Asus Zenfone 9

Test Asus Zenfone 9 : un smartphone compact, mais ultra performant avec un très bel écran

Par Sylvain PICHOT - 07 octobre 2022 à 16:5
Avis LesMobiles.com

Alors que la tendance est aux smartphones de plus en plus grands, Asus prend le contrepied de la quasi-totalité des autres fabricants de mobiles en proposant le Zenfone 9 dans un format particulièrement compact. L’idée est de proposer un téléphone qui soit facilement manipulable d’une seule main, mais qui offre les meilleures performances tout en proposant un affichage de très haute qualité. Est-ce un pari réussi pour Asus ? Nous avons pu tester le Zenfone 9 pendant un moment et voici nos impressions à son sujet. 

Principales caractéristiques techniques : 

  • Écran AMOLED de 5,9 pouces, 1080x2400 pixels 120 Hz 
  • Chipset Qualcomm Snapdragon 8+ Gen 1
  • 8 ou 16 Go de mémoire vive non extensibles
  • 128 ou 256 Go de stockage interne non extensibles
  • Double capteur photo 50+12 mégapixels
  • Capteur frontal 12 mégapixels 
  • Lecteur d’empreinte digitale sur le profil
  • Batterie 4300 mAh compatible charge 30 watts 
  • Système d’exploitation : Android 12 avec une surcouche logicielle MyAsus

 

Design du Zenfone 9

Le précédent smartphone de la marque, le Zenfone 8 proposait déjà un format compact avec une hauteur de 148 mm seulement. Avec le Zenfone 9, Asus va encore plus loin puisqu’il propose une réduction du format d’environ 2% notamment avec une hauteur de 146,5 mm cette fois-ci. La largeur est quasiment identique, de 68,5 mm pour le Zenfone 8 contre 68,1 mm pour le Zenfone 9. Ce dernier est toutefois plus épais puisqu’il fait 9,1 mm alors que son prédécesseur mesure 8,9 mm. Comptez sur un poids de seulement 169 grammes, ce qui en fait l’un des plus légers du plateau. Au niveau du design, on peut constater l’intégration de profils plats, à l’image de ceux des iPhone, par exemple.
La partie arrière revient très légèrement sur les profils pour proposer une excellente prise en main. Le revêtement est très agréable au toucher et ne laisse aucune trace de doigts à moins que ceux-ci soient particulièrement gras. On profite d’une certification IP68 ce qui rend le mobile parfaitement étanche à l’eau ainsi qu’à la poussière, une caractéristique que l’on aurait eu du mal à se passer vu le rang haut de gamme du smartphone d’Asus.

Les deux capteurs photo sont assez imposants, au dos, se présentant presque comme des hublots. Ils ressortent par rapport au reste de l’arrière du mobile et l’un est encore plus ressorti que l’autre. Il y a un flash LED, juste à côté. Le Zenfone 9 est décliné en bleu, en rouge ou en noir (notre modèle de test).

 

Si on fait le tour du téléphone, on peut voir le bouton de mise en veille qui joue également le rôle de lecteur d’empreinte digitale sur le profil de gauche, en regardant le mobile de face. Il est placé, selon nous, un tout petit peu trop bas. En effet, sans avoir de grandes mains, le pouce est situé naturellement un peu trop haut par rapport à son emplacement, ce qui nous fait faire une petite gymnastique pour le poser dessus.
Un peu plus haut, il y a le double bouton pour gérer le volume. Le châssis est en métal. Les antennes installées tout autour de l’appareil sont très discrètes, en tout cas sur notre version noire. Sur le profil supérieur, il y a un port audio jack 3,5 mm pour brancher directement n’importe quel casque. Sur le profil inférieur, il y a le tiroir à cartes SIM. Celui-ci peut en supporter deux simultanément, mais pas de possibilité d’insérer une carte mémoire pour étendre la capacité de stockage. Il y a également un microphone, un haut-parleur et le connecteur USB-C.

Asus Zenfone 9 CTA

Le son délivré par le mobile est stéréo, ce qui est une bonne chose. Il n’est pas trop déséquilibré et plutôt cohérent pour un tel appareil. On peut donc en profiter pour regarder une série ou une vidéo, par exemple. La meilleure expérience reste toutefois celle du casque où la puissance est au rendez-vous ainsi que la qualité générale de l’audio, ce qui est appréciable. Notez la compatibilité avec les formats aptX Lossless et l’aptX Adaptive ainsi qu’une certification Hi-Res.

En matière de connectivité, le Zenfone 9 dispose des dernières avancées dans ce domaine avec la possibilité de se connecter à un réseau Wi-Fi 6E, du Bluetooth 5.2 et du NFC pour le paiement sans contact, par exemple, ou d’autres activités. 

Un très écran, compact, mais facile à utiliser et d’un bel éclat

Le Zenfone 9 profite d’un écran digne de son rang. En effet, il est plat, mais s’appuie sur une dalle AMOLED de 5,9 pouces affichant une définition de 1080x2400 pixels. Il profite d’une fréquence de rafraîchissement maximale de 120 Hz.

Dans les paramètres, on peut choisir plusieurs réglages, dont un affichage dynamique (option Automatique) ce qui signifie que c’est le mobile qui s’occupe d’optimiser la fréquence selon l’application en cours d’utilisation et de ses besoins. On peut aussi décider de bloquer la fréquence pour toujours avoir du 120 Hz, au risque d’obtenir une autonomie moindre avec une cadence moins élevée. On peut aussi choisir de rester en 60 ou 90 Hz. La dalle du Zenfone 9 est excellente. Elle propose une luminosité satisfaisante en toutes circonstances, aussi bien en plein soleil que dans la pénombre. Grâce à la technologie OLED, les noirs sont infinis et les couleurs sont ici plutôt bien calibrées même si on peut obtenir un peu mieux en passant par les paramètres du mobile. Plusieurs modes de couleurs sont disponibles : Optimal, Naturel, Cinématique, Standard ou Personnalisé avec la possibilité de jouer sur la température des couleurs. 

Pour le capteur photo frontal, il y a un poinçon qui est installé dans le coin supérieur à gauche. Il est assez petit et ne gêne pas trop l’affichage. On apprécie la taille de l’écran qui est facilement manipulable à une seule main. Les bords de l’écran ne sont pas les plus fins que nous ayons pu voir récemment. En effet, ils sont assez peu épais sur les profils, mais légèrement plus sur les parties hautes et basses, ce qui est toujours un peu dommage. Toutefois, cela reste tout à fait raisonnable et ne gêne pas vraiment.  

Un système plutôt épuré qui répond très vite

Le Zenfond 9 est livré avec Android 12 installé ainsi qu’une surcouche logicielle MyAsus. Celle-ci est plutôt discrète avec quasiment aucune application tierce installée, ce qui est, selon nous, toujours une bonne chose. La date de la mise à jour de sécurité n’était, lors de nos tests, pas plus éloignés qu’un mois, ce qui est satisfaisant. 
L’interface est globalement épurée. Seules les applications Asus Data Transfer, Instagram, Facebook et Netflix sont installées. Le gestionnaire d’applications permet de passer de l’une à l’autre avec la possibilité de tout fermer ou de réaliser une capture d’écran de l’une d’entre elles.

Le portail Google Discover est disponible sur le volet gauche des pages d’accueil. Les fonctions de raccourcis disponibles avec un balayage depuis le bord supérieur de l’écran sont nombreuses et il est possible depuis ce menu d’ouvrir les paramètres ou de redémarrer l’appareil, voire de l’éteindre. Les paramètres profitent d’une bonne hiérarchisation des différentes rubriques. Bien entendu, la navigation par geste est possible. Un module Génie du jeu est proposé pour rester concentré ainsi que la fonction Twin Apps pour avoir deux applications sur deux comptes distincts. Les mots de passe sont regroupés au sein d’un menu spécifique. On peut aussi compter sur les outils tels que le bien-être numérique, le contrôle parental et les services d’urgence proposés par Google pour transmettre automatiquement certaines informations dont la localisation à des personnes de confiance et potentiellement aider les secours en cas de problème. 

Concernant l’usage de la batterie, il y a un mode Haute performance, un autre Dynamique, un Durable et un Ultra durable qui économise, ou pas, de l’énergie tout en équilibrant la puissance délivrée. Notez la possibilité d’ouvrir des fenêtres flottantes pour y mettre certaines applications. Le dos peut accepter les doubles tapes pour faire une capture d’écran, ouvrir la caméra, allumer ou éteindre la lampe torche, ouvrir l’assistant Google, par exemple. 

Des performances vraiment au top

Pour son seul et unique modèle de smartphones classiques (hors les ROG Phone), Asus a choisi la puce la plus véloce du moment pour les mobiles sous Android, à savoir le chipset Qualcomm Snapdragon 8+ Gen 1. C’est la même puce que l’on trouve dans les ROG Phone 6, ROG Phone 6 Pro, Red Magic 7S Pro, OnePlus 10T, Samsung Galaxy Z Flip4, Samsung Galaxy Z Fold4, Motorola edge30 Ultra, par exemple. Elle est associée ici à 8 ou 16 Go de mémoire vive (notre modèle de test). Il n’y a pas de fonction d’extension de mémoire vive comme on peut maintenant en voir sur certains mobiles. Mais avec une telle quantité d’espace, cela ne pose aucun problème au mobile de lancer des applications avec une vélocité déconcertante et de permettre de jouer à des jeux parmi les plus exigeants avec un maximum de détails tout en assurant une très bonne jouabilité grâce à une excellente fluidité. Outre les éléments purement matériels, il faut également prendre en compte que le mobile exécute une version d’Android particulièrement épurée aidant aussi à obtenir de très bonnes performances. Après avoir installé de nombreuses applications, le smartphone reste parfaitement prompt et répond très rapidement à toutes les sollicitations auxquelles nous l’avons soumis. 
Comme les autres mobiles testés, nous avons utilisé plusieurs outils de mesure de performances afin d’évaluer la puissance brute de l’appareil et pouvoir la comparer aux autres téléphones du marché. Le Zenfone 9 est resté plutôt tempéré, même soumis à rude épreuve. Merci au système de refroidissement interne constitué d’une chambre à vapeur, parfaitement maîtrisé par la marque. On peut constater que le mobile produit ses meilleures performances pendant les 17 premières minutes pour, ensuite, garder 80% de puissance délivrée ce qui est correct. 

Des photos globalement satisfaisantes avec des capteurs éprouvés

Pour la partie multimédia, le mobile est parfaitement capable de lire des contenus de plateformes de streaming avec une qualité Full HD. Pour les photos, il se contente de deux capteurs. Le module principal est un capteur Sony IMX766 stabilisé optiquement qui fait 1/1,56 pouce contre le capteur Sony IMX686 de 1/1,7 pouce installé sur son prédécesseur. Le capteur du Zenfone 9 doit donc recevoir plus de lumière et donc potentiellement produire des images plus claires lorsque cela est possible. Rappelons qu’il est largement utilisé par l’industrie mobile puisque de très nombreux modèles en sont équipés à l’image des ROG Phone 6, ROG Phone 6 Pro, ROG Phone 6D, ROG Phone 6D Ultimate, OnePlus 10T, Oppo Reno8 Pro, Oppo Reno8, Oppo Find X5 Pro, Oppo Find X5, OnePlus Nord 2T 5G, realme GT Neo 3, realme 9 Pro+, realme GT 2, Nothing phone (1), Honor Magic4 Pro, Honor Magic4, Xiaomi 12 ou Xiaomi 12X. Notez la stabilisation sur 6 axes ce qui n’est pas si courant. À côté, ou plus exactement en dessous, il y a un capteur Sony IMX363 qui embarque 12 mégapixels. Avec son capteur principal, le Zenfone 9 propose des clichés de très bonne facture avec une belle exposition, des couleurs assez fidèles et un bon niveau de détail. Toutefois, comparé au Google Pixel 6 Pro, il reste en retrait, ce dernier offrant une plus grande netteté, certainement à cause de son traitement d’image moins poussé chez Asus que chez le géant américain, très réputé pour cela. Le capteur grand-angle est très satisfaisant avec, là aussi, un bon niveau de détail et une bonne exposition. Dommage que l’on n’ait pas sous la main un capteur permettant de zoomer, qui selon est tout de même plus utile qu’un capteur macro, absent ici. 

