OPPO Reno 10x Zoom

Google présente Stadia son service de jeu en streaming

Par Samir Azzemou

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Viadeo
  • RSS
google

À l’occasion de la GDC 2019, Google a dévoilé Stadia, un service de jeu en streaming. Accessible sur PC, set-top-box, tablettes et smartphones, le Stadia sera disponible dès cette année en Amérique du Nord et en Europe.

L’une des principales justifications du développement de la 5G et du très haut débit mobile est le jeu vidéo. Notamment le jeu vidéo compétitif en mobilité. Car, outre la bande passante considérablement plus élevée de la 5G, cette nouvelle génération de réseau téléphonique offre également un temps de latence bien inférieure à son prédécesseur. C’est une notion particulièrement importante dans le jeu vidéo, car c’est souvent grâce à elle que certains joueurs gagnent. Et d’autres non.

Tout est dans la rapidité

Qu’est-ce que la latence ? C’est simplement le temps que vous attendez entre le moment où vous interagissez avec un système pour effectuer une action et le moment où cette action est visible à l’écran. C’est par exemple le temps qu’il faut à un ordinateur pour enregistrer l’appui sur une touche de clavier et afficher la lettre correspondante dans un fichier Word. Quand l’application est locale, tout va bien, puisque la latence dépend essentiellement des caractéristiques de votre ordinateur.

Google Stadia

Quand l’application est hébergée sur un serveur distant, la latence est plus forte, car il faut le temps que l’information parte du terminal client, arrive sur les serveurs, soit traitée par ces derniers avant de repartir dans l’autre sens avec la réponse adéquat. Autant vous dire que quand vous jouez à un jeu vidéo en ligne, la latence prend des proportions considérables. Et à l’heure de la montée en puissance du jeu compétitif sur mobile et de l’avènement des titres de type « Battle Royale » (comme Fortnite ou PUBG), contrôler cette latence est un enjeu primaire. Et la 5G devrait justement gommer une partie du problème.

Technologie idéale pour jouer

Une 5G qui devrait justement arriver commercialement cette année dans de nombreux pays. Ce n’est donc pas un hasard si Google a choisi 2019 pour dévoiler la version commerciale d’un projet en développement au sein de la firme depuis plusieurs années. Un projet en lien avec la 5G, avec la téléphonie (mais pas que) et avec le jeu vidéo. Ce service est une plate-forme de jeu vidéo en streaming. C’est-à-dire que le jeu vidéo n’est pas téléchargé sur l’appareil du joueur, mais reste hébergé sur un serveur distant. La technologie n'est pas nouvelle et des initiatives (chez Sony, SFR, nVidia, etc.) existent depuis 10 ans. Mais les réseaux offrent aujourd'hui une expérience qualitative.

Le principe est simple. L’application installée sur l’appareil du joueur n’est qu’un lecteur vidéo amélioré qui reçoit en direct le flux vidéo de la partie et qui gère l’envoi instantané d’informations (ici, l’appui sur des touches d’une manette par exemple). Pour le joueur cela ne change rien à son expérience hormis le fait que le système s’affranchit totalement des caractéristiques techniques de l’appareil du joueur (puisque ce n’est pas le GPU local qui travaille, mais celui d’un serveur distant). Décoder un flux MP4 Full HD, tous les mobiles peuvent le faire, même ceux à moins de 150 euros. Le seul risque : que le flux vidéo soit saccadé (qualité du réseau, engorgement, etc.).

Google se lance dans l'arène

Revenons au service de jeu en streaming de Google. Présenté lors de la Game Developer Conference qui a lieu cette semaine, le service s’appelle Stadia (qui vient du pluriel du mot latin stadium). Il arrivera sur PC, tablettes et smartphones. Google conseille un usage domestique (connexion WiFi) pour une expérience optimale, mais cela fonctionnera aussi sur les réseaux mobiles (à condition d’avoir le forfait data qui va bien). La qualité d’image sera certainement Full HD dans un premier temps, mais Google affirme que Stadia passera au 4K à 60 images par seconde très rapidement.

Google Stadia

Le service sera commercialisé dès cette année aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni et dans une grande partie de l’Europe continentale (dont en France, certainement). Le prix, les jeux, le modèle économique et les systèmes d’exploitation compatibles n’ont pas été annoncés (Windows et Android sont un minimum). Potentiellement, un simple dongle chromecast pourrait aussi faire l'affaire. Une manette très fonctionnelle (et ressemblant beaucoup à ce que vous retrouvez sur Xbox ou sur les boitiers multimédias sous Adroid) sera proposée (voir la photo ci-contre). Reste donc à attendre pour en savoir davantage.

comments powered by Disqus

Touchez pour ajouter le site à vos favoris ou sur votre écran d’accueil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d’audience, pour vous offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux ainsi que des publicités ciblées et des services adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus.

Fermer