OPPO Reno2

Xiaomi dévoile le Redmi 8

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
xiaomi

Après le Redmi Note 8, le Redmi Note 8 Pro et le Redmi 8A, Xiaomi présente enfin la version « standard » de son offre low cost. Un téléphone toujours complet, pour un prix toujours aussi agressif. Mais le bilan est ici plus mitigé. Explications.

Comme prévu, Redmi, la marque alternative de Xiaomi, a présenté aujourd’hui son nouveau représentant sur le segment low cost. Il s’agit du Redmi 8, déclinaison « classique » de la gamme 8 qui comprenait déjà trois membres : le Redmi 8A, le Redmi Note 8 et le Redmi Note 8 Pro. Successeur du Redmi 7, le Redmi 8 en reprend le positionnement, notamment tarifaire, mais n’en apporte pas forcément que des améliorations.

Curieux changement de chipset

Le signe le plus flagrant de cette évolution ambiguë est à retrouver du côté du chipset. Le Redmi 7 profitait d’un Snapdragon 632 de Qualcomm, un octo-core doté de cœurs customisés, dont quatre sont cadencés jusqu’à 1,8 GHz. Le Redmi 8, quant à lui, est équipé d’un Snapdragon 439. Toujours en provenance de Qualcomm, ce chipset octo-core est plus récent, mais n’est équipé que de cœurs standards Cortex-A53 et n’est doté que de deux cœurs plus rapides.

Xizomi Redmi 8

Pour compenser ce recul en arrière au niveau des performances, le Redmi 8 est pourvu d’une batterie de 5000 mAh héritée du Redmi 8A. Cela représente une augmentation de 25 % par rapport à la capacité de la batterie du Redmi 7A. La charge rapide est aussi améliorée, passant d’une puissance 10 watts à 18 watts (attention, adaptateur 10 watts inclus dans la boite seulement).

De petites retouches ici et là

Autre légère amélioration vis-à-vis du Redmi 7, le Redmi 8 dispose d’un objectif ouvrant à f/1.8 (contre f/2.2) pour accompagner son capteur photo principal de 12 mégapixels. Il s’agit ici aussi d’un emprunt fait au Redmi 8A. L’autofocus est Dual Pixel. Le capteur secondaire du Redmi 7 est repris sans changement : un modèle 2 mégapixels servant à calculer les distances. De même pour la webcam, un modèle 8 mégapixels nativement compatible HDR.

Deux autres petits changements à repérer. D’abord, un port USB type-C (repris aussi du Redmi 8A) remplace le port microUSB du Redmi 7. Ensuite, la forme de l’encoche pour la webcam change très légèrement, passant d’une forme en « U » à une forme de goutte d’eau. Cette nouvelle encoche permet au Redmi 8 d’offrir une surface d’affichage quasi similaire à celle du Redmi 7, dans un encombrement légèrement revu à la baisse.

Moins de 120 euros en Inde

La dalle, IPS (et non plus LTPS, autre concession), mesure 6,22 pouces (contre 6,26 pouces) au format 19/9e. Elle affiche des images en HD+ pour une résolution de 270 pixels par pouce. L’écran est protégé par du verre Gorilla 5 de Corning. Pour le reste, la fiche technique du Redmi 8 s’inspire de celle du Redmi 7 : 3 ou 4 Go de mémoire vive, 32 ou 64 Go de mémoire interne, port microSDXC acceptant jusqu’à 1 To de stockage additionnel, port jack 3,5 mm, tuner FM, capteur GPS, lecteur d’empreinte digitale (au dos), modem WiFi n, Bluetooth 4.2 et LTE.

Trois coloris sont annoncés : noir, rouge et bleu. Le prix en Inde est de 8000 roupies pour la version 3+32 Go et de 9000 roupies pour la version 4+64 Go. Soit 103 euros et 116 euros respectivement. La commercialisation y démarrera le 12 octobre (soit en fin de semaine). Une carrière internationale du mobile est d’ores et déjà prévue, puisqu’il aurait été croisé en Ukraine à un prix bien supérieur. Attendons maintenant l’annonce officielle de Xiaomi pour obtenir tous les détails pour le marché français (où le Redmi 7 a été lancé à 169 euros).

Partagez cet article

  • LinkedIn
comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer