promo red by sfr

Apple Music : à peine officiel et déjà dans le collimateur de la justice

Par Samir Azzemou

apple

Les procureurs généraux des états de New York et du Connecticut étudient actuellement le tout nouveau service de streaming d’Apple. Leur crainte ? Qu’il y ait eu pratique anticoncurrentielle et entente illicite entre les majors et Apple.

Le lancement d’Apple Music devrait faire grand bruit. Car, généralement, quand Apple lance un nouveau service musical, cela modifie considérablement le marché numérique et physique du disque. iTunes en est la preuve incarnée. Et même si iTunes Radio a été une erreur stratégique, Tim Cook n’est pas du genre à faire la même erreur deux fois de suite. Pour Apple Music, il a non seulement confié le bébé à Jimmy Iovine, son nouveau vice-président depuis le rachat de Beats Electronics, mais il a décidé d’intégrer profondément le service à iOS (comme iTunes) et de délivrer la musique partout dans le monde. Cependant, la volonté d’Apple de minimiser les risques irait-elle jusqu’à manipuler les conditions de marché ?

Apple Music

Apple Music : officiellement suspectée de museler la concurrence

Le Wall Street Journal rapporte que deux procureurs généraux américains, ceux des états de New York et du Connecticut, étudient actuellement Apple Music et l’ensemble des éléments liés au nouveau service de streaming musical de la firme de Cupertino. Ils recherchent des éléments qui mettraient en lumière des pratiques anticoncurrentielles lors de la signature des contrats avec les majors du disque. Et le comportement de ces dernières est assez suspect pour attirer l’attention de la justice américaine.

Dans une lettre, envoyée par mail au procureur de New York, Eric Schneiderman, qui l’a mise en ligne, Universal Music, première maison de disque dans le monde, affirme n'avoir discuté avec aucun parti pour restreindre la compétition dans le domaine de la musique en ligne. Évidemment, la lettre ne cite personne, que ce soit Apple, Warner Music ou Sony Music. Cependant, la lettre est arrivée chez le procureur général le jour même de la présentation officielle d’Apple Music, soit lundi dernier. Ce qui n’a évidemment pas manqué de l’interpeller.

Apple dans le collimateur de la justice depuis plusieurs mois

Ce n’est pas la première fois qu’Apple Music est dans le collimateur des institutions américaines. Deux mois avant le lancement officiel d’Apple Music, un article paru dans le New York Post affirmait que la FTC (commission fédérale chargée du commerce) et le département de la justice étudiaient également la question, car il y avait un précédent : Apple et cinq des plus grandes maisons d’édition s’étaient entendues sur le prix de vente des livres numériques. Ce qui est évidemment interdit.

À l’époque, les procureurs de 33 états américains (sur 50, faut-il le rappeler ?), dont New York et le Connecticut, ont poursuivi en justice Apple pour pratique anticoncurrentielle. Une plainte qui s’est soldée par un accord. Apple a payé 450 millions de dollars. Imaginez donc l’amende que cela pourrait représenter si Apple était une fois mise en cause pour des accords à échelle mondiale...

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

close