Elephone P7000 : un mobile abordable avec lecteur d’empreinte digitale

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • RSS
elephone

Les lecteurs d’empreinte digitale ont le vent en poupe, notamment grâce à l’iPhone 6 et Apple Pay. Un phénomène dont s’emparent les fabricants chinois, même économiques. La preuve avec ce P7000 proposé par Elephone à moins de 200 dollars.

Elephone, marque confidentielle chinoise, est connue pour ses coups marketing, lesquels sont tactiquement assez bien vus. Le P5000 et le P6000, présentés officiellement en décembre dernier, ont tous les deux créé le buzz parce qu’ils apportaient quelque chose d’encore assez rare, même sur d’autres segments de prix : une batterie supérieure à 5000 mAh pour le premier et la promesse d’une migration vers Lollipop pour le second. Il est donc logique d’attendre Elephone avec d’autres smartphones ayant le même positionnement. Le P7000 y répond lui aussi.

Un capteur d'empreinte au dos

Quelle est donc la particularité de ce smartphone ? Le lecteur d’empreinte digitale qui se trouve au dos de l’appareil, à l’image du One Max de HTC et de l’Ascend Mate 7 de Huawei. Ce dernier est un lecteur à 360° : posez votre doigt dans tous les sens, le capteur reconnaît votre empreinte. Voilà qui est pratique, car son emplacement ne l’est pas forcément. Le constructeur n’hésite pas à comparer cette fonctionnalité au TouchID de l’iPhone 6 d’Apple.

Elephone P7000

Pour le reste, le P7000 est clairement un modèle milieu de gamme. Sa dalle tactile mesure 5,5 pouces pour une image affichée en Full HD (pour une résolution de 400 points par pouce). Pour animer cet écran, Elephone a choisi le MediaTek MT6752, un chipset octo-core 64-bit composé de huit coeurs Cortex-A53 cadencés jusqu’à 1,7 GHz et d’un GPU Mali T760-MP2 de ARM. Un chipset que le constructeur présente comme un concurrent du Snapdragon 810, mais qui, dans les faits, se rapproche plutôt du Snapdragon 615...

Un OnePlus One économique ?

Continuons cette fiche technique qui nous rappelle étrangement un OnePlus One : aux côtés de cet écran Full HD de 5,5 pouces, nous retrouvons 3 Go de mémoire vive, un capteur photo 13 mégapixels Sony IMX214, une webcam 5 mégapixels d’Omnivision, une batterie 3450 mAh, 16 Go de stockage (extensible par microSD) et un modem WiFi n dual-band, Bluetooth 4.0 et LTE. Il est compatible GPS et est livré avec Android Vanilla (version KitKat d’abord, puis Lollipop), mais une ROM Cyanogen sera également mise à disposition. Seule différence avec le flagship killer, outre le chipset : il est dual-SIM.

L’ensemble est bien rangé dans un châssis de 8,9 mm d’épaisseur avec bordure faite en magnalium. Qu’est-ce donc ? C’est un alliage d’aluminium, avec une pointe de magnésium, de cuivre, de nickel et d’étain. Sa particularité est d’être léger, solide, durable et plus facile à travailler que l’aluminium pur. Une bonne surprise donc.

Un prix très abordable

L’autre vraie bonne surprise de ce smartphone (car le lecteur d’empreinte ne l’est pas vraiment), c’est son prix. Il sera proposé en blanc, gris et or au prix de 200 dollars (hors frais de port). Ce qui est clairement un très bon prix. Si vous êtes intéressé, sachez que le mobile est compatible avec la bande de fréquences des 800 MHz, celle qui est utilisée par Orange et SFR (Bouygues Telecom aussi, mais ce dernier utilise aussi la bande de 1800 MHz) et qui fait défaut au OnePlus One et à de nombreux mobiles chinois. Une raison de moins d'hésiter...

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.