L’interface de l’application Appareil photo est classique dans le sens où quelques réglages sont disponibles en haut de l’écran, la fenêtre de cadrage affiche les modes de zoom 0,6x et 1x pour passer rapidement du capteur ultra grand-angle au principal. Excentré, le niveau de zoom (numérique) 2x est également disponible. En dessous, il y a les différents modes avec, de gauche à droite : Ralenti, Intervalle de temps (time-lapse), Vidéo, Photo, Portrait, Panorama, Sillon lumineux et Plus. Dans ce dernier menu, on trouve les modes Manuel, Nuit et Pro Vidéo. Il est possible de les intégrer avec les autres, si on est appelé à s’en servir souvent. Un guide de stabilisation peut s’afficher pour aider à garder le téléphone le plus immobile possible pendant une prise de vue. 

En vidéo, le Zenfone 9 peut monter jusqu’à un enregistrement en Ultra HD 8K à 24 images par seconde. Grâce à la stabilisation intégrée, on apprécie les limitations des bougés. 

Une plus grande autonomie, mais une charge finalement pas si rapide

Pour fonctionner, le Zenfone 9 est alimenté par une batterie d’une capacité de 4300 mAh là où beaucoup proposent 5000 mAh. Mais c’est déjà mieux que son prédécesseur qui devait se contenter de 4000 mAh. Il en résulte une autonomie qui est effectivement en amélioration par rapport au Zenfone 8. Nous avons réussi à l’utiliser pendant une bonne journée et demie en usage plutôt poussé, ce qui est assez satisfaisant. Par contre, on peut regretter que la puissance de charge maximale soit seulement de 30 watts. Avec le bloc livré dans la boîte, comptez sur un gain de 24% après 15 minutes de charge. Petit bémol aussi : l’absence de possibilité de charge sans fil, pourtant une caractéristique des modèles haut de gamme. Pas de charge inversée ici non plus. 

Asus Zenfone 9 CTA

Le contenu de la boîte

Le smartphone Asus Zenfone 9 est livré avec un câble USB-C vers USB-C, une coque de protection noire, un outil d’extraction pour le tiroir à cartes SIM et un bloc d’alimentation 30 watts.

Notre avis

De notre point de vue, le concept compact du Zenfone 9 fait totalement sens et on a donc en main, un appareil qui se laisse facilement manipuler d’une seule. On apprécie sa qualité d’affichage et ses performances sont véritablement impressionnantes tout en restant tempéré. On sent qu’on tient un téléphone particulièrement durable qui peut nous faire profiter de notre vie numérique avec une extrême vélocité. La partie photo est satisfaite même s’il y a mieux sur le marché notamment chez Huawei, Samsung ou bien Google, par exemple. On apprécie également le gain d’autonomie par rapport à son prédécesseur, mais on peut toutefois regretter que la charge ne soit pas plus rapide, ce qui sera, selon nous, son seul vrai défaut si on considère que l’absence de charge sans fil n’est pas très importante. 
 

Avis des internautes

A
Anonyme
il y a 1 mois
Il ne faut pas oublié de mentionner que l'appareil n'est mis à jour que 2 ans, ce qui est lamentable pour son prix donc jamais cet appareil ne doit avoir une note maximal comme on voit un peu partout.
Les guides et comparatifs
image Honor 70
image Google Pixel 6a