SFR RED 60 Go = 12

Beats Music : la nouvelle version finalement absente de la WWDC d'Apple ?

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
beats music

Alors que nous nous attendions jusqu’en début de semaine à voir apparaître la nouvelle version de Beats Music à la désormais célèbre WWDC, qui aura lieu en juin prochain, Apple pourrait annuler sa présentation, faute d’un nombre suffisant d’accords avec les ayants droit.

Apple se bat actuellement sur tous les fronts et cela fait grand bruit en ce début de mois de mai. Il milite d’une part pour la disparition ou au moins la limitation de l’offre gratuite de streaming musical. Et il discute actuellement les accords avec les maisons de disque pour lancer la nouvelle version de Beats Music. Logiquement, cette dernière est attendue à la WWDC de juin prochain. Une fuite indique cependant que la firme de Cupertino ne parviendrait pas à convaincre les majors d’apposer leur signature sur le contrat de licence, sésame obligatoire pour lancer un service au moins équivalent à celui des acteurs déjà présents (Spotify, Deezer, Rdio, Pandora et l’actuel Beats Music).

Apple Beats
Apple pourrait ne pas sortir la nouvelle version de Beats Music en juin

Des accords qui ont quelques difficultés à se conclure

Selon le magazine Billboard (certainement l’une des références absolues dans la musique avec Rolling Stones) qui cite une source industrielle, Apple n’aurait pas réussi à convaincre assez d’ayants droit pour présenter son service à la date souhaitée, c’est-à-dire le 8 juin prochain. Il y a deux semaines environ, nous avons relayé dans nos colonnes une fuite en provenance de Bloomberg qui indiquait qu’Apple était en discussion avec une douzaine d’artistes, notamment ceux qui ont à coeur de privilégier l’offre exclusivement payante, comme celle que souhaiterait lancer la firme de Cupertino. Rappelons cependant que rien n’est perdu : c’est sur le fil que cette dernière avait réussi à signer des accords avec les majors il y a deux ans, à l’occasion du lancement d’iTunes Radio.

Qu’est ce qui coince entre Apple et les majors, pourtant partenaires de longue date sur iTunes et iTunes Radio ? La présence de Jimmy Iovine aurait même dû être un facilitateur pour convenir d’un accord. L’hypothèse la plus probable concerne le montant reversé par chanson (et le temps minimum d’écoute par chanson pour un reversement intégral). Selon des rumeurs qui datent de l’été dernier, Apple chercherait à baisser la souscription mensuelle de 10 dollars actuellement à 8 dollars environ. Mais pour cela, il faut que le montant des royalties par chanson baisse également, une concession que les majors ne seraient pas prêtes à faire. Cependant, l’argument d’Apple est simple : si le prix de l’abonnement baisse, les consommateurs seront plus enclins à payer. Et c’est par le gain en volume que les majors contrebalanceront la perte en valeur.

Une campagne de lobbying anti-freemium agressive

Second argument d’Apple : son Beats Music sera entièrement payant, ce qui devrait avoir les faveurs des ayants droit, que ce soit les majors ou les artistes. Mais pour que cela ait l’effet escompté, il faudrait brider l’importance du streaming gratuit sur la consommation. Et donc imposer des limites. Jimmy Iovine, grand chevalier de l’ordre du streaming payant, fait actuellement campagne auprès des majors pour que les futurs accords signés avec les concurrents proposant leur catalogue gratuitement (contre de la publicité) incluent des clauses limitatives. Universal Music et Spotify sont justement dans ce cas là.

Selon certaines sources citées en début de semaine par The Verge, les discussions entre Apple et les majors auraient même pris un tournant agressif envers le streaming gratuit. Sont ciblés Spotify et consorts, bien sûr, mais aussi YouTube, même si ce dernier commence à montrer des signes de monétisation de son audience musicale avec YouTube Music Key et une option payante pour enlever la publicité des clips. La firme de Cupertino aurait même proposé à Universal Music de payer l’équivalent de la redevance musicale de YouTube si la maison de disque ne renouvelait pas son contrat avec la filiale de Google. La campagne d’Apple aurait alerté les instances américaines et européennes en charge de la libre concurrence. Apple est dans leur collimateur depuis le début du mois d’avril. Mais l’enquête se serait clairement accélérée. Et cela ne va évidemment pas aider au lancement d’une offre musicale dans un mois.

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer