Apple « chipgate » : de nouveaux tests confirment les chiffres d’Apple

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
apple

La semaine dernière, Apple affirmait que la différence d’autonomie entre un iPhone 6S avec chipset A9 Samsung et un autre iPhone 6S avec chipset A9 TSMC était presque négligeable. De nouveaux tests concordent ces propos, enterrant un peu plus la polémique.

Cela sent déjà la fin pour le « chipgate », prouvant bien que cela n'était qu'un faux problème. L’histoire ne fait plus les gros titres de la presse high-tech. Et les tests confirmant les dires d’Apple se multiplient. Il existe bel et bien une différence entre la version Samsung et la version TSMC du chipset A9 de l’iPhone 6S. Mais la différence relevée est comprise entre 1 % (en faveur de Samsung) à 4 % (en faveur de TSMC). Chaque benchmark ayant ses propres algorithmes (délais des temps de pause, pourcentage de charge sur les CPU, etc.), il est difficile d’en tirer une conclusion nette. Cependant, la tendance est toujours la même : l’autonomie constatée d’un smartphone avec Apple A9 TSMC est très légèrement meilleure, mais sans plus.

iPhone 6S

Pour preuve, nos confrères de Ars Technica ont effectué plusieurs tests, dont certains sont utilisés au sein de la rédaction de LesMobiles.com. Dans cette série, les écarts relevés par nos confrères montrent que les deux chipsets ont une autonomie très proche. Ils rappellent également, et c’est une excellente remarque rarement abordée dans les articles sur le sujet, que cette différence n’est pas simplement celle entre l’A9 de Samsung et l’A9 de TSMC, mais la différence entre deux melting-pots de composants dont la provenance est systématiquement dédoublée : RAM, stockage, chipset d’alimentation, modem, capteurs NFC, écran, etc. Difficile dans ce cadre de savoir qui est la cause de cette différence. Et surtout, si l’A9 de Samsung est fautif.

Assurance

Apple est un cas d’école dans la téléphonie mobile, notamment dans la logistique des composants, de la fabrication et de la distribution de produits à travers le monde. Cependant, compte tenu des quantités de smartphones vendus en quelques mois (74 millions d’iPhone 6 et 6 Plus vendus sur le dernier trimestre 2014), l’entreprise est obligée de multiplier les fournisseurs, même pour l’élément le plus important du mobile, le chipset. Aucun autre constructeur ne prend cette décision, qui est autant un risque qu’une sécurité.

En effet, si l’un des deux fournisseurs est à l’origine d’un problème (retard de livraison, problème de conception), il est toujours possible de s’organiser sans que cela ait une incidence sur les ventes. Le cas de GT Advanced Technologies, censé être le fournisseur de saphir synthétique pour l’écran de l’iPhone 6 et de l’iPhone 6 Plus et qui a depuis mis la clé sous la porte, a certainement servi de leçon à Apple.

Faux débats

Le fameux « chipgate » que certains rédacteurs technophiles ont présenté comme le nouveau scandale de l’iPhone n’est qu’un faux problème. L’arrivée d’un mode d’économie d’énergie aura une incidence bien plus forte sur l’autonomie du dernier né d’Apple qu’un éventuel débat entre Samsung et TSMC. Nous pourrions, en tant qu’observateur, être déçus de voir que Samsung, si fier de son 14 nm FinFET, ne réussit finalement pas à surpasser le 16 nm FinFET de TSMC. Mais en tant que consommateur, cela ne changera strictement rien. Retrouvez d’ailleurs notre test complet de l’iPhone 6S ici même.

Comparer les prix du Apple iPhone 6S (16 Go)

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.