungeon Hunter 5
Dungeon Hunter 5

Cinq jeux sortis en 2015. Cinq jeux freemium

Pour redevenir rentable, Gameloft prévoit de développer une vingtaine de jeux. Cinq ont été lancés au premier trimestre : Dungeon Hunter 5, chroniqué dans nos colonnes ici, Dragon Mania Legends, Puzzle Pets, Immortal Odyssey et Age of Sparta. Vous l’aurez peut-être remarqué, mais ils sont tous freemium, répondant ainsi à la nouvelle stratégie de l’éditeur basée sur les achats intégrés et les publicités. Une monétisation de l’audience basée sur l’acquisition de joueurs qui papillonnent de titre en titre. Reste à savoir si cela suffit pour stabiliser une entreprise. Les premiers éléments de réponse sont attendus fin avril avec les premiers résultats trimestriels de l’entreprise sur 2015.

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer