Google Pixel C : la tablette sous Tegra X1 est officielle

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • RSS
google

Confirmant les fuites récentes, Google a présenté la Pixel C, une tablette sous Tegra X1 qui se veut tout autant être une alternative à la dernière console de jeu de nVidia qu’une concurrente de la Surface Pro 3. Présentation.

Nous avons appris son existence en tout début de semaine : une nouvelle tablette sous Android était attendue chez Google. Mais pas le modèle 8 pouces entraperçu il y a quelques semaines. Non, il s’agissait d’une ardoise de 10 pouces animée par un chipset Tegra X1 de nVidia. Son nom : Pixel C. Selon les rumeurs, Google devait profiter de sa conférence Nexus, où la firme a dévoilé les Nexus 5X et 6P, pour présenter officiellement ce produit très intéressant (au moins parce qu’il s’agit de l’une des seules tablettes sous Tegra X1). Et elles avaient raison : la Google Pixel C est bien officielle.

Google Pixel C

Une tablette développée par Google

Et contrairement à la nomenclature en vigueur à Mountain View, l’ardoise a beau s’appeler « Pixel », ce n’est ni un Chromebook, ni une plate-forme Chrome OS, mais bien un produit sous Android 6.0 Marshmallow. Elle devrait naturellement rejoindre les autres membres de la ligne Chromebook où se trouvent actuellement les modèles d’Asus, de HP ou d’Acer.

Revenons donc sur la Pixel C. Contrairement à tous les produits Nexus et ChromeOS précédents, le Pixel C n’a pas été développé par un constructeur partenaire, mais par Google en direct. Cela ne veut pas dire que la firme ne s’est pas appuyée sur un fabricant pour usiner cette tablette. Mais qu’aucune autre marque ne viendra apposer la sienne sur la coque de cette tablette. Pour sa « première » tablette, Google a choisi un châssis entièrement en aluminium qui rappelle le Chromebook Pixel (d’où le nom, certainement). L’écran est au format 4/3 et la dalle mesure 10,2 pouces exactement. La définition de cette dernière est 2560 x 1800, soit l’équivalent du Quad HD. La résolution atteint donc 308 pixels par pouce, ce qui est très bien pour une tablette.

Un coeur de gamer...

A l’intérieur, comme le supposait les rumeurs, Google a de nouveau fait confiance à nVidia en intégrant la dernière génération de chipset du fondeur californien, le Tegra X1. Pour rappel, il s’agit d’un octo-core dont la configuration des coeurs applicatifs ressemble trait pour trait à l’Exynos 7 Octa 7420 de Samsung ou au Snapdragon 810 de Qualcomm : deux quad-core, respectivement formés par des Cortex-A57 et par des Cortex-A53. Il intègre également un GPU surdimensionné : le Maxwell avec 256 coeurs graphiques. Les processeurs graphiques, c’est LA grande spécialité de nVidia. Autant que cela serve.

Pour accompagner le X1, 3 Go de mémoire vive au format LPDDR4 et 32 ou 64 Go de stockage interne ont été inclus. La capacité de la batterie n’a pas été précisée, mais elle devrait être conséquente. Port USB type-C, haut-parleurs stéréos sur les tranches latérales et Android 6.0 Marshmallow complètent le semblant de fiche technique officielle. Il faudra évidemment attendre la sortie commerciale, laquelle est prévue « avant la fin de l’année ». Le prix de la tablette sera de 499 dollars en version 32 Go. Comptez 100 dollars de plus pour doubler le stockage.

... mais des accessoires de travailleur

L’un des points de détail les plus importants dans cette tablette n’est peut-être pas le Tegra X1 qui destinait cette tablette à un usage gamer, pour concurrencer les Shield, et qui positionnait la Pixel C comme une remplaçante naturelle de la Nexus 9 de HTC (équipé de l’excellent Tegra K1). Non, le point le plus important, c’est le clavier vendu en option. Car Google semble positionner ce produit non pas en face du Shield, mais en face d’une Surface Pro, d’un iPad Pro ou d’un Galaxy Note Pro. Bref, la Pixel C serait en fait une tablette pour travailler. Le clavier est complet et sert de support à la tablette. Il est Bluetooth et est alimenté par induction : c’est la tablette une fois posée qui devient sa source d’énergie. C’est malin, mais ça grèvera deux fois plus la batterie (Bluetooth et alimentation par induction). La puissance de la batterie sera donc un élément essentiel. Prix de l’accessoire : 149 dollars, tout de même.

Partagez cet article

  • LinkedIn
comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.