Asus réorganise aussi son activité liée à la téléphonie

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
asus

Comme d’autres marques, taïwanaises, coréennes ou japonaises, Asus ne parvient pas à s’imposer sur le marché de la téléphonie. Elle annonce le départ de son président et une restructuration de sa branche téléphonie.

Les études récentes sur le marché de la téléphonie mobile montrent plusieurs faits intéressants qui se sont déroulés en 2018. D’abord, Xiaomi et Huawei ont réalisé d’excellents résultats en 2018, les propulsant en quatrième et deuxième place, respectivement. Et ce grâce à une politique tarifaire très agressive et une offre pléthorique.

De plus en plus difficile de faire son trou

Ensuite, les cinq marques les plus importantes dans le monde, Apple, Huawei, Oppo, Samsung et Xiaomi (dans l’ordre alphabétique), représentent ensemble une part de marché de plus en plus grande. Ne laissant que quelques miettes aux centaines de marques, lesquelles ne sont pas toutes confidentielles : HTC, LG, Sony, Motorola, Lenovo, Alcatel, BlackBerry, Sharp ou encore Asus.

Nous avons largement évoqué les difficultés financières de certaines d’entre elles (ou du moins celles de leurs divisions dédiées à la téléphonie). En début de semaine, nous rapportions notamment que Sony coupera dans ses effectifs basés à Lund en Suède, dans le fief historique de Sony-Ericsson.

Asus se recentre sur sa principale force : le jeu

Aujourd’hui, nous apprenons grâce à la publication taïwanaise Business Next qu’Asus a entamé une réorganisation de sa division téléphonie. Principal objectif : recentrer son offre sur deux cibles : les hardcore gamers, avec l’excellent ROG Phone, et les utilisateurs experts (c’est à dire le segment premium). Ce qui laisse entendre que les terminaux milieu de gamme, tels que les modèles Live, Max (non Pro) ou Lite, pourraient disparaître à moyen terme.

ROG Phone
Le ROG Phone symbolise l'avenir d'Asus en téléphonie

Cette réorganisation ne sera pas sans conséquence pour la firme taïwanaise. Une dépense exceptionnelle de 6,2 milliards de dollars taïwanais (178 millions d’euros), au titre d’une dépréciation des actifs. S’exprimant sur le sujet auprès des journalistes de Business Next, Jonney Shih, le président d’Asus, a expliqué que le marché des smartphones est aujourd’hui « un champ de bataille sanglant ». Et toutes les marques ne sont pas des guerriers.

Départ symbolique

En outre, cette réorganisation coïncide avec le départ de l’emblématique PDG d’Asus, Jerry Shen, qui a dirigé l’entreprise pendant onze ans. Il partira de son poste à la fin du mois de décembre. Il ne sera pas remplacé directement, puisque les patrons de deux des divisions d’Asus, les PC et le service client, vont se partager cette lourde tâche. Reste à savoir quelle sera leur vision de la téléphonie.

Partagez cet article

  • LinkedIn
comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer