image de couverture lesmobiles

Test : HTC One mini

Par La Rédac LesMobiles - 30 août 2013 à 0:0
Avis LesMobiles.com
Après Samsung qui a dégainé son Galaxy S4 mini il y a quelques semaines, c’est maintenant au tour de HTC de suivre le même filon en commercialisant le One mini, un smartphone relativement compact et riche en fonctions. Mais cela suffira-t-il à concurrencer le géant coréen ?
Dire que HTC a connu une année 2012 morose tient du doux euphémisme. Pour se relancer, le constructeur a donc décidé de revoir sa copie, et a présenté en février dernier le HTC One. Ce dernier se démarquait de sa cohorte de concurrents sous Android grâce à une coque en aluminium et la technologie Ultra Pixel pour la prise de photos. Avec un beau succès critique à la clé. Le Taïwanais a visiblement décidé de se calquer sur la stratégie de Samsung en déclinant le design de la bête sur d’autres segments. On en veut pour preuve le HTC One mini que nous testons ici et le One Max qui ira batailler sur le segment des phablets pour la fin d’année.

Ces trois appareils arborent le même look, mais disposent de caractéristiques techniques évidemment différentes. Comme son nom le laisse clairement entendre, le mini est le plus petit de la bande, et s’adresse à celles et ceux qui ne veulent pas d’un smartphone trop grand. Attention, il ne s’agit pas d’un mobile d’entrée de gamme comme en atteste son prix et, surtout, sa fiche technique, jugez plutôt :

HTC One mini



Le HTC One mini dispose en effet d’un écran Super LCD2 de 4,3 pouces, pour une résolution HD de 1280 x 720 pixels, soit une densité de 342 pixels par pouce. Sous le capot, les entrailles du smartphone renferment un chipset double cœur Qualcomm Snapdragon 400, avec des processeurs Krait 300 cadencés à 1,4 GHz, et épaulé par 1 Go de mémoire vive (RAM). La gestion de la partie graphique est confiée à une puce Adreno 305. Côté multimédia, on retrouve le même capteur Ultra Pixel inauguré avec le One.

Il s’agit en fait d’un capteur de 4 mégapixels, capable de prendre des photos dans une définition maximale de 2688 x 1520 pixels et de filmer dans une résolution Full HD 1080p (1920 x 1080 pixels). Mais il promet d’apporter un meilleur rendu en situation de basse luminosité. Nous verrons si le pari est tenu un peu plus loin dans le test, dans la partie dédiée à l’imagerie.

Côté connectivités, la 4G (LTE) est de la partie, de même que la 3G+, le Bluetooth 4.0, les Wi-Fi a/b/g/n, Wi-Fi Direct, DLNA et le GPS (A-GPS) ainsi que le GLONASS. On regrette en revanche l’absence du NFC et d’une sortie audio-vidéo MHL.

HTC One mini



Contenu de la boite du smartphone

Comme souvent, le pack du HTC One mini ne comporte que l’essentiel, à savoir :

• Un HTC One Mini
• Une batterie 1800 mAh
• Un kit mains libres stéréo filaire
• Des embouts de rechange pour le casque stéréo
• Un câble microUSB
• Un chargeur secteur
• Le manuel de démarrage rapide
• Un accessoire pour ouvrir le compartiment microSIM

Comme d’habitude, le constructeur ne fournit pas de carte mémoire. Et pour cause, la mémoire interne n’est pas extensible et il faudra vous « contenter » des 16 Go ici présents en l’absence de lecteur de carte microSD.

HTC One mini : contenu de la boite du smartphone






Design et prise en main

Lorsqu’il a dévoilé le One en février dernier, HTC avait agréablement surpris son monde. Dans un univers Android où le plastique dominait encore largement les débats, le Taïwanais osait proposer un smartphone dont la coque était entièrement composée d’aluminium. Comme évoqué en préambule, il a décidé de décliner ce design sur plusieurs produits. Ce qui est une excellente idée à nos yeux.

On retrouve donc ici les mêmes lignes épurées, avec des bords légèrement arrondis. Évidemment, l’appréciation de ce design reste à la discrétion de chacun, mais le One a prouvé que son look plaisait à la grande majorité des utilisateurs. Celui du One mini devrait donc rencontrer le même accueil chaleureux. Surtout que la qualité de fabrication est toujours aussi exceptionnelle. Le constructeur ayant utilisé le même aluminium que celui employé pour usiner le modèle haut de gamme, il en résulte donc une finition tout aussi exemplaire. On a vraiment l’impression de tenir un appareil assez luxueux entre les mains.

HTC One mini : prise en main



En termes de design, la principale différence entre les deux smartphones vient évidemment de leur taille. Mais, contrairement à ce que pourrait laisser croire le mot « mini », celui que nous testons ici n’est pas beaucoup plus petit que son grand frère. L’épaisseur reste identique, avec 9,3 mm dans les deux cas. Pour le reste, le One mini rend environ 5 mm à son illustre devancier, tant sur la longueur que sur la largeur, avec des dimensions de 132 x 63,2 x 9,3 mm contre 137,4 x 68,2 x 9,3 mm. Sur la balance, le nouveau venu perd une vingtaine de grammes, avec 122 grammes, contre 143 grammes auparavant.

Même si elles peuvent sembler finalement assez peu importantes, sur le papier, ces différences de dimensions s’avèrent fondamentales une fois le One mini en main. Il paraît sensiblement plus compact que le One et devrait séduire celles et ceux qui n’en peuvent plus de l’inflation galopante concernant la taille des diagonales d’écran. Attention, comme évoqué plus haut, il n’est pas non plus minuscule. À titre de comparaison, son encombrement le rapproche toutefois davantage d’un iPhone 5 que d’un Android haut de gamme récent.

HTC One mini : dos



Signalons tout de même que la coque en aluminium, qui fait tout le charme du smartphone, offre une prise en main parfois un peu plus glissante que du plastique. Mais rien de grave. Le revêtement étant assez mat, il ne garde pas les traces de doigts outre mesure. De même, les deux haut-parleurs en façade rallongent la longueur de la face avant. Mais elles donnent une certaine symétrie à l’ensemble, et procure surtout un son bien meilleur que celui des concurrents, comme nous le verrons dans la partie du test réservée aux fonctions multimédias.

HTC One mini : tranche supérieure



HTC One mini : tranche inférieure



HTC One mini : côté gauche



HTC One mini : côté droit






Système d’exploitation (OS) + Interface Utilisateur (UI)

Alors qu’il n’y a pas si longtemps encore, les constructeurs de smartphones Android étaient souvent pris en flagrant délit de mesquineries sur leurs modèles de milieu de gamme, la donne a changé depuis un an. Auparavant, il n’était pas rare de voir une fonction présente sur un modèle haut de gamme disparaître sur les modèles moins huppés du même fabricant, même si la fonction en question ne posait pas de problème technique pour être mise en œuvre. On pense notamment aux fonctions de capture vidéo cantonnées au 720p sur des smartphones double cœur largement en mesure de proposer du 1080p. Désormais, on retrouve à peu de choses près les mêmes interfaces utilisateurs, sauf quand les caractéristiques techniques ne le permettent vraiment pas.

HTC One mini : homescreen HTC One mini : interface utilisateur


HTC One mini : interface utilisateur HTC One mini : interface utilisateur



Cet état de fait se confirme entre les HTC One et One mini. Ce dernier offre en effet la même interface utilisateur que celle de son grand frère, avec notamment le nouveau Sense. Le système d’exploitation est Android 4.2.2 Jelly Bean, mais il n’est guère visible dans la mesure où il est « recouvert » presque intégralement par HTC Sense 5, la dernière version en date de l’interface maison du constructeur taïwanais. Elle se distingue principalement des précédentes itérations par l’ajout de HTC BlinkFeed, un nouveau panneau qui agrège l’ensemble de vos médias sociaux et qui vous les sert dans une jolie présentation. Toutefois, ce BlinkFeed n’est qu’un panneau parmi tous ceux qui composent l’habituel bureau. Nous le trouvons pour notre part plutôt bien fait et utile, mais si ce n’est pas votre cas, vous pouvez vous en passer et même le désactiver complètement. Le reste de l’interface a gagné en sobriété et en clarté.

HTC One mini : interface utilisateur HTC One mini : interface utilisateur


HTC One mini : interface utilisateur HTC One mini : interface utilisateur



Globalement, hormis BlinkFeed donc, elle demeure assez classique dans son approche. Mais ce qui fait sa force, c’est sans conteste sa grande richesse, tant en matière de fonctions intégrées d’emblée que pour ce qui est des possibilités de personnalisation. Le One mini ne comportant plus que deux touches physiques sous son écran, il faut faire un double appui sur le bouton « Home » pour accéder au gestionnaire d’applis récentes. Nous préférons cette solution à celle d’autres constructeurs qui obligent à faire un appui long.




OS : Réactivité de système d’exploitation et de l’interface utilisateur

Alors que le HTC One roulait des mécaniques à sa sortie avec un chipset quadruple cœur Snapdragon 600 de Qualcomm, le One mini est loin d’être aussi lourdement armé. Il doit en effet se « contenter » d’un chipset double cœur Qualcomm Snapdragon 400, avec des processeurs Krait 300 cadencés à 1,4 GHz et une puce graphique Adreno 305. Le tout est épaulé par 1 Go de mémoire vive (RAM). Une configuration correcte donc pour un smartphone de milieu de gamme, mais qui ne fera pas rêver les foules. Mais qu’importe, ce qui nous intéresse ici, c’est plutôt les performances en usage réel de cette configuration, c’est-à-dire dans le cadre d’une utilisation quotidienne.

HTC One mini



De ce point de vue, le One mini s’en tire de manière honorable. Il n’est clairement pas un foudre de guerre et on a vu plus réactif. Il n’est clairement pas aussi véloce que les meilleurs du genre comme le Google Nexus 4 par exemple. Mais pour un modèle double cœur, il remplit son office sans infliger à son utilisateur des ralentissements intempestifs ou des lenteurs malvenues. Ce qui n’est déjà pas si mal. En utilisation normale, le One mini ne devrait donc pas ralentir, même si on perçoit de temps à autre quelques-uns des microlags qui surviennent parfois sur les smartphones Android. En revanche, le fait d’ouvrir à la suite plusieurs applications gourmandes ou d’abuser des fenêtres ouvertes dans Chrome peut ralentir la bête. Mais il faut vraiment abuser pour en arriver là.

HTC One mini :  informations logicielles



Côté jeux et applications, le One mini s’est montré en mesure de lire tous les jeux et applications, bien qu’il ait commencé à atteindre ses limites pour certains jeux 3D exigeants. Toutefois, à moins d’être un joueur invétéré, vous n’aurez aucun problème pour installer les dernières applications du moment sur cet appareil. En revanche, on peut se poser la question de savoir comment il va vieillir. Si vous comptez garder votre prochain smartphone quelques années et que vous aimez profiter du maximum d’applications, mieux vaut vous orienter d’emblée vers un modèle quadruple cœur, avec 2 Go de mémoire vive. Pour les autres, le One mini devrait vous contenter de ce point de vue.




L’écran + navigateur Web

Le concept même d’une version « mini » d’un smartphone implique que l’appareil soit plus petit que celui de référence. Toutefois, comme nous l’avons vu dans les parties précédentes, le HTC One mini n’est pas non plus minuscule, du fait de son écran qui arbore tout de même une diagonale de 4,3 pouces. Contrairement à Samsung, qui s’est contenté d’une résolution qHD avec une taille d’écran identique pour son Galaxy S4 mini, HTC a eu la bonne idée de doter le sien d’une résolution HD 720p. Rapporté à la taille de l’afficheur tactile, cela donne une densité « Retina » plus qu’honnête de 342 pixels par pouce. La finesse d’affichage est donc bel et bien au rendez-vous. Cela n’atteint pas les sommets du One « classique » puisque ce dernier reste à date, avec 445 pixels par pouce, le smartphone avec la plus grosse densité. Mais la différence est difficilement perceptible à l’œil nu. Il faudrait en effet se greffer un microscope dans l’œil pour percevoir la matrice de pixels sur l’écran du One mini.

Ses autres caractéristiques sont tout aussi convaincantes avec une colorimétrie très correcte et des angles de vision bien larges. On apprécie tout particulièrement la luminosité forte, mais qui ne dénature pas les couleurs. Dommage que l’afficheur soit assez réfléchissant, ce qui donne une lisibilité au soleil juste bonne et non pas exceptionnelle. Mais au final, l’écran de ce One mini n’est ni plus ni moins que le meilleur qu’il est possible de trouver à date avec une diagonale de 4,3 pouces.

HTC One mini



L’une des fonctions qui en profite le plus est évidemment le navigateur Web. Ou plutôt les navigateurs puisqu’on en retrouve ici deux, celui de HTC et Google Chrome. Nous n’allons pas revenir sur ce dernier tant il est connu. Tout juste dirons-nous qu’il est toujours aussi excellent et deviendra certainement votre outil de référence pour surfer sur Internet tant il est ergonomique et complet. Toutefois, celui de HTC ne démérite pas, loin s’en faut. On apprécie tout particulièrement son interface épurée, qui fait la part belle aux pages Web. Mieux, vous pouvez également activer deux options depuis les paramètres : la lecture des contenus Flash et des GIF animés. Même si la technologie Flash est en train d’être éradiquée du monde mobile, il y a certains sites Web qui font de la résistance, notamment pour le streaming.

De même, la lecture des GIF est parfois problématique sur les smartphones Android. Mais ces deux formats fonctionnent très bien sur le One Mini. Nous avons lancé quelques jeux en Flash et lu un grand nombre de GIF sans l’ombre d’un problème. Pour celles et ceux d’entre vous qui s’adonnent au streaming, le navigateur développé par HTC deviendra certainement le premier choix pour naviguer. Mais dans tous les cas, le One mini assure dans ce domaine. Évidemment, l’écran un peu plus petit oblige à zoomer dans les pages lorsque vous tenez l’appareil en mode portrait. En revanche, lorsque vous passez en paysage, il est rare d’avoir à manipuler la page pour lire tous les contenus sans effort, notamment grâce à la résolution HD évoquée plus haut pour l’afficheur.

HTC One mini : navigateur web


HTC One mini : navigateur web HTC One mini : navigateur web






Capture photo Ultra Pixel

S’il y a bien un point sur lequel le HTC One mini entend se démarquer de la concurrence, c’est celui de la fonction photo. Alors que ses concurrents « mini » intègrent invariablement un capteur photo moins performant que celui de la version haut de gamme, le constructeur taïwanais a décidé de reconduire son déjà fameux capteur Ultra Pixel. Nous n’allons pas revenir dessus en détail dans la mesure où nous l’avons déjà abordé en long, en large et en travers dans le test du One (lire la partie « Capture photo et vidéo : la question de l'Ultrapixel » pour plus de détails).

Mais pour résumer, disons juste que la technologie Ultra Pixel promet de capturer des pixels plus gros pour un rendu final nettement plus lumineux. Le talon d’Achille de cette approche vient du fait que les pixels étant plus gros, ils sont moins nombreux, ce qui donne une résolution maximale de 4 mégapixels. Soit des photos d’une définition maximale de 2688 x 1520 pixels. Si cela semble presque suicidaire sur le papier, face aux concurrents qui entassent les mégapixels, force est de reconnaître que cette solution est loin d’être ridicule en pratique.

HTC One mini : interface de la fonction photo



HTC One mini : interface de la fonction photo



La plupart des utilisateurs n’auront jamais besoin de plus que ces 4 mégapixels. Une telle résolution est en effet suffisante pour des tirages papier jusqu’à 13 x 20 cm en 300 dpi et 20 x 30 cm, en 200 dpi. À moins d’imprimer régulièrement de grands posters de vos photos mobile, la techno Ultra Pixel est donc largement suffisante pour le commun des mortels. Le problème vient plutôt du fait que si les photos offrent un bon rendu général, vous ne pouvez pas zoomer à outrance comme vous le feriez avec des images à la définition plus élevée. Si, comme nous, vous êtes adeptes du recadrage a posteriori d’une photo, la technologie Ultra Pixel peut s’avérer parfois frustrante.

Notez que, contrairement au One, la version mini ne dispose pas d’un stabilisateur optique. Mais à l’usage, nous n’avons pas vu de différence de rendu notable. Au final, comme évoqué plus haut, la plupart des utilisateurs devrait se satisfaire de la qualité des photos prises par le One mini. Surtout qu’il excelle en situation de basse luminosité. En revanche, celles et ceux qui aiment zoomer dans les photos, pour voir leur bobine ou pour les recadrer, risquent d’être déçus.

HTC One mini : photo prise avec le smartphone



HTC One mini : photo prise avec le smartphone



HTC One mini : photo prise avec le smartphone



HTC One mini : photo prise avec le smartphone






Capture vidéo + HTC Zoe

La capture vidéo s’avère plus classique dans la mesure où elle affiche des caractéristiques déjà vues puisqu’il est possible de filmer dans une résolution Full HD 1080p (1920 x 1080 pixels). Le constructeur a ajouté un mode HDR, encore relativement rare pour la capture de vidéos depuis un smartphone. Le rendu des productions est vraiment très bon, avec un niveau de détails honorables, des couleurs qui sonnent juste et un enregistrement audio stéréo d’excellente qualité. En revanche, on remarque ici davantage l’absence de stabilisateur optique, même lorsque vous ne bougez que légèrement l’appareil.

