Samsung Galaxy S10e + Forfait Bouygues Telecom

Apple Video : où l’on reparle d’un hypothétique rachat de Netflix

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
apple

Alors qu’Apple préparerait le lancement de sa plate-forme de vidéo en streaming, la banque d’affaires JP Morgan verrait bien Apple racheter Netflix sur le même modèle que Beats Audio. Un rachat peu probable qui coûterait très, très cher à la firme de Cupertino.

Apple a dévoilé il y a quelques jours des chiffres financiers un peu décevants. Non pas que la firme n’est plus rentable, loin de là. Mais les ventes d’iPhone ont chuté, entrainant vers le bas le chiffre d’affaires, ainsi que les profits. Ce que les analystes financiers et les actionnaires n’ont évidemment pas apprécié. Car, même si le bénéfice par action est presque aussi bon, l’avenir à moyen et long terme n’est pas aussi vert qu’auparavant.

Quel rachat pour refaire partir Apple ?

Alors, les banques d’affaires réfléchissent à de nouvelles opérations pour que la firme retrouve rapidement la voie de la croissance. Pour que cela soit rapide, il n’y a qu’une seule solution : la croissance externe. Et pas n’importe quel rachat : il faut un business qui tourne déjà bien. La banque JP Morgan a donc publié une note avec trois cibles potentielles. Une note dont l'auteur a été interviewé par nos confrères américains de CNBC. Et ce sont trois cibles qui ne manquent pas d’intérêt.

Netflix

D’abord Netflix. Alors que la firme de Cupertino devrait déployer son propre service de vidéo en streaming cette année, selon les rumeurs, JP Morgan estime que cela serait plus efficace si Apple devenait simplement le leader mondial en cassant la tirelire. Une opération qui nous paraissait déjà, dès 2016, une riche idée, mais qui devient, d’année en année plus difficile à réaliser. Car Netflix se porte comme un charme. La perte de son indépendance couterait donc cher.

Parce que trop cher ?

Très cher même : 189 milliards de dollars minimums. Et certains avis estiment même qu’Apple pourrait ne pas remporter la mise sans atteindre les 200 milliards de dollars. Apple détient cette somme, avec ses 250 milliards de fonds propres. Et elle pourrait même avoir un peu d’aide de la part des banques. Même si elle est hypothétique (frôlant même la fiction), cette opération est très intéressante, car les synergies sont réelles. Et Netflix serait un formidable levier de croissance pour Apple.

La seconde cible est Activision / Blizzard, un éditeur de jeu vidéo que vous connaissez certainement pour ces licences phares : Call of Duty, Skylanders, World of Warcraft, Hearthstone, Diablo, Guitar Hero, Destiny, Overwatch, etc. L’éditeur américain, qui est également propriétaire de King.com (Candy Crush Saga) était, il y a quelques années, une filiale majoritaire de Vivendi, pourrait offfir à Apple une expertise dans les jeux vidéo. Mais, de notre avis, l’éditeur n’est pas encore prêt à repasser sous pavillon d’un nouveau propriétaire, même s’il s’agit d’Apple. Dans le domaine du jeu, Apple aurait également tout intérêt à conserver un rôle de distributeur (avec une véritable offre de streaming…).

Une offre plus étoffée en audio avec Sonos ?

La dernière cible est Sonos, le précurseur de l’audio multi-pièce. Voilà une proposition intéressante, car elle viendrait en complément des casques Beats et des appareils sous iOS et macOS. Sonos et Apple sont partenaires technologiques et commerciaux depuis longtemps. Ce serait certainement le rachat le plus simple et le plus rapide. Mais pas forcément celui que les actionnaires verraient comme LE relais de croissance providentiel.

Partagez cet article

  • LinkedIn
comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer