Huawei n’attendra pas le successeur du P30 pour remplacer Android

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
huawei

Alors que l’administration américaine promet de délivrer les premières licences commerciales aux entreprises qui souhaite travailler avec Huawei, ce dernier envisage de plus en plus à se passer d’une collaboration avec Google.

Depuis plus de trois mois maintenant, Huawei et ses partenaires commerciaux américains attendent patiemment que le ministère américain en charge du Commerce publie les licences commerciales promises. Annoncées dans le courant du mois de juillet, ses licences sont toujours bloquées, alors que le secrétaire d’État Wilbur Ross affirmait il y a quelques semaines que les premières licences seraient émises cet automne.

De moins en moins enclin à patienter

Il est évident que la présence de Huawei sur la liste noire américaine des entreprises et le maintien de cette situation sont intimement liés aux négociations économiques entre les États-Unis et la Chine. Et plusieurs porte-parole officiels de la firme chinoise, dont son grand patron Ren Zhengfei, ont évoqué à plusieurs reprises qu’aucun signe concret n’a été fait pour améliorer la situation. Et qu’il serait peut-être temps d’envisager « vraiment » une continuation sans technologies américaines. Et donc sans Google.

Huawei Mate 30
Le Mate 30 n'est pas équipé des services Google

La dernière déclaration allant dans ce sens émane de Vincent Pang, vice-président de Huawei. Ce dernier s’est exprimé auprès de journalistes, dont nos confrères de l’édition indienne de Business Insider, lors d’un diner de presse organisé jeudi 14 novembre. Durant ce diner, Vincent Pang, qui avait pourtant démenti les rumeurs de l’arrivée d’un smartphone sous Harmony OS, n’était déjà plus aussi catégorique.

Il n'y aura pas d'autre Mate 30

Il explique d’abord que Huawei a déjà « manqué un flagship » et que la firme ne peut plus attendre davantage que la situation se débloque. Le cadre dirigeant parle évidemment de la série Mate 30 dont aucun membre n’est équipé de la fameuse suite Google Play Services, incluse dans tous les terminaux certifiés par la firme de Mountain View. Une absence qui a amené Huawei à ne lancer aucun de ces terminaux en Europe, alors qu’ils auraient dû profiter des fêtes de fin d’année.

Et c’est ainsi que Harmony OS est de nouveau évoqué pour arriver dans un smartphone d’ici 6 à 9 mois. Comprenez que l’arrivée de la branche alternative d’Android dans un téléphone serait donc prévue, si la situation n’est pas au moins partiellement débloquée, au cours du premier semestre 2020. Plus précisément encore, en évoquant le fait que Huawei n’attendra pas un flagship de plus, le successeur du P30 (et de sa version Pro) pourrait donc en profiter.

Une décision business

Rappelons qu’en mai dernier, Richard Yu expliquait qu’un smartphone sous Harmony OS pourrait être officialisé dans le courant du second trimestre 2020. Vincent Pang, qui affirmait qu’Android est le système d’exploitation privilégié de Huawei, justifie ce changement de position comme une décision « business ». « En restant simplement ainsi, Huawei pourrait évidemment survivre. Mais aucune entreprise n’a envie de simplement survivre », explique-t-il.

Partagez cet article

  • LinkedIn
comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.