Enfin, terminons avec la fonction HTC Zoe, qui s’avère être une véritable petite merveille à nos yeux. Pour faire court, sachez qu’il s’agit d’un outil à la fois puissant, mais simple d’utilisation. La fonction permet de capturer une courte séquence vidéo au lieu d’une simple photo. Vous pouvez ensuite manipuler ce contenu et l’agrémenter de plusieurs effets plus ou moins utiles. Mais l’utilité de Zoe dépendra surtout de vos goûts. Pour notre part, nous apprécions tout particulièrement l’effet stroboscopique qui permet d’afficher en quelques manipulations rapides une même personne ou un même objet plusieurs fois sur une photo.

HTC One mini : photo prise avec le smartphone

Sur cette image, le montage au niveau des mains est râté. Toutefois, sur une séquence où le sujet est à distance sur chacune des prises, l’illusion est parfaite.



De même, nous trouvons très réussi le petit film créé automatiquement pour chaque journée. Le principe est simple : lorsque vous êtes dans la galerie d’images, il suffit de classer les photos en « événements » pour voir apparaître une courte vidéo générée automatiquement et qui comprend plusieurs des photos / vidéos prises dans le cadre de cette journée. Le tout est monté et agrémenté d’effets et d’une musique d’ambiance.

Si le résultat ne vous plait pas, vous pouvez modifier les éléments qui le constituent, changer le thème ou carrément créer de A à Z votre propre film. Les productions sonnent généralement justes et ne pèsent pas bien lourd, ce qui rend leur partage assez simple. Évidemment, les pros de la vidéo resteront de marbre devant une telle fonctionnalité. Mais elle devrait ravir le plus grand nombre, car elle ne demande aucun effort ni connaissance particulière, pour un résultat finalement très plaisant la plupart du temps.

HTC One mini : interface de la fonction photo



HTC One mini : interface de la fonction photo






Lecture multimédia : photo / vidéo / son

L’interface utilisateur du One mini étant calquée sur celle du premier One, le dernier-né dispose donc des mêmes fonctions de lecture multimédia, malgré son statut moins huppé. Et donc des mêmes forces… et faiblesses.

Heureusement pour ces deux smartphones, la principale déception, qui vient du lecteur vidéo, n’est pas rédhibitoire. Android oblige, la boutique Google Play regorge littéralement d’applications pour lire tous les formats de vidéos. Nous avons ici utilisé notre préféré, à savoir MX Player. Ainsi armé, le One mini s’est montré en mesure de lire toutes les vidéos que nous lui avons servies, même celles en résolution Full HD 1080p. Son écran est certes un poil petit pour s’adonner à de trop longues séances de visionnage, mais la résolution HD offre une lisibilité impeccable, notamment pour les sous-titres.

Ainsi, si le visionnage de la version longue en VOSTFR du Seigneur des Anneaux sur l’écran du One mini ne serait pas forcément une bonne idée pour vos yeux, un épisode de série, toujours en VO sous-titrée, reste parfaitement envisageable.

HTC One mini : le lecteur vidéo



Le HTC One est l’un des meilleurs smartphones quand il s’agit d’écouter de la musique. Et pas seulement parce qu’il délivre un son stéréo via ses deux petits haut-parleurs en façade. Non, le One a impressionné son monde avant tout grâce à son rendu audio de très haute volée. Que le One mini soit aussi bon n’était pas gagné d’avance. Pourtant, là encore, HTC n’a consenti aucune mesquinerie puisque son petit mobile s’avère tout aussi exceptionnel que son grand frère quand il s’agit de jouer de la musique. Les deux haut-parleurs stéréo sont également les mêmes sur les deux modèles. S’ils ne compensent pas l’absence d’un caisson de basse, ils délivrent toutefois un son largement supérieur à tout ce que peut proposer la concurrence.

HTC One mini :  les haut-parleurs stéréo de la face avant



Enfin, intéressons-nous à la visionneuse d’images. Sans surprise, elle s’avère assez classique dans son approche. Elle dispose de quelques fonctions intéressantes, mais déjà présentes dans presque tous les smartphones Android récents, comme la possibilité de consulter les photos de vos réseaux sociaux directement depuis la galerie d’images. Simple et efficace donc.

