Le constructeur Vertu racheté par un homme d’affaires turc

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
vertu

Spécialiste de la téléphonie de luxe, Vertu vient de passer d’un propriétaire à un autre : le fonds d’investissement hongkongais Godin Holdings a cédé l’entreprise britannique à un homme d’affaires turc. Le montant payé serait de 50 millions de livres sterling.

Vertu démarre un nouveau chapitre de son histoire. La marque spécialisée dans la téléphonie de luxe vient d’être rachetée par un homme d’affaires d’origine turque, Hakan Uzan par le biais d’une société enregistrée à Chypre et appelée Baferton. L’information a été dévoilée par The Telegraph. Le montant de la transaction serait de 50 millions de livres sterling, soit 57 millions d’euros. Mais ce n’est pas le montant qui compte dans cette histoire, mais plutôt l’acheteur.

Vertu Constellation

Un acheteur controversé

Pour ceux qui suivent l’actualité politique et financière internationale, le nom d’Uzan leur rappelle peut-être quelque chose. Hakan Uzan est le fils d’un homme d’affaires turc, Kemal Uzan, dont l’empire contrôlait plus d’une centaine de sociétés il y a quinze ans. Visé par un scandale financier et politique (une centaine d’affaires aux Eats-Unis et en Europe), Kemal Uzan a vu son empire s’effondrer lors de plusieurs procès pour fraudes.Toute la famille Uzan semblait alors être impliqué, dont Hakan. En outre, l’une des affaires concernait la téléphonie mobile et deux noms revenaient alors : Nokia et Motorola, escroqués ensemble à hauteur de 3,1 milliards de dollars à l’époque.

C’est donc de façon cocasse que l’ancienne filiale de Nokia tombe entre les mains de l’une des personnes que la firme finlandaise doit estimer le moins. Reste évidemment à savoir ce que Hakan Uzan compte développer avec Vertu, s’il compte avoir une incidence sur son développement. Car, il pourrait simplement s’agir d’un simple investissement. Le patron de Vertu, interrogé par The Telegraph, affirme que ce n’est pas le cas. Et qu’il existe un vrai projet économique et commercial derrière ce rachat.

Une activité complexe à équilibrer

Vertu ne sera pas resté longtemps entre les mains du Honkongais Godin Holdings. Malgré la présence en Asie de cet actionnaire, qui avait par ailleurs des projets de développement d’une ROM Android sécurisée type Silent OS, Vertu n’aura pas réussi à profiter de son partenaire financier, perdant ainsi de l’argent malgré quelques sorties de produit très intéressantes, notamment sur le segment des téléphones de luxe (New Signature Touch ou Constellation, notamment). Ce rapprochement était pourtant logique, dans la mesure où Godin connaissait particulièrement bien les marchés asiatiques où prolifèrent depuis quelques années de nouveaux millionnaires en dollars, cible privilégiée de Vertu

Vertu passe de main en main depuis quelques années. Avant qu’Hakan Uzan mette la main sur cette société, elle appartenait donc à Godin Holdings. Ce dernier en avait fait l’acquisition en 2015 seulement auprès d’un autre fonds appelé EQT Partners et basé celui-ci en Suède. C’est ce fonds qui avait racheté Vertu à Nokia en 2012. Cette première passation, d’un montant de 200 millions d’euros, a été réalisée deux ans avant la vente effective de ses activités grand public à Microsoft.

Partagez cet article

  • LinkedIn
comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer