Et si Apple achetait ses modems 5G chez Huawei ?

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
apple

En janvier dernier, Huawei présentait son premier modem 5G, le Balong 5000. Ce composant équipe actuellement le seul téléphone compatible 5G de Huawei : le Mate X. Mais Huawei se verrait bien l’intégrer dans l’iPhone. Est-ce possible ?

Quand il s’agit d’intégrer un modem compatible avec une nouvelle génération de réseau télécom, Apple n’est pas la plus rapide. Loin de là même. La firme de Cupertino a continué de présenter des téléphones 3G+ quand la concurrence avait déjà déployé une offre 4G. À l’époque, Steve Jobs expliquait que la 3G+ était déjà bien suffisante pour profiter de tous les usages liés à l’iPhone.

La 5G dans un iPhone en 2020 ?

À la décharge de l’emblématique patron d’Apple, le streaming audio ou vidéo n’était alors pas aussi répandu (on achetait encore des morceaux sur iTunes que l’on synchronisait ensuite avec un PC ou un Mac) et que le téléchargement des applications sur l’App Store sur réseau mobile était limité à 50 Mo. Ça a bien changé. Tandis que les mails et les réseaux sociaux fonctionnaient très bien, même sur un réseau Edge.

Apple iPhone XS
Apple iPhone XS

Qu’en sera-t-il de la 5G ? La question se pose déjà depuis plusieurs mois. Une question que soulève un article paru chez nos confrères d’Engadget. Et les différents analystes financiers tablent sur l’arrivée d’un iPhone 5G en 2020. Pourquoi ? D’abord parce que tous les pays les plus importants pour l’activité d’Apple n’auront pas déployé la 5G avant 2020, même si la Corée et les États-Unis ont d’ores et déjà ouvert leurs réseaux. Ensuite parce que la firme ne sait pas encore à qui s’adresser pour acheter ses modems.

Perte de confiance en Intel

En effet, les principaux fournisseurs de modems 5G ne sont pas forcément aptes à fournir la firme. Notamment dans les volumes qu’elle demande. Et surtout à lui fournir en temps et en heure. Quelles sont les options ? Il y a Intel, qui fournit les modems des trois iPhone de 2018 (XR, XS et XS Max). Selon la presse américaine, Intel n’aurait pas réussi à respecter quelques deadlines dans le développement de son modem 5G appelé XMM 8160. Ce dernier devrait théoriquement être prêt pour la fin d’année 2019. Mais il pourrait connaître du retard. Et Apple n’aurait plus confiance.

Deuxième option : Qualcomm et le Snapdragon X50/X55. Impossible selon certains, car les deux firmes sont engluées dans une bataille juridique (conséquence du divorce des deux firmes il y a deux ans). Apple attaque Qualcomm pour pratique commerciale abusive. Qualcomm attaque Apple pour violation de brevet et pour licences d’exploitation impayées. Le fondeur a obtenu quelques victoires en Europe, en Asie et aux États-Unis. Une réconciliation ne sera certainement pas possible pour l’iPhone de 2020. Voire même après.

Des alternatives pas assez matures

Dernières options : MediaTek et Samsung. La filiale du géant coréen dédié aux composants a développé un modem 5G employé dans certaines versions du Galaxy S10 5G et dans le Galaxy Fold. Tandis que le fondeur taïwanais pourrait présenter un modem 5G très prochainement. Mais sera-t-il prêt ? Sera-t-il suffisamment ouvert pour être compatible avec les différents réseaux (et les différentes fréquences) ? Pas sûr. Même si Apple réfléchissait à intégrer ces deux acteurs pour diversifier les ressources en modem 5G, les analystes pensent que ces deux fournisseurs ne sont pas des solutions viables.

Balong 5000

Alors, qui reste-t-il ? Il resterait Huawei. Selon Engadget qui cite une source anonyme, la firme chinoise aurait affirmé qu’elle serait ouverte aux discussions pour vendre des Balong 5000, son modem 5G que vous trouvez aujourd’hui dans le Mate X et qui animera tous les appareils 5G de la firme chinoise cette année (et l’année prochaine certainement aussi). Mais elle ne voudrait en vendre qu’à une seule entreprise concurrente : Apple.

Providentiel, mais pas politiquement correct

Aucune négociation ne serait en cours, bien sûr. Mais l’évocation d’un partenariat entre les deux dauphins de Samsung est intéressante. D’autant plus que la proposition de Huawei a plusieurs avantages : le Balong 5000 est prêt, il est compatible world-mode, il est rétrocompatible avec les réseaux 2G, 3G et 4G et Huawei a de grands moyens de production. Bref, c’est un partenaire qui ne manque pas d’attrait. D’autant que cela permettrait à Huawei de rentabiliser plus encore HiSilicon, sa filiale dédiée aux composants.

Bien sûr, comme tous nos confrères européens ou anglo-saxons, nous pensons qu’un tel accord commercial serait impossible, même si cela ne concernait que les séries destinées à la Chine et à certains marchés asiatiques (Hong Kong, Taïwan, Macao, etc.). Pourquoi ? D’abord parce que Huawei fait l’objet de nombreux rapports (fondés ou non) à propos d’espionnage. Et plusieurs pays ont banni les équipements réseau que la firme propose. Ensuite, parce que Huawei est soupçonnée d’espionnage industriel et commercial à l’encontre d’Apple. Et ce ne sont là que quelques freins qui pèsent lourd.

Partagez cet article

  • LinkedIn
comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.