HTC One mini : visionneuse d'images HTC One mini : visionneuse d'images



Signalons également que le One mini ne dispose pas de lecteur de carte microSD. Il faudra donc vous contenter des 16 Go de stockage interne. Qui ne représente en fait que 12 Go de disponibles pour l’utilisateur. De même, HTC a « oublié » de doter le One mini de la même sortie audio / vidéo au format MHL que le One.




Fonctions téléphoniques + conclusion

Avant de conclure, intéressons-nous à aux fonctions téléphoniques du One mini. De ce côté-là, le dernier-né de HTC ne se distingue pas de la concurrence, ni en bien ni en mal. Il dispose d’une autonomie dans la moyenne des smartphones actuels. Si vous le débranchez le matin avant d’aller travailler et que vous en faites une utilisation classique, avec environ une trentaine de minutes d’appels, plusieurs comptes emails et réseaux sociaux connectés, une heure de musique et une quinzaine de minutes de vidéo en streaming, il vous tiendra sans problème toute la journée jusqu’à l’heure du coucher.

Mais avec ce genre d’utilisation, mieux vaut le recharger tous les jours pour ne pas se retrouver en rade, car même pour les utilisateurs un peu plus économes, il est difficile d’envisager deux journées pleines loin d’une prise de courant. Le constat est le même pour la qualité audio des conversations. Sans se montrer inoubliable de clarté, celle du smartphone qui nous intéresse ici ne prête guère le flanc à la critique. L’appelant et l’appelé s’entendent parfaitement, sans microcoupure ou déformation des voix.

HTC One mini :  menu alimentation HTC One mini :  historique de consommation de la batterie



À l’heure du choix, pouvons-nous décemment recommander le HTC One mini alors qu’il coûte 449 euros à sa sortie ? Il est difficile de répondre à cette question dans la mesure où ce smartphone ne peut pas être jugé seulement à l’aune des critères habituels. Évidemment, si l’on ne se fie qu’à sa fiche technique et à l’évaluation brute des fonctions, le One mini ne propose clairement pas un bon rapport qualité / prix. Toutefois, le capteur Ultra Pixel, la superbe finition en aluminium et le très bon écran font qu’à ce tarif, il ne s’agit pas non plus d’une arnaque.

Toutefois, nous aurions aimé retrouver une configuration un peu plus musclée pour le processeur et la mémoire vive, ainsi que la présence du NFC. En l’état, le smartphone ne fait pas pâle figure, mais on peut légitimement se demander si ces manquements ne se feront pas sentir dans le futur pour celles et ceux qui aiment garder leur mobile plus qu’un an. Ces quelques défauts méritent d’être signalés, même s’ils ne devraient pas être rédhibitoires pour la plupart des utilisateurs. Lorsque le prix nu du One mini sera passé sous la barre des 400 euros, ce qui arrivera tôt ou tard, il commencera à devenir intéressant. Néanmoins, si vous êtes à la recherche d’un smartphone relativement compact et pas à la rue sur le plan technique, il est probable que vous craquiez rapidement pour ce One mini. À date, il s’agit en effet du modèle de taille raisonnable qui se rapproche le plus des haut de gamme.

HTC One mini





Note : 75/100

Les plus :
• Superbe design
• Qualité de fabrication exceptionnelle
• Le rendu de l’écran HD de 4,3 pouces
• La richesse de l’interface utilisateur HTC Sense
• La prise de photos en situation de basse luminosité
• La capture de vidéo
• Les possibilités offertes par la fonction Zoe
• Le petit film généré automatiquement pour chaque journée de photos / vidéos
• Le lecteur musical excellent
• le rendu audio des deux haut-parleurs en façade
• La compatibilité 4G (LTE)

Les moins :
• Seulement 12 Go de mémoire interne disponibles, non extensible
• Pas de stabilisation optique pour la capture de photos/vidéos
• Difficile de recadrer les photos vue la résolution assez limitée
• La réactivité correcte, mais sans plus de l’ensemble du système
• L’absence de NFC
• La pauvreté des codecs vidéo, heureusement contrebalancée par la richesse des applications dédiées sur Google Play

Test réalisé par Sofian Nouira
Date de publication : 30/08/2013.

Avis des internautes

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à réagir !

Les guides et comparatifs
image Oppo Find X5 Pro
image Google Pixel 6a