Des Lumia beaucoup moins nombreux dès cette année

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • RSS
microsoft

Hier, Microsoft a annoncé officiellement une nouvelle coupe franche dans ses effectifs dédiés à la mobilité. Le même jour, Satya Nadella envoyait un mail à tout le groupe pour expliquer la stratégie mobile dont le catalogue sera largement revu à la baisse.

Les temps sont durs du côté de chez Microsoft Mobile. Si les smartphones restent un écran important dans la vie des consommateurs, et donc potentiellement dans la stratégie de la firme de Redmond, ils n’ont plus le potentiel pour devenir un levier de croissance à eux seuls. Ils devront donc composer avec les PC, les tablettes, les consoles de jeux et les casques de réalité augmentée. Une réorientation sous la forme d’un aveu d’échec qui aura de nombreuses conséquences.

Seconde réduction d'effectifs

La première a été dévoilée hier : 7800 nouveaux postes seront supprimés, en plus des 18000 annoncés l’année dernière, quelques mois après la finalisation du rachat de Nokia Devices & Services. Et une fois encore, la majorité du volume sera concentrée sur la mobilité. Seconde conséquence de cette réorganisation, la branche Devices est fusionnée avec celle de Windows et Stephen Elop quitte son poste (certainement avec quelques remerciements de Satya Nadella). Cette fusion devrait accroître les interactions entre les différentes familles de produits.

Au niveau des smartphones, nous apprenons aujourd’hui que le portfolio de produits sera considérablement réduit. Dès cette année fiscale (qui a commencé le 1er juillet dernier), le nombre de mobiles sera considérablement revu à la baisse. Dans un message adressé à l’ensemble des équipes, Satya Nadella explique que Microsoft adressera désormais trois segments de marché : les smartphones premium sous Windows 10, les terminaux pour les professionnels (avec les applications de sécurité et de productivité qui vont avec) et les téléphones entrée de gamme (il ne précise pas s’il s’agira de Lumia, mais le contraire serait étonnant).

Six smartphones Microsoft par an, pas plus

Selon une indiscrétion rapportée par Bloomberg, Microsoft aurait décidé de sortir un à deux modèles par an pour chacun de ses segments. Soit 6 mobiles au maximum. Le but est double : perdre moins de temps et d’argent à créer des produits et réduire le coût du marketing et des composants.

L’article de Bloomberg dévoile également quelques précisions sur la localisation des filiales où les postes seront réduits. Selon un message confidentiel envoyé par Terry Myerson, le patron de la nouvelle structure Windows & Devices, 2300 postes seront réduits en Finlande, principalement à Salo où les bureaux de Microsoft Mobile seront fermés. Le développement de produit sera concentré à Espoo et Tampere. Cela ne va pas plaire au gouvernement finlandais qui s'était déjà illustré l'année dernière. D’autres emplois seront supprimés à San Diego et Beijing (où il y avait déjà eu des réductions d’effectifs l’année dernière).

L'héritage de Steve Ballmer ?

En réduisant une seconde fois les effectifs et en inscrivant au bilan annuel une dépréciation d’actifs presque égale au prix d’achat de Nokia Devices & Services (7,6 milliards de dollars de dépréciation, contre 7,2 milliards de dollars dépensés), Microsoft tente de faire amende honorable en avouant avoir ne pas être arrivé à bousculer l’ordre établi entre Apple et Google. Un échec considérable qui aura certainement des conséquences au niveau du management. Et pas simplement le départ (forcé) de Stephen Elop. Certains observateurs estiment que Satya Nadella pourrait également être montré du doigt. Ce qui serait certainement une belle erreur.

Car celui à qui Microsoft doit ce rachat, c’est Steve Ballmer, l’ancien PDG de Microsoft. Controversé et têtu, il avait réussi à convaincre le conseil d’administration de Microsoft du bien-fondé de l’opération, alors que plusieurs grandes figures de l’entreprise étaient contre, dont Bill Gates et Satya Nadella. En quittant son poste (presque au bon moment), Steve Ballmer a laissé à son remplaçant la tâche de gérer la patate chaude. Ce qu’il n’a certainement pas réussi à faire. Mais n’était-ce pas là mission impossible ? Probablement.

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.