OPPO Reno2

Amazon ouvre son portail de streaming vidéo aux amateurs

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
amazon

À l’image des eBooks, Amazon propose de distribuer (presque) gratuitement des contenus audiovisuels sur sa plate-forme de streaming en contrepartie d’une commission. Une stratégie qui se rapproche de YouTube, mais aussi (et surtout) de LeEco.

Amazon et YouTube ont pris des chemins bien différents pour arriver à un point quasiment identique. D’un côté, la plate-forme de streaming vidéo leader a commencé par les vidéos amateurs qu’elle a ensuite monétisé avec de la publicité, avant de dévoiler une offre payante, YouTube Red, propice à l’émergence de contenus à forte valeur ajoutée. Selon un article du Wall Street Journal publié en décembre dernier, la filiale d’Alphabet négocierait actuellement des droits pour des séries et des films.

Amazon Video

Des contenus amateur dans l'offre Amazon ?

De l’autre, le premier marchand du Web a d’abord développé une offre payante pour s’aventurer progressivement vers la fourniture de contenus gratuits avec un modèle économique de partage des revenus. Cela a démarré avec les eBooks en auto-édition. Et cela continue avec les vidéos, à en croire une information dévoilée par l’agence de presse Bloomberg. Il sera en effet désormais possible de soumettre des vidéos à la plate-forme Amazon Video sans pour autant que cela soit un contenu sous licence (télévision ou cinéma).

Les studios de production sont évidemment invités à soumettre leurs réalisations inédites, évitant ainsi l’étape fastidieuse des majors et des distributeurs. Certains auraient même déjà signé : Conde Nast, HowStuffWorks, Pro Guitar Lessons, etc. Mais, même si un niveau qualitatif minimum est requis pour être accepté, tout un chacun est en mesure de participer à l’enrichissement de l’offre. D’ailleurs, si le service sera officiellement tourné vers les studios professionnels, l’une des options économiques possibles s’adapte davantage aux amateurs.

Amazon fait du pied aux Youtubers ?

Comme pour les eBooks en auto-édition, les auteurs choisissent le modèle économique qui leur convient : pay per view, achat permanent, publicité vidéo ou bannière, etc. Amazon se rémunère évidemment sur le partage des revenus. Ils choisissent également si leurs contenus sont accessibles pour tous les visiteurs de la plate-forme ou seulement les abonnés Amazon Prime / Amazon Video.

Dans ce dernier cas, ils sont rémunérés sur la base du nombre de vues. En outre, les créateurs des 100 vidéos les plus vues sur une période d’un mois se partagent la coquette somme d’un million de dollars. Soit 10 000 dollars la vidéo. Un montant davantage en phase avec les Youtubers que les studios de télévision...

Qui est vraiment le concurrent que cible Amazon ?

Au-delà d’une certaine agressivité, la stratégie de Jeff Bezos quant à sa plate-forme vidéo est intéressante. Si Netflix semblait être son principal adversaire dans ce domaine, avec le lancement d’une offre par abonnement et la signature de contrats exclusifs pour des contenus, Amazon semble aujourd’hui davantage inspiré par YouTube. Le rachat de Twitch au nez et à la barbe de Google (avec un peu d’aide de la commission fédérale américaine de la concurrence) en était un premier signe. Ce nouvel appel du pied aux Youtubers en est un autre.

Toutefois, cette double stratégie de Jeff Bezos (pros d’un côté, amateurs de l’autre) nous en rappelle une autre : celle de LeEco. Le portail chinois s’appuie lui aussi sur un catalogue mixte. Et après avoir fait l’actualité avec sa gamme de smartphones fort attractifs (dont le modèle économique semble calqué sur celui du Fire Phone d’Amazon), le groupe vient d’inaugurer son nouveau siège basé à San Diego. Si aux États-Unis LeEco est aujourd’hui davantage un concurrent pour les fabricants de mobiles, il paraît évident que ce géant chinois ne restera pas outre-Atlantique inactif sur son activité historique : la vidéo en streaming. Il sera alors en concurrence directe avec YouTube et Amazon Video. Ce qui expliquerait pourquoi Amazon commence à placer ses pions.

Partagez cet article

  • LinkedIn
comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer