OPPO Reno2

Huawei Mate 30 Series : Richard Yu s’exprime sur l’absence de Google

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
huawei

Suite à la conférence de presse organisée hier par Huawei, Richard Yu, le patron de Google, a participé à une séance de questions-réponses avec les journalistes. Il avoue qu’aucune date de lancement en Europe n’a été choisie pour les Mate 30. Et qu’il « n’avait pas d’autres choix ».

Tous nos confrères présents lors de la conférence de presse de Huawei organisée hier à Munich nous le confiaient : « l’ambiance est bizarre ». Et c’est vrai : une tension était palpable, aussi bien avant que pendant la conférence lors de laquelle les Mate 30 ont été présentés. Il faut dire que la situation est inédite : les téléphones sont peut-être élégants et embarquent de nombreuses innovations technologiques, ils ne sont pas certifiés par Google et n’embarquent aucune des briques technologiques propriétaires de la firme de Mountain View.

« Nous n'avons pas eu d'autre choix »

Suite à la conférence de presse, qui aura tout de même duré plus d’une heure et demie, Richard Yu, qui venait de brosser les principales nouveautés de six produits (trois téléphones, un casque, une montre et une télévision), a continué de porter son message au cours d’une session de questions-réponses avec une brochette de journalistes, dont ceux de GSMArena qui en relaient les morceaux choisis. Le principal sujet abordé lors de cet échange est évidemment l’absence de la suite Google Mobile Services dans les Mate 30.

conférence Huawei Mate 30

Plusieurs remarques sont intéressantes. La première concerne l’absence en elle-même. Il estime qu’il n’a pas eu le choix et que cela sera certainement préjudiciable non seulement pour Google, mais aussi pour les développeurs qui perdront, tous deux, des consommateurs et du chiffre d’affaires. « Nous contribuons à de nombreuses entreprises américaines », commente-t-il.

Pas de Play Store ? Il y a AppGallery et... les autres alternatives

Il continue en expliquant que l’absence du Play Store n’empêche pas d’utiliser les Mate 30 et de télécharger des applications. D’abord, AppGallery est là pour compenser en grande partie. Pour le reste, il indique qu’il existe « de nombreuses boutiques d’applications alternatives », où il est même possible de télécharger les applications de Google. Évidemment, il oublie de rappeler que les boutiques alternatives sont également porteuses de nombreux logiciels falsifiés avec de nombreux virus. Le Play Store et les boutiques officielles (comme AppGallery) apportent aussi un certain niveau de sécurité.

Il espère néanmoins être capable un jour de répondre à tous les besoins en termes d’application. Il a à plusieurs reprises fait des appels du pied aux développeurs afin qu’ils rejoignent les rangs de son écosystème en rappelant que, chez lui, la commission de l’AppGallery n’est que de 15 % (contre 30 % chez Apple et Google). Si ça, ce n’est pas de la séduction, qu’est ce que c’est ?

Pas de date en Europe. Ni même de décision prise !

Une autre remarque à relever concerne la disponibilité en Europe. Contrairement à certaines annonces antécédentes, la sortie des Mate 30 n’y est pas encore prévue, même si les prix en euro ont été dévoilés. Aucun des trois modèles dévoilés hier n’est planifié pour une commercialisation européenne. Et pour cause : sans le Play Store, il n’est pas certain que les consommateurs européens en achètent un. Une observation qui pourrait s'appliquer aussi à tous les futurs smartphones de la firme, Huawei ou Honor.

C’est d’autant plus vrai que les Mate 30 Pro et Mate 30 RS Porsche Design sont prohibitifs : 1100 euros pour le premier, 2100 euros pour le second. Nous apprenons donc que chaque filiale locale étudiera la question. Et y répondra. Reste à savoir quand. En attendant, ils sortiront en Asie et au Moyen-Orient où l’absence de Google n’est pas pénalisante.

Une mise à jour et ça repart !

Enfin, dernière petite pépite : si la situation avec les États-Unis se débloque, les Mate 30 pourraient rapidement bénéficier des services de Google. Leur absence actuelle n’est pas bloquante : une simple mise à jour en OTA suffirait à réinstaller la suite Google Mobile Services et à redonner à ses phablettes une utilisation plus classique.

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer